En préparation à ce que les étudiants doivent connaître à fond, je souhaite insister sur certains points, en dressant un tableau des renseignements déjà donnés.

La Science de l’Antahkarana n’est pas facile à apprendre, à cause des points suivants. Ces points, sur lesquels j’insiste, doivent être acceptés comme hypothèse de travail, avant toute tentative de travail.

1. La Science de l’Antahkarana est reliée à tout le problème de l’énergie, mais spécialement à l’énergie maniée par l’individu, et aux forces par lesquelles l’individu se relie à d’autres individus ou groupes. Pour plus de clarté, adoptons le terme de :

a. Energie : pour toutes les forces qui se déversent dans l’individu quelles que soient leur direction ou leur source. Ces énergies majeures ont été fréquemment nommées « sutratma », « fil de vie », ou « cordon d’argent ».

b. Force : pour toutes les énergies qui – après avoir été dûment manipulées et concentrées – sont projetées par l’individu ou le groupe dans n’importe quelle direction, avec de nombreux motifs possibles, certains bons, certains égoïstes.

2. La Science de l’Antahkarana, en termes techniques et pour le groupe, est spécifiquement la science de la manifestation de la lumière, avec ses résultats de révélation et les changements qui s’ensuivent. Il faut se souvenir que :

a. La lumière est substantielle et, pour l’esprit, c’est la sublimation ou forme supérieure de la matière « matérielle ».

b. La lumière est aussi la qualité ou caractéristique majeure de l’âme dans son propre domaine, et du corps éthérique (finalement réflexion de l’âme) dans les trois mondes de l’évolution humaine.

c. L’objet de la science dont nous traitons est de fusionner la lumière inférieure et la lumière supérieure, de sorte qu’une seule lumière brille dans la manifestation physique et une synthèse de lumière est obtenue.

d. En termes techniques, il existe deux corps de lumière – le corps vital ou éthérique et le véhicule de l’âme. L’un est le résultat de millénaires de vie incarnée et devient, avec le temps, un réservoir puissant d’énergies recueillies à partir d’un vaste éventail de contact, bien qu’il soit conditionné par le type de rayon dans ses trois aspects. Le corps éthérique existe et fonctionne puissamment aujourd’hui. Le corps de l’âme est en voie de lente construction ; c’est « une demeure éternelle qui n’a pas été faite de main d’homme » (II Co. 5 : 1) dit le Nouveau Testament. Il est intéressant de noter que l’Ancien Testament parle du corps éthérique et de sa construction, alors que le Nouveau Testament parle de la construction du corps spirituel.

3. La Science de l’Antahkarana doit être étudiée de trois manières :

a. Concrètement et en relation avec le corps éthérique, qui est une forme substantielle, tangible, considérée comme telle par la science moderne, bien que non encore admise universellement.

b. Egoïquement, en relation avec l’âme et le corps de lumière par lequel l’homme spirituel doit fonctionner dans le monde des âmes et qui – lorsqu’il est fusionné avec le corps éthérique – produit la manifestation de la divinité sur terre, à un degré plus ou moins grand selon l’étendue de la fusion et la reconnaissance consciente par l’individu.

c. Abstraitement, en relation avec la connaissance-sagesse, deux mots qui se rapportent à la force et à l’énergie et à leur emploi par l’individu, dans son entourage et ses contacts. Réfléchissez à ces deux mots. Vous comprendrez à quel point il est nécessaire qu’il existe une certaine faculté de pensée abstraite, avant que les implications de cette nouvelle science puissent être comprises.

4. La Science de l’Antahkarana concerne le problème de la continuité de conscience, et le problème de la vie et de la mort. Gardez ces deux thèmes clairement à la pensée, car ils sont fondamentaux et importants.

5. La Science de l’Antahkarana traite du fil triple qui relie :

a. La monade, l’âme et la personnalité, reliant les trois véhicules périodiques et unifiant les sept principes.

b. La personnalité triple et son entourage dans les trois mondes de l’entreprise humaine et, plus tard, dans les deux autres mondes (ce qui fait cinq) de l’expression supra-humaine.

c. L’homme consciemment créateur et le monde des idées. Il doit prendre contact et exprimer ces dernières par le travail créateur, jetant ainsi un pont de lumière :

1. Entre le monde des âmes et le monde des phénomènes.

2. Entre le domaine de la beauté, de la réalité subjective, et le monde extérieur tangible.

3. Entre lui-même et les autres.

4. Entre groupe et groupe.

5. Plus tard, quand le Plan divin sera devenu une réalité pour lui, entre le quatrième règne (l’humain) et le cinquième règne (le royaume de Dieu).

6. Finalement entre l’humanité et la Hiérarchie.

6. La Science de l’Antahkarana est la science du fil triple qui existe depuis le début des temps, et relie l’homme à sa source monadique. La reconnaissance de ce fil et son emploi conscient en tant que Sentier et moyen de contacts toujours plus vastes, viennent relativement tard dans le processus d’évolution. Le but de tous les aspirants et disciples est de prendre conscience de ce courant d’énergie dans ses diversifications variées, et d’employer consciemment ces énergies de deux manières : intérieurement, pour le développement de soi, et au service du plan prévu pour l’humanité.

