Transmis par Birgitte Rasine

Ik’, ou Iq’ en Maya K’iche’ représente le Vent et l’élément Air sous toutes ses formes, depuis les chaudes brises tropicales aux zéphyrs océaniques et aux hurlements sauvages des ouragans.

Voici le Vent qui nettoie le cœur et la psyché, le corps et l’esprit.

Voici le souffle de vie qui guérit toute énergie négative, toute maladie, que celles-ci soient de nature physique ou psychologique, mais particulièrement si le problème provient de la colère ou la rage.

Ik’ est l’énergie des mots, de la communication, de la conception et de l’expression des idées ; c’est le signe-du-jour du nettoyage et de la purification. Ik‘ est le Nagual de la Lune et de l’Air, du souffle vital divin de l’esprit au sein de notre existence humaine.

Ik’ symbolise la pureté et la transparence du verre mais il peut aussi signifier une crise, la souffrance et le chagrin, l’asphyxie, la perversion sexuelle et l’échec. On retrouve dans son glyphe les fenêtres des temples Mayas en forme de T qui servaient à déterminer le type de vent qui soufflait par le bruit qu’il émettait à travers la fenêtre – et également à observer les phénomènes astronomiques et les mouvements des étoiles et des planètes.

Les animaux totems de Ik’ sont le lynx, la belette et le colibri. Dans la tradition Classique Maya, Ik’ est associé à la direction cardinale du Nord et à la couleur blanche. Dans la tradition Moderne K’iche’ Maya, Ik’ est aussi l’un des quatre porteurs de l’année qui façonnent la nature et les caractéristiques des années solaires qui leur sont associés.

Pendant la trecena Ik’, les Mayas demandent la force, l’énergie vitale et la persévérance pour pouvoir s’engager et accomplir le dessein de leur vie et le métier auquel ils aspirent. C’est un jour bénéfique pour demander le renouveau, des vents frais pour purifier et inspirer nos esprits, ou le renforcement de nos capacités mentales. Cette période est également très bénéfique pour guérir les problèmes psychologiques, pour nous purifier de nos passions, de nos sentiments négatifs et de nos dépressions.

Pour les Mayas, le pouvoir de la communication est le plus important facteur de différenciation entre la race humaine et les autres êtres vivants ; le plus grand cadeau que nous puissions nous accorder à nous-même et aux autres est d’être honnêtes et clairs dans nos prières et les paroles que nous prononçons. De nos jours cette qualité est peu appréciée ou reconnue et il est essentiel de nous rappeler de la puissance et l’impact de la parole parlée et écrite. Souvenons-nous que lorsque nous promettons quelque chose à quelqu’un, ou lorsque nous exprimons notre opinion ou argumentons pour ou contre quelque chose, nous sommes responsables de notre intégrité.

La communication peut être verbale, visuelle, auditive, cinétique, sensorielle, émotionnelle, psychique ou spirituelle. Quelle que soit la manière dont vous vous exprimez, la communication signifie fondamentalement : se connecter avec. Se connecter ne veut pas dire passer votre vie sur des réseaux sociaux ou sur votre smartphone, mais être activement présent esprit, corps et âme ; être conscient des autres, des humains ou de tout autre être vivant, être conscient de votre environnement naturel, de votre famille et de votre communauté, et de vous-même.

Si vous êtes un poète par exemple, qu’importe si vous ne savez pas envoyer un email… il nous faut ralentir l’utilisation des « machines-médiatiques » auxquelles nous sommes tous branchés en permanence, et nous connecter sur les fréquences plus subtiles de la véritable communication qui vibrent à un niveau beaucoup plus élevé et profond.

Ik’, le Vent, est le souffle de l’esprit et de la vie en perpétuel mouvement. Ce souffle s’élève jusque dans la stratosphère puis redescend à nouveau, dansant dans les altitudes, soufflant le chaud ou le froid glacial, nous fouettant avec ses violentes tempêtes ou ondulant à travers ses douces brises. Ironiquement, le Vent est aussi versatile qu’il est puissant : il peut changer de direction en un instant et se transformer de bourrasque en brise légère. Mais si vous restez attentifs et demeurez connectés, vous saurez observer ces signes et ces indices de changement qui, s’ils peuvent être éphémères sont annonciateurs de changements majeurs à venir.

Le Vent balaie, nettoie et purifie notre maison, celle de notre corps, de notre esprit et de notre psyché. Si ses rafales peuvent être violentes et impitoyables, elles sont profondément purificatrices. Elles nous libèrent et nous invitent à lâcher prise… à relâcher tout ce qui est stagnant, négatif, nuisible, et à faire de la place pour tout ce qui est dynamique, positif et sain.

Cette Trecena n’a rien à voir avec le contrôle ou les règles. C’est une période de fluidité, qui nous invite à l’expérimentation et à l’ouverture d’esprit. Plus votre mental, votre esprit et votre corps seront purs, plus vous pourrez communiquer avec force et clarté – ce n’est pas une coïncidence.

Devenez Un avec le Vent et expérimentez une toute nouvelle forme de liberté !

Birgitte Rasine

http://www.maya-portal.net/

Traduction Française : Pascale-Linda Steketee

http://www.mayanmajix.com/french.html

http://passageemergence.blogspot.fr/

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité, de citer l'auteur, les sources, et le site: https://elishean-portesdutemps.com

Votre aide est très Importante…

Depuis plus de 10 ans, de la conception à la publication, je suis seule à travailler sur les sites du réseau Elishean, partageant tous les jours des textes afin d'ouvrir les consciences et aider à l'Ascension, promesse de l'Âge d'or. Je fais appel à vous aujourd'hui afin de me soutenir dans cette démarche en faisant un don (si minime soit-il). Le partage est un don de Soi, un don d'Amour... Recevez toute ma gratitude... Mon Amour vous accompagne...

Copyright les Hathor © Elishean/2009-2019/ Aux Portes du Temps

Print Friendly, PDF & Email