Les Carnets de Février 2015

Questions/Réponses avec les Êtres de Lumière

Questions 10 à 17

La chronologie des questions/réponses est importante, non pour le contenu des réponses mais pour l’évolution Vibratoire tout au long de ces échanges comme le précise O.M. Aïvanhov dans ses premières interventions. C’est entre autre pour une de ces raisons qu’il a été demandé que l’ensemble des « échanges » soit présenté sous la forme des »Carnets de Février 2015

Question 10 : depuis quelques années j’ai vécu la nuit des manifestations qui m’ont provoqué de la peur. Cela s’est renouvelé, j’ai accueilli cette Présence et il y a eu un échange de cœur à cœur. Qu’en est-il?

hildegarde de bingenJe suis Hildegarde de Bingen, que notre Silence actuel répande ses grâces avant que je ne m’exprime.

… Grâce…

Chère sœur, tu as dû entendre parler ces derniers temps, de nos bouches comme par différentes voix qu’en définitive, en ce monde, tout, absolument tout se résume en ces mots et cette expression : la peur ou l’Amour. Bien sûr, et vous le savez, l’inconnu ou le nouveau fait peur, sauf pour celui qui est établi fermement dans l’Amour, et qui ne peut ni voir ni être affecté, et parfois le ressentir sans en être affecté, par la peur. La peur, au-delà des conditionnements et de votre histoire qui vous est propre à chacun, n’a qu’un seul antidote et cet antidote est l’Amour.

Aucune Présence, aucune maladie ni aucune faim de ce corps comme donc de cette vie, ne peut affecter celui qui est établi en l’Amour. Ainsi donc et en définitive, quelle que soit la Présence, quelle que soit l’intensité et la beauté de la communion qui a été vécue, tu as vérifié par toi-même que quelle que soit la peur du fait de cet inconnu, si tu as réussi à mettre l’Amour devant, parce que communier, bien sûr, et s’unir avec… il ne peut y avoir d’Union dans la peur. L’Union ne peut se réaliser que dans la Grâce de l’Amour par la disparition, si tu préfères, de l’éternel de deux personnes ou d’un frère avec une situation donnée. Dans cetème partiete communication transdimentionnelle que tu as vécue, tu as mis en œuvre par toi-même les deux versants que j’ai énoncés : la peur ou l’Amour.

Quand la peur se dissout ou est dissoute même par l’acquiescement à ce qui se présente, quoi qu’il se présente de plus douloureux, de plus terrible ou de joyeux, cela n’a aucune incidence sur la réalité de ce qui survient, et ce qui survient c’est la disparition de la peur. La peur, quelle qu’elle soit, peut effectivement être combattue par beaucoup d’éléments en ce monde mais la peur, au sens symbolique comme au sens archétypiel, n’est que le reflet, non pas du manque d’Amour mais du non éclairage par l’Amour.

Ce qui est éclairé ne peut plus connaître la peur face à une situation donnée quand elle se reproduit, comme face à toutes les situations, au fur et à mesure que ton cœur grandit et s’expand vers Christ, de la même façon que celui-ci frappe à ta porte de cette façon-là.

Ainsi que d’autres Anciens et d’autres Étoiles vous l’ont dit depuis ce matin, toutes les occasions sont prises, non pas par vous mais par l’Intelligence de la Lumière, afin de vous montrer à vous-même, et tu as parfois même, dès l’instant où tu as accepté, vécu une communion du fait même que la peur n’existe plus. La peur est toujours sans aucune exception liée à l’ego ou à l’âme encore tournée vers la matière et non encore libérée totalement de l’illusion. Je dirais même que durant cette période qui a été nommée, je crois, temps réduits et ultra-réduits, la meilleure conduite, quoi qu’il y ait, agréable comme désagréable, qui en fait ne représente que la peur de ce qui est inédit et inconnu, si dans ces circonstances-là l’Amour est mis devant, comme cette expression est employée, il va se produire une dissolution de la peur en tant qu’archétype.

