David Wilcock et Emery Smith

David Wilcock : Bienvenue à « Cosmic Disclosure ». Je suis votre hôte, David Wilcock. Et voici de nouveau avec moi Emery Smith, un ami à moi depuis 10 ans.

Je me suis appuyé sur toi pendant une décennie pour faire ça, et tu l’as finalement fait. Alors, merci, Emery. Et merci au nom de toutes les personnes dans le monde qui veulent la liberté et la Divulgation complète.

Emery Smith : Oh, merci de m’avoir invité, Dave.

David : Nous étions en fait en voiture, et nous parlions des corps que vous aviez autopsiés, mais ensuite vous m’avez dit quelque chose dans la voiture qui, je pense, apporte un éclairage plus profond sur votre expérience.

Et j’aimerais qu’on en parle maintenant, même si je pense que c’est plus avancé dans votre carrière.

Mais cela aide à établir une vérité fondamentale, qui est que les initiés, typiquement, quand vous en obtenez une vraie, ils ont beaucoup de choses différentes et cool qu’ils ont faites.

Parlez-nous du Vatican.

Emery : Oh, le Vatican. Oui, oui, oui.

Ils avaient besoin de techniciens et de scientifiques pour se rendre au Vatican pour consulter leurs archives, parce qu’ils savaient qu’ils avaient des informations sur une embarcation prise au Nouveau-Mexique.

David : Il y avait donc eu un OVNI… . .

Emery : Il a été abattu.

David : Oh !

Emery : Ouais.

David : Et c’était récent.

Emery : Oui, très récent. Et ils ont pris ce vaisseau… . .

David : Pourquoi l’abattre ? Etait-il hostile ? A-t-il fait quelque chose de mal ?

Emery : Non, non, non, non, pas du tout.

David : Oh.

Emery : Non, il s’est juste approché trop près de certaines des armes qui se trouvent là-haut. . .

David : Oh ! D’accord.

Emery : . . . d’après ce que j’ai entendu, d’après le débriefing.

Et je ne sais pas où il s’est écrasé. Je sais juste où il était.

David : Savons-nous quoi que ce soit sur l’apparence de ce vaisseau ou sur le type d’occupants qu’ils ont trouvé à l’intérieur ?

Emery : Non, il n’y avait pas d’occupants qui auraient été mentionnés, mais l’embarcation ressemblait à un tétraèdre.

La meilleure façon de le dire, c’est de faire un tétraèdre avec des tuyaux en PVC.

David : Vraiment ?

Emery : Oui. Et environ 8 pieds de diamètre.

David : Uh !

Emery : Oui, et il y a une lumière au milieu.

David : Vraiment ?

Emery : Oui.

David : Et c’était comme un drone robotique ?

Emery : Il reste toujours centré. Ah, ça aurait pu l’être. Mais encore une fois, beaucoup de ces embarcations sont conscientes, en fait.

David : Hm.

Emery : Et il peut. y avoir.. . . De temps en temps, des stroboscopes. Et il remplira les espaces pour que vous ne puissiez pas voir à travers.

David : Qu’est-ce qui remplira les espaces ?

Emery : Comme tu le sais, j’ai juste dit que c’était un tétraèdre vide, comme un tuyau en PVC ?

David : C’est vrai.

Emery : A:lors vous pouvez voir à travers, et que vous pouvez voir la lumière au milieu.

David : Oh !

Emery : Uh-huh. Ouais.

David : De quelle couleur était l’orbe de lumière ? Est-ce qu’on le sait ?

Emery : Elle était bleu, mais elle était très petite, environ trois pouces de diamètre.

David : Wow !

Emery : Oui.

David : Et le tétraèdre lui-même était blanc ?

Emery : C’était… L’extérieur était comme s’il était fait avec un tuyau en PVC et il était blanc pur, et il était sans couture.

David : Wow !

Emery : Et si vous vous en approchiez de trop près, l’espace se remplissait.. . . et tu n’y voyais rien.

David : Mais je ne sais toujours pas si je comprends.

Emery : D’accord. Donc, si vous avez un tétraèdre vide, e vous pouvez voir à travers, et nous ne parlons que des lignes extérieures, d’accord?

David : D’accord.

Emery : Alors vous pouvez voir à travers, et vous pouvez voir cette orbe.

David : Oh.

Emery : Et si vous vous en approchez trop près, elle deviendra solide.

David : Ce tétraèdre devient solide ?

Emery : Oui.

David : Vraiment ?

Emery : Oui.

David : Et ensuite, à quoi cela ressemble-t-il ?

Emery : C’est juste blanc. C’est juste blanc.

David : Wow !

Emery : Oui, blanc pur.

David : Il semble donc qu’il s’agissait d’une sorte de drone, et il n’y avait pas d’occupants.

Emery : Il n’y avait pas d’occupants, mais cela ne veut rien dire … . . parce que cette lumière blanche pourrait être une sorte de conscience.

David : Ou un être. C’est vrai.

Emery : Ou un être.

David : Ouais.

Emery : Donc vous ne pouvez pas. savaoir.. . . Chaque fois que vous voyez la lumière, vous devez d’abord penser à un être et ensuite partir de cette supposition

David : Vous dites donc, si j’ai bien compris, que le ministère de la Défense a abattu cette embarcation, ou quoi que ce soit d’autre, au Nouveau-Mexique.

