Transmis par Samuel

L’accélération actuelle des temps et des énergies sur la planète offre une opportunité incommensurable pour faire Son choix à l’heure des prémices d’un nouveau cycle de vie pour chacun. Rien ne sera comme avant, plus que jamais, comme on nous le répète à satiété sans pour autant savoir ce qui arrive. Nous ressentons tous que tout bascule autour de nous, la société planétaire qui devient de plus en plus folle, les peuples qui perdent leurs repères et les individus qui vivent intérieurement la souffrance d’une remise en question profonde. Nous vivons tous le tiraillement entre nos angoisses et notre attachement à l’idée de bonheur.

Commence alors la recherche d’un nouveau sens à la vie hors de l’accumulation de signes d’affections, de gratifications professionnelles, de biens matériels, de mesures de prévoyance…

Égaré du programme planétaire matérialiste, j’ai glissé dans un nouveau vase tout aussi hermétique. On m’y expliqua le concept d’ascension de l’âme vers un plan de lumière plus harmonieux, s’habillant selon les modes d’un New Age qui vend toujours plus blanc que blanc. J’ai longtemps buté sur tout cela, cru comprendre grâce à quelqu’un mais me sentir encore plus perdu à cause de la version d’un autre.

J’ai essayé de rentrer dans ce nouveau moule rempli d’enseignements spirituels impossibles à relier les uns aux autres. J’ai fini par me perdre, par me paralyser en étouffant ma nature profonde, par m’épuiser et je me rendormais régulièrement dans les artifices de la vie quotidienne. Mon âme hurlait face à cette soupe spirituelle, à ces dénonciations de complots, à ces accumulations de canalisations sur l’arrivée d’un événement planétaire, à l’attente d’un sauveur venu d’ailleurs, à ces projets de création d’écoles de la vie, à ces conseils d’éveil et ces thérapies de l’âme.

Je ressens qu’il n’est simplement plus temps.

Alors j’ai renoncé à la vérité des autres. J’ai cessé de lire pour commencer à travailler sur moi, à faire une réelle introspection sans compromis. J’ai pris mon processus individuel d’éveil en main. J’ai cessé de remettre mon pouvoir personnel à d’autres. J’ai laissé venir à moi de nouveaux guides, non pas des humains incarnés, mais des guides totalement inattendus. J’avais posé mon choix en cohérence avec l’appel de mon âme. L’aide adéquate pour moi s’est manifestée.

Je ne répondrai pas pour vous, je révèle seulement ce que j’ai trouvé pour moi. Ne renoncez pas à votre vérité pour adopter celle que je vais vous présenter, cela serait une erreur. En venant lire Le Retour des Dragons, vous avez le partage d’un chemin de vie, le mien. Il m’amène aujourd’hui vers la compréhension de ma multidimensionnalité.

L’activation de la lignée reptilienne

L’humanité incarnée voit dans son génome deux brins d’ADN dont une grande majorité de codons qualifiés d’inactifs.

Notre ADN se réactive progressivement et les dernières générations sont de plus en plus préactivées dès la naissance. Nos deux brins physiques s’accompagnent de brins éthériques qui se chargent aussi. L’activation de notre ADN accompagne ce processus de reconnexion avec les origines stellaires de notre être divin.

En effet, l’homme porte dans son ADN les dons de très nombreuses civilisations multidimensionnelles. La richesse de notre gamme d’émotions vient de là. Notre être divin se fonde sur un socle d’ADN partagé par tous nos aspects multidimensionnels. Nous n’en voyions que deux car c’était les deux nécessaires pour notre partie incarnée sur Terre et nous étions coupés de nos autres parties.

Prendre conscience que notre ADN est plus étendu que ce que la science perçoit, signifie que les voiles nous séparant de nos autres aspects se désagrègent.