Le Passage, tel qu’il est pressenti dans ce temps de la terre et durant cette année, est bien évidemment le Passage final. Quelle est la meilleure façon de passer ? Je vous renvoie pour cela à ce qui avait été décrit par le bien aimé Jean, si vous préférez Sri Aurobindo, concernant le Choc de l’humanité qui correspond effectivement aux différentes étapes du choc se produisant lorsque tout éphémère touche à sa fin. Il vous est donné, par anticipation et par facilitation, la capacité de le vivre sans outil autre que la conscience et l’Amour, non pas comme une projection d’Amour mais bien plus comme la bienveillance, l’acquiescement, l’humilité de ce qui t’a été proposé durant ces moments-là.

Ainsi donc il n’est pas tant important de savoir quelle entité c’était, parce que ces entités, et tu le sais, ne sont que toi-même face à toi-même, et dans ce face à face, selon que s’y inclut la peur, consciente ou inconsciente, ou l’Amour, se traduira par la conscience par une expérience colorée et pourtant, quelle que soit la coloration, c’est toujours la même expérience : la peur ou l’Amour, voir ou ne pas voir, résister ou être humble. Rappelez-vous ce que vous ont dit certains êtres, Anciens ou pas, parfois avec une voix que je qualifierais de tonitruante : oublie-toi.

Cela ne veut pas dire ne pas poser de questions mais voir clairement, non pas l’inutilité de la question, parce que comme vous le vivez aujourd’hui il serait impossible de faire, comme disait le Commandeur, tourner les vélos, parce que le vélo n’a plus les moyens ni le carburant pour tourner, il peut simplement être vu, et la dynamique qui se met en place à ce moment-là n’a plus rien à voir avec l’hyperactivité du mental et se résume simplement à cela : la peur ou l’Amour.

Mettez l’Amour devant et quand quelque chose résiste, au-delà des conseils qui peuvent vous être donnés de différentes façons, par inspiration ou par ma voix, ou par d’autres voix, par les synchronicités, par des évidences, ramenez toujours ça : « Est-ce qu’il y a peur ou est-ce qu’il y a Amour ? »

La différence va devenir de plus en plus flagrante quand vous manifesterez quoi que ce soit. Retenez toujours, que cela soit ressentiment, colère, que cela soit sentiment d’ injustice, que cela soit problématique réelle à régler selon les termes de l’incarnation, si vous oubliez les ressentiments, si vous oubliez les émotions, si vous oubliez les pensées, si vous oubliez même la cause et la raison, où dans ton cas : « Quelle est l’entité qui est là ? », si tu transcendes tout cela et tu remplaces cela par peur ou Amour, non pas pour observer mais bien plus pour affirmer et affermir ton positionnement, alors tu saisiras très vite que dans ces moments-là, lorsque la communion existe, la Grâce est présente parce que la peur s’est dissoute devant l’Amour.

Il en est de même pour toutes les manifestions de ce monde et même les manifestations sociétales liées aux lois, aux conventions morales, aux règles éducatrices. L’Amour n’a que faire de tout cela. Cet amour qui voudrait se soucier de cela ne serait qu’un amour de convenance appliqué à l’éphémère. Vous avez bien compris, et vécu, pour la majorité d’entre vous, que l’amour de circonstance, quel qu’il soit, est toujours sous-tendu par la peur. Seul l’Amour libre ne dépendant d’aucune circonstance, d’aucun évènement et d’aucune personne, comme d’aucune entité extérieure à vous, est réellement et totalement libre. Cela passe par la foi inébranlable non pas en un Sauveur mais en une vérité qui est celle de l’Amour, sous-tendant et rendant possible tout le reste. La peur ne permet rien, vous le savez, l’Amour permet tout.

Ainsi donc, plus que jamais en ces temps réduits, viendra se positionner face à vos yeux, face au déroulement de votre chemin, face à vos humeurs intérieures comme à travers vos communions entre vous, ou entre vous et nous, toujours en définitive le même questionnement : la peur ou l’Amour. La réponse n’en est pas intellectuelle ni même présupposée, elle se traduira dans les faits et dans la chair comme dans la conscience par une modification radicale de la façon où ont pu être, jusqu’à présent, envisagés les problèmes comme tous les problèmes de tous les êtres humains.