Et ils n’ont aucune idée de ce que c’est ou d’où ça vient.

Emery : Ouais. Je ne sais pas où il a été abattu. Je sais juste qu’il a été stocké au Nouveau-Mexique, . . .

David : Oh !

Emery : . . . parce que c’est là où j’étais. Mais c’était une première du genre, alors ils ont eu… . .

David : Ils ont une très solide idée de ce qui s’écraserait normalement, n’est-ce pas ?

Emery : Oui.

David : Ils ont un vaste catalogue ?

Emery : Ils ont une vaste collection, je dirai.

David : Ouais, ha, ha, ha. D’accord. Mais cela a faussé les graphiques d’une certaine façon.

Emery : Oui. Oui, il a émis des fréquences différentes, je suppose, des fréquences ou quelque chose qui les a étonnés. Et il n’a pas montré d’agression ou quoi que ce soit après avoir été abattu.

Et il était toujours opérationnel, de toute évidence.

David : Et vous dites que cette technologie était dans la catégorie où il apparaît que le matériau lui-même est une forme de vie d’une manière ou d’une autre ?

Emery : Eh bien, je ne sais pas pour CELA, parce que je n’étais pas dans cette partie. Tout ce que je sais, c’est que la balle à l’intérieur avait de l’énergie.

David : D’accord.

Emery : Donc l’énergie et la lumière peuvent toujours signifier la vie.

David : D’accord. Alors, qu’est-ce qu’ils ont décidé de faire à propos de cette technologie ? S’ils ne savent pas ce que c’est, ils ne savent pas d’où ça vient, sur quel genre de ressources ils peuvent puiser à ce moment-là ?

Emery : Eh bien, ce qu’ils font, c’est qu’ils forment une équipe, et ils font une grande vérification des antécédents dans le monde entier, parce qu’il y a d’autres catalogues dans d’autres pays et aussi d’autres religions.

Et, bien sûr, le Vatican a toujours été une énorme base de données. Il possède d’énormes archives sur beaucoup de choses : des artefacts et des objets qu’ils ont trouvés dans l’espace et qu’ils ont collectionnés pendant de nombreuses années, beaucoup, beaucoup, beaucoup, beaucoup, beaucoup, beaucoup, beaucoup d’années.

Et ils ont une base souterraine sous le Vatican.

Ainsi, deux scientifiques et moi-même avons été déployés dans cette zone au Vatican dans un endroit non divulgué au sein même du Vatican. Et nous avons pris un ascenseur à sept ou huit étages.

David : Hm.

Emery : Et c’est un peu comme ça que tout a commencé. On a la permission du Vatican. Ils ont tout organisé.

Nous ne sommes que des entrepreneurs qui vont là-bas pour recueillir n’importe quel type d’information qui serait semblable à cet appareil.

David : Alors, sont-ils courant qu’il y ait une coopération inter-agences ?

Emery : Oui.

David : D’accord.

Emery : Habituellement pour l’échange de technologies.

David : Maintenant, vous êtes un vétéran des Forces aériennes, n’est-ce pas ?

Emery : Oui.

David : Et nous avons souvent entendu dire par divers initiés qu’il y a comme une aile de la Force aérienne du complexe militaro-industriel et une aile de la Marine, qui ont en quelque sorte rompu après la Seconde Guerre mondiale… . .

Emery : C’est vrai.

David : Et ils sont devenus des complexes industriels totalement distincts.

Emery : C’est très vrai.

David : Pensez-vous que la plus grande partie de votre expérience se situe du côté de la Force aérienne, parce que c’est là que vous avez commencé, ou… . .

Emery : Oui, pour cette chose en particulier, je dirais que oui, mais ils travaillent toujours ensemble lorsqu’ils ont des questions.

David : D’accord.

Ils ne se tapent pas dessus.

David : C’est vrai.

Emery : Mais ils aiment garder leurs secrets ensemble, parce que plus ils peuvent en montrer au gouvernement, plus ils peuvent obtenir de l’argent à la fin de l’année.

Donc, si j’ai des choses vraiment cool que j’ai recueillies cette année pour cette société, ce laboratoire militaire ou le laboratoire militaire de la Force aérienne, alors nous obtenons plus d’argent.

Ainsi, ils ne partagent pas toujours les secrets de ce qu’ils font, mais ils travaillent toujours ensemble pour découvrir des choses qu’ils n’arrivent pas à comprendre. Ils travaillent toujours… . . Ils s’y conforment très bien.

David : Je pense donc que le budget militaire, (même dans les livres sur le budget militaire), était récemment de l’ordre de 864 milliards de dollars – y compris les ridicules sièges de toilette de 700 $ et ce genre de choses, ainsi que les petites noix qui coûtent 65 $.

Donc, l’idée est que le budget militaire donne beaucoup de place pour les dépenses hors bilan.

Emery : C’est exact. Tu sais, tu pourrais avoir un siège de toilette pour 700 $, alors qu’ils vont à Home Depot et l’achètent pour 2,00 $. Et ils en achètent 2 000. Et puis le reste de cet argent va où ?

David : Eh bien, apparemment, vous vous disputez pour ça, c’est ce que vous me dites maintenant. C’est une dynamique…

Emery : C’est une compétition.