Lorsqu’on répond à l’appel de notre âme pour réintégrer une dimension spirituelle dans notre vie, on entreprend l’éveil et la reconnaissance de l’existence des aspects de son être multidimensionnel. Nous sommes une mosaïque et notre ADN nous le rappelle. Nos aspects sont souvent lumineux mais aussi sombres pour certains. Nous avons à redécouvrir la nature de chaque partie de notre être. Mais ce qui est le plus troublant est de comprendre l’influence des parties de notre être les unes envers les autres.

Nous n’avons connaissance que de la partie de nous la plus dense, notre conscience dans notre corps physique à la surface de la Terre. Il y a la partie de nous non incarnée que l’on identifie comme le Soi Supérieur, qui nous souffle les intuitions, qui active les situations de la vie courante pour que l’on voie, comprenne et apprenne de nos erreurs.

Mais il y a des parties de nous qui sont d’autres êtres de pleine conscience. Toutes sont reliées à un niveau invisible grâce l’ADN, le socle liant ensemble les destinées de toutes les fractions du Grand Nous de chacun.

Nous portons notamment des lignées reptiliennes car les extraterrestres de type reptilien ont contribué à notre édification actuelle pour répondre à leurs besoins.

Lorsque je me mets en colère, j’ouvre un canal intérieur vers cette partie de moi. Car la colère est une émotion disponible par ma lignée reptilienne. La fraction de mon être avec laquelle j’entre en résonance est terriblement prédatrice. Elle n’est pas incarnée dans le monde physique sur Terre mais vit dans un plan dimensionnel invisible à mes sens habituels.

Cette fraction prédatrice prend temporairement le contrôle pour assouvir sur la cible de ma colère son besoin de se nourrir énergétiquement. Si l’autre personne réplique avec colère, certes elle nous reflète tel un miroir pour nous renvoyer notre propre image de noirceur intérieure non contrôlée mais elle ouvre son propre canal pour donner le volant à sa fraction reptilienne prédatrice. Les deux aspects prédateurs prennent les rennes et ripostent à la prédation de l’autre sur sa propre partie incarnée.

Me mettre en colère, c’est m’offrir en véhicule pour mon aspect prédateur qui va se nourrir de l’énergie de colère. Éteindre ma colère est difficile car c’est plonger en moi pour refermer cette porte. La conscience de mon aspect prédateur vivant dans une autre dimension se surimpose à la mienne et se défend.

Ce reptilien est moi et il n’est pas qu’une simple émotion qui domine ma raison en certaines circonstances. C’est un être de pleine conscience.

Les fractions de nos âmes qui s’expriment en tant qu’entités reptiliennes n’aiment pas être découvertes car cela fragilise leur stratagème de prédation.

M’éveiller passa par la délicate épreuve de les affronter dans ma réalité, de les voir se matérialiser dans ma chambre telle des ombres noires aux silhouettes reptiliennes. Je ne comprenais pas pourquoi ces attaques étaient autorisées par mon âme et mes dragons protecteurs. Parmi ces visites agressives, je fus marqué par l’échange avec un reptilien dressé sur moi pour se renseigner sur mon pendant reptilien. Car si je m’éveille et je sors de la prédation, mon aspect reptilien change lui aussi de son côté et déstabilise par son éveil toute sa lignée reptilienne.

Ce n’était plus seulement mon moi reptilien qui influence mon moi humain mais que cela se faisait à double sens. Le reptilien qui tentait de forcer l’accès à ma mémoire percevais dorénavant mon moi reptilien comme un infiltré et une menace chez eux.

Analyser le mécanisme de mes colères fut mon introduction à la multidimensionnalité.

L’empathie comme arme de servitude du reptilien intérieur

Alors même que je glisse de vies en vies dans ce long cycle de réincarnation, je comprends que je ne suis qu’une petite partie de tout ce qui est moi.

Ma conscience fut coupée des autres morceaux qui la constituent réellement dans les éléments et les dimensions. J’existe sous des aspects de lumière sur l’infinité des plans subtils.