Rappelez-vous aussi, comme vous disait un dénommé Bidi, que tout ceci n’existe pas ; il va bien falloir, à un moment donné ou à un autre, vous trouver confrontés à ce principe de réalité, à l’assumer, ou pas, et à ce moment-là il n’existera en vous que deux choses : la peur (ou la résistance) ou l’Amour (ou si vous préférez l’Abandon total et inconditionnel à la Grâce). Ce qui veut dire que de plus en plus, en ces temps, chaque élément, chaque mot, chaque regard, chaque évènement survenant à titre individuel ou collectif ne pourra que vous renvoyer à l’Amour ou à la peur.

Regardez et saisissez, à travers l’actualité aussi bien des Éléments que des hommes, que du cosmos, tout ce qui se déroule en ce moment même. Et de ce qui vous est donné à voir, à expérimenter et à vivre, en définitive vous n’aurez plus que cette seule alternative de voir l’Amour ou la peur, pour le vivre en totalité. Vous ne pouvez lutter contre vos peurs, surtout en ce qui concerne les évènements incontrôlables, collectifs et cosmiques comme ceux qui sont en cours en ce moment même.

Alors à vous de vivre, à vous d’expérimenter ces allées et venues, si cela se produit en vous, entre la Grâce et la peur, en sachant que la Grâce n’est plus seulement une expérience possible mais bien plus un état qui sera de moins en moins affecté par les peurs, dès l’instant où vous l’acceptez et le reconnaissez. Rappelez-vous que Christ est là, rappelez-vous que nous sommes tous là, en vous, parce que vous êtes nous comme nous sommes vous, réellement, concrètement, dès l’instant où les voiles de l’ignorance et de la peur sont dissous. Ainsi donc faites appel, non pas en réagissant mais faites appel à la Grâce non pas tant comme une demande, non pas tant comme un dû mais comme la réalité ultime de l’Amour.

J’en profite, avant de me retirer, pour vous dire qu’au sein de cet espace nous aurons un moment privilégié au niveau des moyens que je peux vous communiquer de manière personnelle, non pas tant pour agir sur la peur mais plus, en ce moment présent pour chacun de vous, l’élément, quelle que soit son origine, terrestre, alimentaire ou autre, qui est à même de vous donner à observer ce mécanisme dans ses rouages ultimes et évidents.

Je suis Hildegarde de Bingen et j’écoute s’il y a encore à écouter et je me retire juste après.

Question 11 : je m’endors pendant les alignements ou les canalisations mais la nuit je ne dors pas.

Je devais me retirer mais je vais continuer à répondre parce que la réponse est fort simple : puisque tu es libérée lors des alignements, puisque tu disparais lors de l’écoute de certaines de nos voix, qu’est-ce qui t’empêche de faire la même chose la nuit ?

Quelquefois j’écoute des canalisations pour m’endormir mais je me réveille.

Je pense que le moyen que tu as trouvé est certainement moins dangereux que des produits chimiques, et en plus s’aligner en se mettant au lit est effectivement la meilleure façon de bénéficier de la Grâce durant ce qui est nommé le sommeil. Alors je sais bien que Christ a dit : « Veillez et priez car nul ne connaît le jour et l’heure », mais celui qui vit la Grâce, en quoi a-t-il besoin de veiller et de prier ? Il a simplement besoin d’être disponible pour le Maître de la Lumière, disponible pour son Éternité. Les va-et-vient de la conscience deviennent, comme vous le dites les uns et les autres, de plus en plus évidents, de plus en plus intenses. Cela est un temps lié aux temps réduits qui doit vous conduire à l’Ultime Retournement, non plus celui de l’ego au cœur mais bien celui de votre chemin, non pas en ce monde mais de votre chemin, si vous pensez qu’il en existe un, de Retour à ce que vous êtes.

Dès l’instant où vous disparaissez à ce monde, que cela soit en alignement, en nous écoutant ou en dormant, vous cessez bien évidemment d’interagir avec ce monde et vous ne laissez plus aucune prise pour l’action-réaction habituelle et quotidienne de toute vie incarnée. Mais vous vous placez d’emblée sous le manteau du Christ et de Marie. Simplement, ce qui est limité cherchera toujours à expliquer ou à solutionner ce qui lui semble, et c’est logique, être un déséquilibre. Mais ce que vous vivez pour la plupart d’entre vous n’est que le plus beau des déséquilibres, celui qui vous conduit à l’équilibre final et éternel. Ne faites pas, bien sûr, ce que vous nommeriez aujourd’hui angélisme mais bien plus une conscience claire et lucide, dont l’alignement et la Grâce sont permanents quoi qu’il vous arrive, quoi qu’il arrive, même si parfois une humeur, une émotion, une préoccupation du mental peut vous saisir en quelque sorte, mais même là, cela n’est destiné qu’à vous montrer justement comment vous êtes saisi. En résumé, ce n’est que l’apprentissage, la mise en pratique de votre Éternité, de manière préalable au Passage, en ce moment. Je suis Hildegarde de Bingen.