David : La concurrence.

Emery : Mais d’après mon expérience, je veux dire, et je ne suis pas l’un de leurs lointains cadres ou de leurs conseillers financiers, mais simplement, d’après ce que j’ai entendu de la part de certaines des personnes de la classe supérieure là-bas, c’est qu’ils obtiennent toujours à peu près la même chose.

David : Oh.

Emery : Donc, ce n’est pas ça… . . Ils ne se tabassent pas pour des milliards de dollars.

David : C’est vrai.

Emery : Et ce n’est pas des milliards, c’est des trillions.

David : C’est vrai, quand vous rencontrez toutes les autres façons dont l’argent est généré.

Emery : Correct.

David : Donc, si nous avons cette technologie qui descend, et qu’ils ne savent pas ce que c’est, juste dans un sens très général, si vous pouvez spéculer – et je comprends que vous n’avez peut-être pas de connaissances définitives, mais j’aimerais connaître vos spéculations. Ce sera probablement mieux que les miennes.

Combien de fois pensez-vous que ce genre de choses arrive ?

Emery : Tous les jours.

David : Vraiment ?

Emery : Oui.

David : QUOTIDIENNE ? Il y a des accidents d’OVNI tous les jours ?

Emery : Eh bien, il se peut que ça le soit…

David : Je ne m’attendais pas à cela.

Emery : Ils sont en fait identifiés, parce que quand on dit « UFO », on pense… . .

David : Véhicules.

Emery : Véhicules. Mais il y a beaucoup de véhicules qui sont récupérés de l’espace, ou abattus dans l’espace, puis récupérés et ramenés. Et ils ne sont pas toujours, bien sûr, habités du tout.

David : C’est vrai.

Emery : Et beaucoup de ces choses aussi, en fait, c’est comme un cheval de Troie. Ils veulent que nous amenions cela ici, afin que nous puissions en apprendre davantage sur la bonne technologie et que nous puissions faire de la rétro-ingénierie.

David : Un cheval de Troie positif.

Emery : D’accord – un cheval de Troie très positif.

David : Pas comme une infestation par l’IA… . .

Emery : Non !

David : . . . qui grouillent sur la planète.

Emery : Non, pas du tout.

David : D’accord.

Emery : Donc, et c’est ce que… . . C’est tellement excitant que les scientifiques s’en rendent compte. Et beaucoup d’entreprises l’apprennent aussi.

Ce qui est triste, c’est qu’une fois qu’ils s’en aperçoivent, c’est pas toujours pour que le public puisse s’en servir pour nous aider à améliorer nos vies.

David : Très bien. Je suis encore sous le choc, et ils le sont probablement aussi. Tous les jours ? EVERY DAY ?

Emery : Oui, tous les jours.

David : N’y aurait-il pas des gens qui filment ça avec leur téléphone ? N’y aurait-il pas des rapports d’incidents et …..

Emery : Eh bien, je pense qu’il y a beaucoup de choses anormales que les gens voient sur YouTube et toutes ces choses.

David : D’accord.

Emery : Et probablement 90% d’entre elles sont de fausses désinformations . . .

David : C’est vrai.

Emery : . . . ou de faux véhicules de reproduction extraterrestres qu’ils utiliseront pour rendre les gens craintifs ou quoi que ce soit d’autre. C’est donc ce qui se passe.

Mais il faut comprendre que cela n’arrive pas dans les grandes villes. Ces choses sont généralement… . . abattues dans les zones atmosphériques XO puis ramenés très soigneusement à la surface ici.

David : D’accord.

Emery : Ce n’est donc pas toujours comme si on abattait un avion à réaction et qu’on le voyait couler, et boom.

David : C’est vrai.

Emery : Vous savez, c’est très rare.

David : Donc, d’une certaine façon, si nous pouvons comparer cela à une guerre, ils seront très méticuleux en ce qui concerne le fait de ne pas laisser de véhicules sur le champ de bataille.

Emery : Oh, vous ne verrez aucun véhicule sur le champ de bataille.

David : C’est vrai.

Emery : Non.

David : Donc, quoi qu’il arrive, ils l’amènent… . .

Emery : C’est intentionnel.

David : Ils jettent un coup d’oeil.

Emery : Exact.

David : C’est vrai. Cela signifierait donc, je suppose, qu’il y a probablement des relations diplomatiques avec divers groupes d’ET. Et puis quand les gens essaient de violer cet accord ou ce contrat, si vous voulez, c’est là que les problèmes surgissent ? Diriez-vous que c’est vrai ?

Emery : Oui, comme avec Eisenhower. Je veux dire, il s’est passé de bonnes choses avec les réunions. Il y a eu de nombreuses réunions présidentielles avec certaines civilisations ET.

Et je pense que ce qui se passe, c’est que le fait que le président serre la main d’un extraterrestre ne signifie pas toujours que le complexe militaro-industriel du président fait également partie de ce contrat.

David : C’est vrai.

Emery : Et c’est ça le problème. C’est ce que nous avons fait. . . Hm… . . Notre contrat est nul et non avenu à cause de ce problème.

David : Wow !

Emery : Ouais.

David : Donc, si vous pouviez à nouveau spéculer – et je crois comprendre que c’est tout simplement au sommet…

Emery : Bien sûr.