Je suis une partie de moi qui s’est incarnée aussi pour vivre les répercussions de ma propre prédation menée par une autre partie spécifique de moi, une partie sombre celle-là. Elle vampirise au travers de mes actes et influence mes émotions pour s’en nourrir. Elle est ma part sombre, cette part que je ne voulais pas reconnaître et accepter.

Né juif à Paris, j’ai été déporté pour mourir ensuite de malnutrition avant l’âge de deux ans dans un camp de concentration nazi. Alors la faim, je l’ai connu. Ce traumatisme se traduit inconsciemment par un stress dans cette vie dès que quelqu’un picore dans mon assiette. Cet acte anodin peut soulever une colère immense chez moi.

Alors j’ai entrepris de travailler sur moi, sur mes défauts, de reconnaître mes accès de colère et de m’en libérer en acceptant aussi des blessures d’enfance, des blessures karmiques.

Mes compagnons cristallins me guident par des exercices pour guérir, lâcher-prise et ouvrir mon cœur. Cela a provoqué la colère de mon aspect multidimensionnel reptilien.

Il s’immisce dans mes failles restantes pour se surimposer à ma conscience. Lorsque je parviens à faire changer mon corps physique de bande fréquentielle, montant de la troisième à la quatrième dimension, je peux le voir ainsi que d’autres reptiliens qui sont peut-être le pendant obscure de personnes que je connais.

Le comprendre et ressentir de l’empathie est nécessaire. Je comprends la raison de cette vie difficile pendant la seconde guerre mondiale. Mais l’empathie n’est pas d’accepter d’être une victime complaisante. Lui et moi partageons le même ADN.

Si j’agis pour entreprendre ma rédemption, pour unifier mes différents aspects, il en profitera aussi, se libérant de ses instincts prédateurs.

Le retour à l’état unifié par les lignées rédemptrices des dragons

Les dragons ont joué un rôle majeur dans l’édification de toute vie sur la planète. Ils ont déposé un trésor dans notre ADN bien avant que le jeu de la vie sur Terre prenne la complexité actuelle. Si la génétique multidimensionnelle de notre ADN ouvre la voie à l’intégration de nos parts d’ombre, par les lignées prédatrices reptiliennes que l’on porte, elle contient aussi les codes stellaires du retour à l’état unifié par les lignées rédemptrices des dragons.

La rédemption est la grande réconciliation de notre être au complet, en unifiant toutes ses facettes sombres et lumineuses pour s’élancer vers sa prochaine étape d’évolution.

Je ne comprenais pas pourquoi j’étais en mesure d’intégrer l’énergie des dragons en moi, y compris dans des circonstances aussi peu propices que dans un pub de Québec, alors que je n’ai toujours pas rencontré une personne en mesure de le faire avec autant d’intensité.

Je n’avais pas compris le verrou qui garde endormi nos lignées rédemptrices, lègues des dragons. On a tous un aspect ou une facette dragon plus ou moins importante en nous. Là réside le lien unique entre un dragonnier et son dragon.

Les dragons reviennent pour nous apporter leur aide et reforger l’être divin unifié que nous devons redevenir.

Pour que s’active en moi ma lignée rédemptrice, il m’avait fallu préalablement réactiver mes lignées reptiliennes. Les réactiver n’était pas uniquement de les laisser s’exprimer par mes émotions de colère, par mes comportements dominateurs et autres. C’était de passer l’épreuve de la flamme noire, celle qui correspond à la véritable réintégration de ses aspects d’ombre.

Il n’y a pas à vaincre son démon et terrasser son dragon, mais accepter son démon et réveiller son dragon.

C’est après avoir accepté mon démon intérieur que j’en découvre la véritable nature. Les pièces du casse-tête commencent à s’agencer.