O.M.Aïvanhov

omraamLes prochaines parties du Carnet

Eh c’est encore moi, et je ne viens pas pour répondre à une question mais pour préparer les prochaines parties du Carnet, Carnet de route si on peut dire, de février, quelle route on pourrait dire, effectivement c’est cela.

Alors je reviendrai pour inaugurer la deuxième session, et cette deuxième session devra se faire à travers des questions. Ces questions, s’il vous plaît, essaient de concerner directement les processus de la conscience, afin de vous aider à voir ces mécanismes qui sont à l’œuvre à l’intérieur de vous-mêmes, d’en voir les rouages non pas pour les décortiquer, non pas pour donner des explications mais en quelque sorte pour vous apprendre à les repérer, à vous servir aussi de votre corps d’Êtreté qui, je vous le rappelle, est là, que vous sentez à travers les Étoiles, les Portes, pas seulement les Couronnes radiantes, pas seulement l’Onde de Vie, pas seulement le Canal Marial, parce que nous vous restituons et vous vous restituez à votre Autonomie et à votre indépendance.

Donc toutes les structures comme par exemple le Canal Marial, toutes les structures comme le Manteau bleu de Marie ou de Mikaël, ou encore l’Onde de Vie ont été vécues jusqu’à présent comme des processus qui pénétraient l’éphémère et qui transformaient cet éphémère. La transformation est maintenant plus une dissolution et une disparition, ça veut dire que vous avez plus à voir, non pas comme ça a été dit tout à l’heure par Hildegarde et par d’autres, la causalité, l’explication, mais les mécanismes intimes à l’origine de la conscience et de la manifestation de cette conscience, que ce soit là où vous êtes dans ces temps réduits comme au sein de l’Éternité.

Voilà ce que j’avais à dire. Donc je crois que nous allons clôturer ce moment et vous allez revenir avec plein de belles questions sur la conscience. Rappelez-vous que je parle même plus effectivement de vélos parce que c’est pas possible de faire tourner les vélos. La plupart d’entre vous, vous le savez, surtout à travers les explications ou les causes. Là vous êtes vraiment, je dirais, dans les causes même de la conscience, c’est-à-dire à l’origine de la conscience, que ça soit la Demeure de Paix Suprême, que ce soit même les peurs qui peuvent arriver, les modifications subites, la disparition, le sommeil, tous les mécanismes de votre vie en ce monde au sein de l’éphémère sont comme vous le constatez de plus en plus perturbés, altérés, imprégnés, vous choisissez le mot qui vous convient, par l’Éternité. Alors parfois ça coince, parfois ça passe, mais tout ça on pourrait multiplier à l’infini des explications.

Mais nous allons pénétrer progressivement en peu de temps dans les rouages de la conscience, non pas pour les observer mais pour les déceler au moment où ils se produisent. Ça, ça va être important pour permettre, si vous voulez, de vivre l’Appel de Marie et la période immédiatement après avec le plus de bonheur, on va dire, et de légèreté possibles, là où votre compassion, votre Présence, votre charisme, votre humanité deviendra indispensable en ce plan.

Voilà ce que j’avais à dire, j’écoute pas les questions, je vous transmets toutes mes bénédictions et je crois que ça permettra, cet après-midi, de rentrer dans le vif du sujet sans que je revienne encore une fois et que je me fasse taper sur les doigts parce que je reste. Je vous transmets tout mon Amour et je vous dis, je crois, mangez bien ce que vous pouvez manger et puis, à tout à l’heure.

Question 12 : que faire ou ne pas faire lorsqu’on pratique quelque chose de répréhensible par la morale tout en le sachant parfaitement?

mikael (2)Je suis Mikaël, Prince et Régent des Milices Célestes. Salutations en vous dans la Paix et l’Amour.