David : . . . ou peut-être que vous avez des briefings, je ne sais pas. Si vous dites que l’on récupère quelque chose une fois par jour en moyenne, soit 365 fois par an. Dans l’année, combien de ces trucs, selon vous, seraient non conventionnels ou nécessiteraient des recherches plus approfondies pour pouvoir être comprises ?

Emery : Eh bien, laissez-moi préciser une chose. Quand je dis que nous en récupérons un par jour, ça peut être une pièce d’équipement.

David : Ah.

Emery : Ok ? Il peut s’agir d’une découverte archéologique ou d’un objet provenant de l’espace qu’ils ont recueilli. Ou ça pourrait être quelque chose qu’on a abattu.

David : Wow !

Emery : Donc,voila …. . . Quand je dis ça, c’est la quantité de données que nous recevons sur ces appareils TOUS les jours.

David : Wow !

Emery : C’est donc la raison pour laquelle il y a tant de croissance, et pourquoi tant d’argent est investi dans ces projets, parce que c’est un montant illimité de ressources. On ne peut pas suivre ce qui se passe.

Ils commencent donc à entreposer ces choses. Et puis certaines choses, certaines organisations, achètent des quantités massives de satellites pour suivre ces choses avec des détecteurs de lumière à neutrinos et s’organiser par leurs propres moyens pour obtenir cette technologie, au lieu que ça soit seulement le complexe militaro-industriel.

David : Je veux te parler de quelque chose, et ça m’ennuie, d’accord ? C’est donc une question que je pose en raison d’un certain degré de colère.

Mais cela m’a beaucoup dérangé quand je parlais à mon initié, Jacob, où il décrivait la redondance de la technologie.

Que, dans certains cas, ils ont trouvé tellement d’un certain type de technologie, comme par exemple, des ruines sur la planète Mars, au cas où nous y parviendrions un jour, ils ont en fait rasé des sites anciens et les ont enterrés, parce qu’ils ont l’impression de savoir ce qu’il y a là, et ils ne veulent pas qu’on le découvre aussi facilement.

Avez-vous déjà entendu parler de ce genre de choses ?

Emery : J’ai entendu parler de ce genre de choses qui se passent ici sur Terre.

David : Vraiment ?

Emery : Et je ne serais pas étonné que cela se passe aussi sur Mars.

David : Pensez-vous donc que la technologie qu’ils ont dans ces programmes secrets est si vaste que, dans bien des cas, ils peuvent apporter des choses, et cela ne va pas vraiment faire progresser nos connaissances ?

Emery : Cela fera toujours, habituellement 90 % du temps, progresser nos connaissances, oui.

David : Oh, vraiment ?

Emery : Je veux dire, s’ils apportent n’importe quel type d’équipement, ou de corps, ou de technologie, ou quoi que ce soit d’autre, nous en apprendrons encore. Nous sommes des gens du Moyen-âge qui essaient de faire fabriquer un marteau et une roue.

Donc, tous ces petits morceaux s’emboîtent encore parfois les uns dans les autres. Ainsi, vous pourriez obtenir un morceau aujourd’hui et un morceau dans deux ans, et ce serait comme, « Ah, voici les deux morceaux. Super ! »

David : Oh, wow.

Emery : Et c’est pourquoi il est important maintenant qu’un grand nombre de complexes militaro-industriels, de militaires et d’organisations privées font équipe pour des choses qu’ils ne peuvent pas comprendre, parce qu’ils travailleront sur un projet… . . ils avaient l’habitude de travailler sur des projets pendant cinq ou dix ans sans demander d’aide.

David : Wow !

Emery : C’est un peu comme le mari et sa femme qui se déplacent en voiture, et le mari ne va pas demander et s’arrêter pour obtenir des directions, parce que nous sommes trop têtus.

David : C’est vrai.

Emery : C’est un peu la situation actuelle, mais c’est différent. Ils partagent donc de l’information. Ils partagent des données, mais de façon très limitée et très prudente.

David : Il me semble que si le capital intellectuel, la valeur financière et informationnelle, si vous voulez, d’avoir des employés plus compétents qui travaillent sur ces choses, il semblerait qu’une fois que nous aurons la divulgation, et nous pouvons obtenir beaucoup plus, potentiellement des dizaines ou des centaines de millions de personnes qui travaillent sur toutes ces choses, nous ferons un saut quantique même au-delà de ce qu’ils sont aujourd’hui. C’est ce que je penserais.

Emery : Oui. Oui, il y a encore des règles, des lois et des règlements universels, mais pour ce qui est de la technologie, nous transformerons le monde du jour au lendemain en l’espace d’une semaine.

David : C’est vrai.

Emery : Je veux dire, vous serez capable de terraformer des maisons en 3D dans n’importe quel endroit à 50′ au-dessus de l’Amazonie, donc vous ne détruisez pas les arbres.

David : Wow !

Emery : Ce seront des villes qui seront installées partout. Je sais que même notre gouvernement m’a contacté pour orchestrer et architecturer une ville spéciale qui est autosuffisante, qui est hors réseau, qui a ses propres communications, son propre réseau électrique, et tout ça, parce qu’ils se préparent à faire ce modèle partout.

David : Wow !