7. La Science de l’Antahkarana enseigne certaines vérités concernant ce fil, dont quelques unes pourraient être énumérées comme suit :

a. Le fil de vie vient directement de la monade, c’est-à-dire de l’Un, Ce fil est ancré dans le coeur pendant l’incarnation. C’est là qu’est le siège de la vie.

b. Le fil de conscience vient directement de l’âme. Il est ancré dans la tête. C’est là qu’est le siège de la conscience.

c. Le fil de l’activité créatrice : c’est l’être humain qui le met en route et le construit. Il est ancré dans la gorge, lorsqu’il est suffisamment construit. Ce fil est une extension ou une synthèse des deux fils fondamentaux. Ce fil créateur est lui même de nature triple. Il est lentement construit par l’homme, au cours des âges. Lorsque l’homme s’éveille vraiment du point de vue de la conscience intelligente et du désir de s’exprimer pleinement, le processus s’accélère nettement. Ces trois fils mineurs créés par lui constituent le troisième fil de l’antahkarana qui relie finalement :

1. Le corps physique au corps éthérique, en passant du coeur à la rate, et de là au corps du prana, corps vital ou éthérique. Ils’unit à la force émanant des pétales égoïques de volonté.

2. Le corps éthérique au corps astral. Ce fil passe du plexus solaire au coeur, et de là au corps astral ; il recueille l’énergie du fil mentionné ci-dessus, et s’unit à la force émanant des pétales d’amour.

3. Le corps astral et le véhicule mental. Ce fil passe du centre ajna au centre de la tête, et de là au corps mental ; il recueille l’énergie des deux autres fils mentionnés ci-dessus, et s’unit àla force des pétales de connaissance.

Bien que ces trois énergies soient finalement tissées en un seul fil, elles demeurent cependant distinctes. Il faut se souvenir que le corps de l’âme est construit de pure lumière blanche, tandis que le corps éthérique est fait de lumière dorée.

8. La Science de l’Antahkarana traite donc de tout le système d’énergie, des processus d’utilisation, de transformation et de fusion. Elle traite aussi des énergies émises et de leur relation avec l’entourage ; elle est la base de la science des centres de force. Les énergies qui arrivent et qui passent constituent finalement deux grandes centrales d’énergie, l’une caractérisée par la puissance, et l’autre par l’amour ; ces énergies sont toutes dirigées dans le sens de l’illumination de l’individu et de l’humanité dans son ensemble, par le moyen de la Hiérarchie. C’est fondamentalement la Science du Sentier.

L’antahkarana donc est le fil de conscience, d’intelligence, l’agent récepteur de toutes les réactions sensibles.

Le point intéressant à garder à l’esprit, et sur lequel il nous faut maintenant insister, c’est que ce fil de conscience est produit par l’âme et non par la monade.

L’Ame du Monde déverse ses fils arachnéens de conscience sensible dans toutes les formes, dans toutes les cellules du corps, et dans tous les atomes.

L’âme humaine, l’ange solaire, répète ce processus par rapport à son ombre ou réflexion, la personnalité. Ceci fait partie du travail créateur de l’âme.

Mais, à son tour, l’être humain doit devenir créateur au sens mental du terme, et répéter ce processus, car en tous points le microcosme ressemble au macrocosme.

Donc, par le fil de vie, l’âme crée et reproduit une personnalité dans laquelle elle peut fonctionner. Puis, par la construction de l’antahkarana, l’âme développe tout d’abord sa sensibilité sur le plan physique, et plus tard, elle jette un pont sur les ouvertures existant entre les trois aspects mentaux, par la méditation et le service. Ainsi se trouve terminé le sentier de retour vers le Centre, qui doit être parallèle au sentier allant vers l’extérieur.

Voilà terminée ma présentation préliminaire des principes fondamentaux qui, dans l’ère future, domineront les systèmes d’éducation. Il était nécessaire que vous tous – et ceux qui, dans l’âge futur, étudieront ces instructions traitant de l’éducation nouvelle – vous saisissiez quelque peu les implications, les tendances de base et quelques idées, si vagues soient-elles, de la direction d’où l’on peut s’attendre à voir surgir les changements majeurs. Vous pouvez donc commencer à travailler avec intelligence en perdant le moins de temps possible.

Il reste maintenant à mettre en pratique, dans ses implications, l’enseignement que j’ai donné. L’Education Nouvelle doit maintenant prendre la place de l’ancienne, tellement fâcheuse qu’elle n’a pu empêcher l’holocauste universel qui a caractérisé les années 1914-1945. Il faut la remplacer. Le prochain stade de l’évolution humaine se dégagera, comme résultat de l’action purificatrice de la guerre mondiale. L’humanité doit prendre certaines mesures, et seuls le permettront un type nouveau d’éducation et une attitude différente face aux méthodes d’éducation à imposer aux enfants de toutes les nations.

Un nouveau cycle d’expérience, de développement psychologique et de méthodes d’éducation nouvelles est imminent. Ce que j’ai communiqué, ici et ailleurs, sur la Science de la Méditation, sur la Science du Service et au sujet de l’Antahkarana présente une méthode, un mode, une promesse et ajoute du poids à tout ce que je vous ai dit.

LE TIBETAIN

EDUCATION DANS LE NOUVEL AGE chapitre 5( ALICE BAILEY)

http://www.le-tibetain.com

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité, de citer l'auteur, les sources, et le site: https://elishean-portesdutemps.com

Votre aide est très Importante…

Depuis plus de 10 ans, de la conception à la publication, je suis seule à travailler sur les sites du réseau Elishean, partageant tous les jours des textes afin d'ouvrir les consciences et aider à l'Ascension, promesse de l'Âge d'or. Je fais appel à vous aujourd'hui afin de me soutenir dans cette démarche en faisant un don (si minime soit-il). Le partage est un don de Soi, un don d'Amour... Recevez toute ma gratitude... Mon Amour vous accompagne...

Copyright les Hathor © Elishean/2009-2019/ Aux Portes du Temps

Print Friendly, PDF & Email