La question qui a été posée fait appel à ce que vous nommez la notion de morale. La morale est issue des conditionnements sociaux et culturels au sein de ce monde. La morale, au sens spirituel, n’a plus rien à voir avec la morale au sens commun.

Durant les Noces Célestes, un certain nombre de mots, d’expressions et de vibrations ont été employés, remplaçant en quelque sorte la morale, qui est une notion toute humaine, liée elle-même aux conditionnements, aux relations entre les êtres ainsi qu’aux relations envers la société dite humaine.

La morale a été avantageusement remplacée par le mot nommé « Éthique et Intégrité ». La morale se définit par rapport à un collectif. L’Éthique et l’Intégrité se définit en soi-même par rapport à soi-même, et uniquement par rapport à ce qui est nommé l’Intelligence de la Lumière. Ainsi donc pour suivre, faire ou ne pas faire est en résonance avec l’action et avec la morale au sein de ce monde selon ce qui est de manière générale admis, accepté et validé.

L’Éthique et l’Intégrité se définissent exclusivement par rapport à la Lumière, par rapport à sa propagation, sa diffusion, sa manifestation et son effet. Je vous rappelle, au sein de ce monde et de ses lois, qu’il existe encore ce qui est nommé action-réaction, applicable aussi bien à la physique qu’à la conscience humaine limitée ou encore aux relations entre les êtres. L’Éthique et l’Intégrité n’ont que faire de la morale parce qu’il n’y a pas d’échelle de moralité. Au niveau de l’Éthique et de l’Intégrité, il y a présence ou absence. Il ne peut y avoir de demi-mesure, il ne peut y avoir d’interprétation dès l’instant où l’Éthique et l’Intégrité sont définies et vécues par rapport à l’Intégrité de la Lumière et non pas par rapport à ce qui a été défini, expérimenté ou vécu par rapport aux lois humaines.

La morale de la Lumière, qui n’en est pas une, n’a que faire de la morale humaine (le principe d’action-réaction justifiant, entre guillemets, la morale au sein de ce monde), n’a que faire des lois, n’a que faire de la société, n’a que faire du jugement de l’autre ou du jugement de la société. L’Éthique et l’Intégrité est une perspective liée à soi, portant un regard sur soi et le mettant en résonance et en adéquation avec ce qui est nommé l’Intelligence de la Lumière.

Il existe un certain nombre d’éléments répréhensibles, au sens de la morale, en certains secteurs ou en certains temps de cette humanité qui n’a plus lieu d’être en d’autres secteurs, en d’autres temps de cette même humanité. Quelle que soit la morale, quel que soit ce qui est réalisé sur un plan dit répréhensible, les conséquences ne sont pas les mêmes, bien évidemment, selon qu’il s’agit de satisfaire à un modèle de société ou de relations humaines.

L’Intégrité et l’Éthique ne concernent en définitive que vous par rapport à vous-même, à la fois dans la spécificité et l’individualité de chaque conscience incarnée en ce plan relié à la résonance de la Lumière, à l’Intelligence de la Lumière et aussi à son architecture, si je peux employer cette expression. Ainsi donc se trouver confronté en soi par rapport à une moralité définie par les hommes, et en aucun cas par la Lumière, ne peut être l’objet d’une culpabilité comme d’une non-responsabilité ou encore comme d’une indifférence. Il est donc, à travers cette question, mis en clarté la notion que ce qui s’oppose par rapport à cette morale est uniquement lié à la personne au sein de son environnement et non pas par rapport à soi-même.

La morale est définie par un consensus commun lié à l’enfermement et essayant de manifester la vie en conformité avec certains critères définis par des lois humaines et validées par des assemblées, où qu’elles soient dans les pays de ce monde. La morale, à un endroit, n’est pas la morale à un autre endroit. La morale selon une culture peut être totalement amorale ou immorale au sein d’une autre culture.

L’Éthique et l’Intégrité n’ont aucune résonance ni aucune superposition possibles avec la morale, puisqu’elle se définit par rapport à ce qui apparaît de prime abord comme invisible et non existant au sein de ce monde. Passer de la morale à l’Éthique et l’Intégrité signifie un changement de positionnement qui ne se définit plus par rapport au sociétal mais par rapport à l’Éternité de chacun. Cette Éternité de chacun étant identique, mettant en branle les mêmes processus quelle que soit la conscience, il est encore temps de différencier morale et Éthique et Intégrité.