Emery : Et notre gouvernement est tout à fait d’accord avec cela, en particulier POTUS.(Président Trump @POTUS sur tweeter)

David : Cela ne me fait pas penser que nous avons un problème de surpopulation. Si vous avez des gens qui peuvent devenir des travailleurs qualifiés, nous en voulons plus. Nous devrions coloniser. Nous devrions sortir et nous développer à l’intérieur des lunes, nous développer à l’intérieur d’autres planètes et à la surface de ces planètes.

On n’a pas besoin de se débarrasser des gens. Nous avons besoin de plus de gens.

Emery : Exact. Nous aurons besoin de plus de gens, parce qu’une fois que les renseignements et toute cette information sortiront, tout le monde sera vraiment intelligent et très rapidement. Ainsi, les gens s’entraîneront immédiatement à ce sujet.

Et la science secrète derrière la façon de faire tout cela sera révélée.

David : Wow !

Emery : Et dès que c’est révélé, vous avez raison, ce sera comme prendre un vol de Los Angeles à New York, mais vers la Lune ou Mars, pour aider à coloniser.

David : Ouais.

Emery : Et ce sera aussi sûr et aussi facile que ça.

David : Je veux donc m’assurer qu’on entre au Vatican.

Emery : D’accord.

Vous descendez cet ascenseur.

Emery : Oui.

David : Vous êtes en mission invitée pour essayer de comprendre ce que c’est que cette histoire de tétraèdre.

Emery : Exact.

David : Alors qu’est-ce que tu vois ? D’abord, dites-moi à quoi ressemblait l’ascenseur. Rien d’inhabituel dans l’ascenseur ?

Emery : Non, c’était un très grand ascenseur, plus grand que la normale. Tu pourrais y mettre une voiture.

David : Oh, wow !

Emery : Ascenseur normal. Très propre.

David : D’accord. Ronde, carrée ?

Emery : Non, carré. Rectangulaire.

David : D’accord. Alors les portes s’ouvrent, et que voyez-vous ?

Emery : Nous entrons. Le sol était blanc. Les murs étaient blancs. C’était comme un rail noir.

David : Un rail noir où ?

Emery : Il y avait juste comme un rail noir autour de l’intérieur du… . . comme un rail auquel tu pourrais t’accrocher.

David : D’accord. Sur les murs ?

Emery : Oui, sur les murs, à environ 3′ de haut.

David : D’accord.

Emery : Il n’y a pas de fenêtres, pas de verre, rien de ce genre. C’était juste un ascenseur normal. C’était très silencieux. Je ne savais pas qu’il a commencé à bouger.

David : Oh !

Emery : C’était l’ascenseur le plus silencieux que j’ai jamais vu… . . Tu sais, d’habitude, tu sens le petit rebondissement.

David : C’est vrai. C’est vrai.

Emery : Il n’y a pas eu de rebond. C’était comme si nous étions assis en train de parler, à tout instant.. . et quand les portes se sont fermées, je me suis dit : « Est-ce que quelqu’un va appuyer sur un bouton ou quelque chose ? »

David : Ha, ha, ha.

Emery : Je devenais nerveux, tu vois ?

David : C’est vrai.

Emery : Et puis j’étais comme…. . . Et tout d’un coup, en une minute, les portes s’ouvrent. J’étais genre, « Quoi ? L’ascenseur du Vatican est en panne ? »

David : Portiez-vous une sorte d’uniforme ou des vêtements civils ?

Emery : Je portais des vêtements civils, ouais.

David : D’accord.

Emery : Oui, des vêtements civils. Rien de spécial.

David : Donc vous entrez après que les portes se sont ouvertes, . . .

Emery : Exact.

David : . . . et que voyez-vous ?

Emery : La première chose que je vois, c’est un espace de type auditorium géant. Ça m’a rappelé… . . et je n’aime pas parler de films, mais dans « Hogwarts » de Harry Potter, je pense que c’était comme le système de chambre forte avec de toutes petites zones, où vous regardez en l’air et vous voyez toutes ces voûtes carrées, mais c’était très rustique.

C’était propre et impeccable. C’était du beau verre partout. C’était comme si… . .

David : Oh, mon Dieu !

Emery : . . . ces énormes cabines de verre. Et certaines étaient de tailles différentes. Donc, c’était vraiment soigné.

Et à travers ces cabines de verre, il y avait toutes ces bandes et lignes de métal.

Et puis il y avait ces plates-formes d’environ 6′ de diamètre qui pouvaient se déplacer jusqu’à n’importe laquelle de ces choses.

Et il n’y avait pas de mouvements saccadés. Ils ont juste coulé et puis ont pu tourner, et… . .

David : Oh, wow !

Emery : . . . mais seulement sur les angles. Ils n’ont pas fait de cercles, ou quoi que ce soit, à quoi que ce soit… . .

Et il y avait beaucoup de gens sur ces choses qui faisaient des choses avec les chambres fortes et qui regardaient à travers elles et faisaient des choses.

David : Wow !

Emery : Mais je n’ai pas pu y aller… . . Je n’étais qu’au premier étage.

David : C’est donc un peu différent. C’est pourquoi je voulais que vous disiez ceci, et c’est pourquoi je voulais le faire maintenant : la Bibliothèque du Vatican, vous pensez que c’est comme des piles de livres et des étagères.