Consumer ses voiles tel un phénix

L’oiseau phénix symbolise le feu créateur et destructeur. Le phénix est l’énergie intérieure de toute conscience qui induit le commencement et la fin de ses choix. Il est immortel, enclenchant sa propre résurrection pour se renouveler. Il brûle ce qui est obsolète en lui, son corps, ses choix passés et ses limitations. En se recréant sans fin de lui-même, il porte le symbole de l’âme universelle.

Juste avant de se consumer, il agonise, il souffre de ce qu’il n’est plus capable d’être. Quand il émerge de ses propres cendres, il se rappelle de sa nature divine. Le phénix se révèle à lui-même. Il est à notre image puisqu’il habite chacun de nous.

Le mythe du phénix est un enseignement précieux pour le temps actuel.

Le phénix intérieur qui s’embrase consume les voiles pour mettre à nu les lignées reptiliennes et les lignées draconiques que nous portons. Elles sont bien différentes l’une de l’autre en nature, en origine et en fonction.

La première phase du Retour des Dragons témoigne de mes chantiers intérieurs. La deuxième phase fut initiée plus spécifiquement par les esprits dragons qui commencèrent à ouvrir ma conscience à tout ce qui fut occulté. L’une ne chasse pas l’autre mais elles s’additionnent dans une roue vertueuse. La troisième phase s’enclenche par l’ajout de la multidimensionnalité. Chaque phase s’est accompagnée d’un remaniement du site Internet. Ce que je crée à l’extérieur reflète l’état de mon intérieur.

J’ai crashé mon site pendant une dizaine de jours le mois passé. Et je l’ai reconstruit pierre par pierre en assouplissant le design, en le libérant de codages inutiles, d’erreurs de programmation, de contraintes css et javascript. Je l’ai optimisé pour mes projets futurs. J’ai accéléré son temps de chargement dans les navigateurs web à l’image de ma propre accélération vibratoire. Je l’ai sécurisé et crypté SSL traduisant mes failles intérieures qui se ferment aux possibilités d’intrusions agressives. J’ai migré l’hébergement d’un point du globe connu pour abriter des bases souterraines hostiles pour le Massif central en France, où le volcanisme latent est liée à l’énergie des dragons qui réémergent.

La restauration de l’ère cristalline s’enclenche présentement après la longue noirceur consécutive aux catastrophes de la période atlante. Des guides, des dragons, des êtres cristallins ancrés ou non dans des crânes de cristal réalisent un travail remarquable pour m’accompagner conformément au choix de mon âme de sortir de ce cycle où les aspects de mon être sont dissociés les uns des autres.

Je ne suis pas seul dans cet inconnu, personne n’est seul s’il est prêt. Les esprits de cristal et les dragons reviennent pour ceux qui font clairement le choix d’âme de sortir de ce cycle pour ne pas en recommencer un similaire mais passer à la prochaine étape.

Je doute parfois, je souffre régulièrement, j’affronte le rejet, je tombe pour me relever, mais je sais où je vais sans pour autant connaître la ligne d’arrivée.

Vous pouvez vous abonner à l’infolettre. Cependant, Le Retour des Dragons ne veut pas changer le monde, ne dénonce pas les oppresseurs, ne critique pas les choix et les croyances, n’offre aucun conseil individuel, ne résout pas vos problèmes à votre place. Je ne suis pas tout blanc, j’ai mes hauts et mes bas, je pique des colères, j’aime encourager le Canadien de Montréal, boire une bière le soir, sortir et profiter des petits plaisirs de la vie. Je fais simplement tout cela en plus grande conscience. C’est un chemin parmi d’autres, c’est le mien. Vous l’emprunterez, vous le croiserez, vous l’éviterez, mais vous seul trouverez votre chemin.

Crédit illustration : Jiang Zi

Par Samuel sous www.leretourdesdragons.com

 

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité, de citer le site: http://elisheanportesdutemps.terrenouvelle.ca

Copyright les Hathor © Elishean/2009-2015/ Aux Portes du Temps



Print Friendly, PDF & Email