Ainsi donc, si par rapport à cette question il existe l’acuité de faire quelque chose d’immoral ou d’amoral, il ne sert à rien de s’opposer à ce penchant ou à cette action puisqu’elle échappe, telle qu’est formulée la question, à la notion même de contrôle de cette morale. Il y a donc nécessité, au travers de cette question, de remplacer de manière sûre et certaine la morale par l’Éthique et l’Intégrité. Ce qui apparaît comme moral au sein de la société peut apparaître sans aucun problème comme dénué de totale Éthique, de totale Intégrité par rapport au monde spirituel de l’Esprit.

Ceci est évident dans tous les corpus de textes nommés légaux, quels que soient les codes et leurs différentes versions existant dans toutes les cultures depuis, je vous le rappelle, plusieurs centaines d’années mais aussi, de façon beaucoup plus historique, ne serait-ce par exemple à la justice rendue par le roi Salomon, qui ne se définit pas par rapport à des règles sociales, encore moins par rapport aux récriminations des uns et des autres ou à la culpabilité des uns ou des autres, mais bien plus directement par la résonance, en son âme et conscience, au sein de l’Esprit, au sein de l’âme, de ce que déclenche telle ou telle action.

Morale et Intégrité peuvent être, je dirais, à l’opposé. L’Intégrité et l’Éthique peuvent être exactement l’antithèse de ce que vous nommez morale. La morale est liée à un fonctionnement linéaire de la conscience obéissant à des causalités, obéissant à des règles acceptées et validées par le commun des mortels humains en incarnation. L’Éthique et l’Intégrité, bien qu’en résonance et en relation directe avec l’Intelligence de la Lumière, ne peut en aucun cas être contrainte par une morale extérieure.

Passer de la morale à l’Autonomie, c’est passer du conditionnement à la Liberté, c’est passer de l’enfermement à la Libération. L’Éthique et l’Intégrité, tant qu’elle se définit par rapport à des corpus de textes, fussent-ils spirituels ou fussent-ils inscrits dans les différents codes présents dans tous les pays de cette planète, n’a aucune incidence ni aucune réciprocité avec l’Éthique et l’Intégrité. L’Éthique et l’Intégrité ne concernent aucunement la personnalité mais l’âme inspirée ou l’Esprit libéré de l’âme qui se soumet à ce qu’il est lui-même, en Éternité

Au sein de l’Éthique et de l’Intégrité, la bonté prime sur la morale. Au sein de l’Éthique et de l’Intégrité, le pouvoir de l’Esprit prédomine sur le pouvoir des lois. Ce qui ne veut pas dire qu’il faille contrevenir à telle ou telle morale ou à telle ou telle loi mais bien plus les dépasser dans un regard bien plus large. Ainsi donc remplacer le « faire ou ne pas faire », par rapport à une injonction de la personne concernant quelque chose d’immoral, et remplacer au sein de l’Intégrité par l’être ou le non-être, en résonance et en accordance avec la Lumière. Soit il y a accord soit il y a décalage. La morale peut toujours être justifiée par l’expérimentation sociétale ou encore par ce qui est nommé le regard de celui qui juge, de celui qui condamne ou de celui qui émet des lois.

Les seules lois concernant non plus la morale mais l’Éthique et l’Intégrité, si tant est que cela soit des lois mais plus une conformation en rapport avec la Liberté, l’Intelligence de la Lumière et l’Amour inconditionné, les seules lois donc qui doivent être respectées formellement, de manière à trouver sa propre Éthique et Intégrité, sont celles qui ont été données par rapport à ce qui fut nommé Les Dix Commandements. Sous d’autres formes ces Commandements, même s’ils ne portent pas ce nom, ont été retracés dans divers écrits spirituels un peu partout sur le monde. La morale a pris la place de l’Éthique et de l’Intégrité en les falsifiant, en les altérant, en relation avec les vues humaines et non plus les vies spirituelles.