Emery : Eh bien… . .

David : C’est très différent.

Emery : Eh bien, nous y arrivons, …. . .

David : D’accord.

Emery : . . . parce que nous avons dû traverser cette zone pour arriver à ce vieux… . . d’autres choses qu’on voit dans les films de livres partout et d’autres choses comme ça.

David : Mais ce que vous décrivez en ce moment est comme un film de science-fiction. Ça a dû être incroyable à couper le souffle.

Emery : C’était la chose la plus incroyable… . . l’une des choses les plus incroyables que j’aie jamais vu, . . .

David : Wow !

Emery : . . . parce qu’ils sont… . . le verre aussi, j’étais comme, « C’est…. .” Ils gardent tout cet équipement cool derrière cette vitre. Je me dis : « C’est ridicule ! »

Le verre peut se briser, et les tremblements de terre, et, vous savez, quoi que ce soit… . . des explosions.

Et il dit : « Oh, non. Ce n’est pas du verre. C’est du métal. C’est un type de métal. »

Le directeur principal . . .

David : Wow ! Comme de l’aluminium transparent, peut-être, quelque chose comme ça ?

Emery : Ouais, c’était comme un… . . Eh bien, il a dit que c’est un… . . il l’a fait. . . Il a juste dit que c’était un métal. Ce n’est pas du verre.

David : D’accord.

C’est tout ce qu’il a dit. Il n’a pas donné de détails, et je n’étais pas là pour en savoir plus sur le verre, même si je voulais savoir.

David : Alors, qu’y avait-il derrière la vitre ? Soyons clairs à ce sujet.

Emery : Beaucoup de choses différentes. Je veux dire, il y avait de l’équipement que je n’avais jamais vu auparavant.

Certaines choses ressemblaient à des armes. Certaines choses ressemblaient à des parchemins, mais sur de grandes plaques d’une sorte de… . . On aurait dit du plexiglas, comme des piles de plexiglas.

Et ils avaient tous leur propre truc. Il n’y a pas d’étiquette à l’extérieur de ces portes, donc vous savez.

David : Wow !

Emery : Aucun. Pas de chiffres, pas de symboles. C’est juste un gigantesque. . . comme six étages de ces cabines.

David : Bon sang.

Emery : Irréel. Je veux dire… . . Et comme je l’ai dit, les cabines là aussi étaient aussi petites qu’un pied (12″). Et certains étaient aussi gros que 20′.

David : Est-ce que la chose ressemblait à un hexagone ou à un carré ?

Emery : Tout était carré.

David : D’accord. Wow !

Emery : Oui, tout était carré.

David : Wow !

Emery : Alors que nous marchions, j’ai remarqué de l’équipement qui ressemblait à un géant… . . ces Dorjes, ces vieux trucs en laiton qu’ils avaient l’habitude de tenir.

David : Ouais. Au Tibet.

Emery : Oui, au Tibet.

J’ai remarqué qu’ils étaient en forme de cela, mais ils étaient solides et lumineux.

David : Wow !

Emery : Et il n’y avait pas de cordons électriques.

David : J’ai toujours pensé que le double Dorje est une sorte de technologie qu’ils viennent d’imiter avec ces petites sculptures qu’ils ont.

Emery : Exact, mais c’était comme une version vraiment cool, artistique, moderne, ultramoderne.

David : Wow !

Emery : C’était vraiment soigné avec des bords vraiment cool.

David : Wow !

Emery : Et il brillait. Et il n’y avait pas de cordons électriques ni de prises de courant. C’était juste là.

David : Wow !

Emery : Alors . . . Et tu dois comprendre que je n’étais pas là pour ça. Donc je ne peux pas m’arrêter. . . Ce n’est pas comme marcher au Louvre, bien sûr.

David : Ouais.

Emery : Nous sommes en mission, et vous gardez juste votre bouche fermée, et nous allons là où nous devons aller, nous voulions aller aux archives pour découvrir ce dispositif, ce dispositif, ou ce vaisseau, ce vaisseau avec cette lumière.

David : Que s’est-il passé après que vous ayez traversé cet auditorium cristallin majestueux ?

Emery : Après avoir franchi cette étape, il y avait une autre double porte en bas, et ils l’ont simplement glissé et ça s’est ouvert.

David : Comme les portes vitrées, ou …. . .

Emery : Hm-hmm, portes vitrées. Ils ont simplement glissé vers l’ouverture – comme s’ils étaient séparés.

David : Des bruits ?

Emery : Pas de bruit du tout.

David : Wow !

Emery : C’était très calme là-bas. Pas d’écho non plus, ce qui était bizarre pour moi, parce que je pensais même qu’une voix ferait écho dans cette pièce.

David : Et quand vous avez vu les gens sur ces plates-formes mobiles, qu’est-ce qu’ils portaient ?

Emery : Ils étaient tous en blanc, comme ceux-là… . . vous connaissez les combinaisons chirurgicales qui sont faites de ce tissu ?

David : Ah.

Emery : Et ils avaient aussi sur la tête les chapeaux blancs normaux.

David : Wow !

Ils étaient dans un costume propre.

David : Salle blanche.

Emery : Exact, mais ce n’était pas chirurgicalement propre. Je pense que quoi qu’ils faisaient, ils tenaient tous quelque chose et regardaient quelque chose et regardaient dans le verre.

David : Wow !

Emery : Donc je ne sais pas du tout ce qu’ils faisaient. Je n’en ai aucune idée.

David : Et pensez-vous qu’il y avait quelque chose au-delà de la première couche de ces cages ? Comme s’il y avait des couches plus profondes au-delà d’une couche, ou était-ce seulement à la surface ?

Emery : Au premier étage où j’étais, je ne pouvais pas voir… . . Je veux dire, ça vient de se terminer. Certains faisaient 10′ de profondeur. Certains avaient 30 pieds de profondeur. Vous savez, comme je l’ai dit, certains étaient petits, comme des cubes de 12 pouces, et d’autres étaient énormes.

Nous sommes passés à côté d’un qui mesurait au moins 20 pieds (presque 7 mètres).

David : Oh, wow !

Emery : Ouais.

David : Incroyable.

Emery : Oui, c’est incroyable.

David : Alors, que se passe-t-il après l’ouverture de ces portes tranquilles ? Où allez-vous ensuite ?

Emery : Donc maintenant nous sommes dans la bibliothèque principale, je crois.

David : Hm.

Emery : Et il y a ces tubes géants, cylindriques, contrôlés au gaz, qui sont probablement de 6′ à 3′ de diamètre. Et il y en a des centaines qui montent très, très haut.

David : Vous avez dit 6′ à 3′ de diamètre ?

Emery : Oui, de 6′ à 3′ de diamètre, en verre ou autre – métal, verre, verre, ou peu importe comment ils l’appellent.

David : D’accord.

Emery : Et il y a des fenêtres qui s’ouvrent, et ça monte et ça descend. Et ils ont une chose qu’ils tiennent, et ils peuvent faire défiler vers le haut, et puis tous ces livres descendent. Comme s’ils étaient tous sur des étagères, tous ces livres, ok, et toutes ces tablettes. Et ils montent et descendent.

David : Oh, wow !

Emery : Oui, de haut en bas à l’intérieur de ces colonnes cylindriques, dont j’ai entendu dire qu’elles étaient aspirées et contrôlées au gaz pour les empêcher de vieillir.

David : Wow !

Emery : C’est ainsi qu’ils nous ont emmenés à cet endroit et sont allés à cette colonne. Et il en a parlé tout de suite – tous ces différents livres sur ce métier en particulier. Et nous avons pu obtenir toutes ces informations.

David : A quoi ressemblaient les livres, et à quel âge étaient-ils ?

Emery : Eh bien, il semble que ces livres ont été traduits à partir d’un autre livre que quelqu’un a écrit, parce qu’ils ont dit que beaucoup de tout cela a été traduit. Tout était donc parfaitement écrit et dactylographié, comme s’il s’agissait d’un tout nouveau . . . comme aujourd’hui, comme rien de fantaisie, pour être honnête.

David : D’accord.

Emery : C’était dans des classeurs et des chemises et tout le reste. Donc ce n’était ni fantaisiste ni futuriste.

David : D’accord.

Emery : C’était juste une énorme base de données. Mais dans de nombreuses colonnes, j’ai regardé étaient de très vieilles choses, comme des livres en cuir.

Et j’ai remarqué qu’il y en avait un avec des blocs. Et je pensais que c’était des blocs, mais c’était des tablettes avec des informations sur eux.

David : Est-ce que certains des livres en cuir avaient une couverture de couleur, comme une couleur vive ?

Emery : Oui, j’en ai vu un qui en avait beaucoup… . . comme si l’une des colonnes avait beaucoup de couleurs, . . .

David : Ouais.

Emery : . . . et beaucoup de tailles aussi. Comme si j’avais vu qu’une étagère avait 6 livres.

David : Wow !

Emery : Oui, ça ressemblait à des livres. Je veux dire, c’était loin, peut-être à 30′.

David : Eh bien, quand Peterson a décrit son voyage au Vatican, il a dit que beaucoup de livres étaient reliés en cuir et qu’ils avaient des boucles… . .

Emery : Oui.

David : . . . et qu’ils étaient de couleur. . . comme des couleurs vives, comme un rouge vif, un vert vif.

Emery : Oui. Oui, oui, j’ai vu ça, et c’était très épais.

David : Wow !

Emery : Le cuir était très épais, et il y avait du métal dessus. J’en ai vu beaucoup qui marchaient jusqu’à l’endroit où nous devions aller.

David : Alors, est-ce que vous avez pu prendre le livre et l’apporter dans une zone de lecture, comme une table ou quelque chose comme ça ?

Emery : Ouais, non, il l’a sorti. Et il y a des tables partout qui sont sur des piédestaux, et il vient de les poser sur ce piédestal en verre de 6′, ou quoi que ce soit, en verre ou non. J’appellerai ça du verre métallique.

Et il l’a ouvert, et c’est lui qui nous montre. On ne peut pas y toucher, en fait.

David : Oh.

Emery : Donc il montre comme, dah, dah, dah, dah, dah, dah, dah, dah, dah, dah, dah. Et il y avait aussi un traducteur qui était là, parce que l’anglais n’était pas très bon.

Et il y avait deux autres de leurs techniciens qui s’occupaient de l’entretien, comme les bibliothécaires. C’était vraiment intéressant, bibliothécaires.

Ce qui s’est passé ensuite, c’est qu’ils l’ont ouvert et qu’il a commencé à défiler. Et on le regardait. Je l’examinais avec les deux scientifiques.

Et c’est ce que nous voulions. C’était exactement ce que …. . .

Nous lui avons donc demandé s’il avait quelque chose de semblable à ceci. Et il l’a fait.

David : Hm.

Emery : Alors il nous a emmenés dans une autre région et nous a montré un autre livre. Et ils avaient en fait des croquis de la même chose exacte… . .

David : Wow !

Emery : . . . c’était ancien.

David : Vraiment ?

Emery : Je veux dire, je ne sais pas quel âge il avait, mais il était assez vieux parce qu’il n’était pas écrit sur papier – ce parchemin de croquis géant que quelqu’un, un moine, avait dessiné.

Et il y avait beaucoup de physique dessus, et tout cela dans une langue différente.

Nous avons donc pu télécharger une photo de ce livre et nous avons obtenu une copie de ce livre, et nous l’avons escorté jusqu’à la maison.

David : Avez-vous eu une idée de ce qui a été dit à haute voix ou traduit, de ce qu’était cette chose ou d’où elle venait, de quelque chose d’aussi spécifique ?

Emery : Non, parce qu’une fois de retour, j’ai été retiré de ce projet. Tout ce que je peux vous dire, c’est qu’il s’agissait, je pense, je crois, d’un dispositif intentionnel qui a été mis en place ici pour aider. Et puis c’était tout. Je n’ai plus jamais participé à ce projet.

David : Quand c’était dans cette langue étrangère, et vous avez dit que ce n’était pas vraiment comme un livre, qu’est-ce que c’était ? Ça ressemblait à quoi ?

On aurait dit du papier ciré.

David : Hm.

Emery : Oui, et on aurait dit que c’était du papier ciré noir. Je pense que vous pourriez peut-être… . . comme vous l’avez écrit dessus, peu importe ce que c’était, ça s’épluchait pour que vous puissiez l’écrire dessus.

David : Hm.

Emery : Ça ressemblait à ça.

David : Wow !

Emery : Mais je n’ai pas pu le toucher du tout, mais c’était exactement le même appareil – je veux dire exactement le même appareil, mais il était beaucoup plus grand dans sa forme. Il était probablement 10 fois plus grand que celui de cette personne. . . Celui qui l’a dessiné était 10 fois plus grand que celui que nous avions.

David : Alors, comment pensez-vous que l’idée dont nous avons discuté sur le fait que les gens commencent à être formés au fur et à mesure que la divulgation se produit ? Comment voyez-vous l’évolution de la situation ?

Emery : Eh bien, la première chose qui va se produire, c’est que tout le monde va vouloir savoir où aller.

« Je veux être cette personne. Je veux aider. Je veux savoir comment cultiver quelque chose du jour au lendemain – une tomate. Tu sais, je veux en savoir plus sur l’anti-gravité – comment je peux faire flotter ma voiture. »

Les gens voudront donc savoir tout de suite, et c’est au gouvernement de décider quel genre d’information sera divulguée aux universités et au public, parce qu’ils le feront correctement.

Ils le feront probablement d’abord par l’intermédiaire des universités.

David : C’est vrai.

Emery : Et j’espère qu’un grand nombre des autres scientifiques qui sont là vont s’intéresser à ce qu’ils font. Et puis, ils pourront le diffuser en direct et avoir un moyen de le faire parvenir au public, où d’autres personnes peuvent commencer à y penser, parce qu’il faut tout faire gratuitement pour stimuler la planète entière à vouloir faire quelque chose au lieu de l’organiser dans les universités et de dire : « Eh bien, il faut d’abord apprendre cela, et dah, dah, dah, dah, dah, dah, dah ».

David : C’est vrai.

Emery : Mais je pense que la partie éducation sera aussi beaucoup plus facile dans l’apprentissage de ces choses, car avec l’avènement de toutes ces nouvelles technologies, il y a aussi des technologies pour apprendre plus vite, …

David : Ouais.

Emery : . . . comment mieux prendre soin de vous. Vous savez, beaucoup de ces choses sont des choses quotidiennes que nous faisons vont être beaucoup plus simples.

David : Très cool.

Emery : Ouais.

David : Très bien. Merci, Emery, d’être ici. Et je veux vous remercier d’avoir regardé. C’est la « Divulgation Cosmique ». Je suis votre hôte, David Wilcock, avec notre invité spécial, Emery Smith.

http://www.elishean.fr/

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité, de citer l'auteur, les sources, et le site: https://elishean-portesdutemps.com

Votre aide est très Importante…

Depuis plus de 10 ans, de la conception à la publication, je suis seule à travailler sur les sites du réseau Elishean, partageant tous les jours des textes afin d'ouvrir les consciences et aider à l'Ascension, promesse de l'Âge d'or. Je fais appel à vous aujourd'hui afin de me soutenir dans cette démarche en faisant un don (si minime soit-il). Le partage est un don de Soi, un don d'Amour... Recevez toute ma gratitude... Mon Amour vous accompagne...

Copyright les Hathor © Elishean/2009-2019/ Aux Portes du Temps

Print Friendly, PDF & Email