Ainsi donc tu peux être coupable par rapport à la loi, tu peux être coupable par rapport à la société et être totalement dans l’Éthique et l’Intégrité de la Lumière. Je dirais même que cela aurait tendance à se généraliser au sein des mondes enfermés, qui ne sont plus définis par l’Intelligence de la Lumière mais par la loi d’action-réaction et donc d’enfermement de la Lumière, comme de la conscience. Ainsi donc, avant de peser la moralité d’un acte il convient de se poser la moralité intérieure, la question de la moralité intérieure de cette Éthique, de cette Intégrité et surtout ce qui vient compléter et orienter cela, c’est-à-dire l’Humilité et la Simplicité. Je vous renvoie pour cela à la complexité croissante, au fur et à mesure des dizaines et des centaines d’années de ce monde, concernant l’épaisseur des codes et décrets et régulations et règlements qui ont été pondus de toute part par l’humain enfermé, et certainement pas par des êtres libres et libérés de cette humanité.

Celui qui est Libéré vivant, celui qui a réalisé le Soi et qui est établi au sein de la Demeure Suprême n’a pas à se poser la question de la morale ou de l’immoralité puisqu’il est en permanence abreuvé par la Source, abreuvé par l’Intelligence de la Lumière par l’intermédiaire des Couronnes radiantes, directement au sein de la conscience.

Ainsi donc, il convient de resituer cette question par rapport au niveau où elle s’adresse. Ce que je peux dire simplement : cette formulation implique ou évoque, selon ce que vous choisissez, un problème de distance par rapport à un objectif qui serait moral. L’Intégrité et l’Éthique ne peuvent être un objectif mais sont la constatation nette, directe et précise de l’installation au sein des quatre Piliers du cœur, qui se passe totalement de toute notion liée à une société humaine quelle qu’elle soit, dans quelque pays que ce soit. Passer de la morale à l’Éthique et l’Intégrité nécessite un ajustement intérieur, une observation de plus en plus fine des rouages et des mécanismes de la conscience, ce qui fut nommé en son temps : l’observateur. Jusqu’au moment où il fallut réfuter la notion même d’observateur. La Liberté n’existe que là, la Liberté ne peut s’accommoder d’aucune morale ni d’aucune contrainte, l’Esprit est libre, la matière n’est pas libre. Vous êtes matière et Esprit. Vous êtes à la fois cela et à la fois pas cela.

Ainsi donc, tant que votre référentiel et ce que je nommerais votre cadre de référence au sein de cette vie, concernent exclusivement les cadres de référence imposés par la société, vous ne pouvez prétendre être libre. Ceci ne veut absolument pas dire, encore une fois, contrevenir aux lois, règlements et préceptes mais bien plus les transcender par une vision plus large, et bien évidemment qui n’est plus enfermée dans le carcan de l’éducation, de la morale, ou des conditionnements quel que soit le nom que vous leur donnez.

En définitive, la morale est un conditionnement éducatif expérientiel mais qui prend toutes ses références dans ce que nous nommerons, avec vous, l’évolution de la société humaine. Mais aucune évolution de la société humaine, vous le savez, ne peut conduire à la Libération parce que cette Libération passe justement par la destruction de tout cadre de référence et de toute morale habituelle, par la Lumière elle-même et certainement pas par la volonté.

La question de faire ou de ne pas faire doit se re-poser au sein de la conscience du cœur. Quel que soit ce travers ou quelle que soit l’expérience qui est manifestée dans cette espèce de violation, tel que c’est présenté et quoi que cela concerne, n’est rien par rapport à pureté du cœur. Dans ces cas-là, la question doit disparaître. Ce n’est plus : « faire ou ne pas faire », mais remplacer cela par : « être ou ne pas être ». Et la question et l’interrogation qui en découlent est donc : « si je fais, suis-je intègre, si je ne fais pas, est-ce que je ne suis plus intègre ? » Quelle est la finalité ? Est-ce la satisfaction d’un désir ? Est-ce la satisfaction d’un besoin de posséder ou d’un besoin de manifester une peur de cette manière-là ?

Les cadres moraux, les cadres de société sont là uniquement pour les humains qui ne sont pas capables de trouver la Liberté au sein des cadres de références personnels, liés si l’on peut dire aux quatre Piliers du cœur. C’est-à-dire tant que ces quatre Piliers du cœur ne sont pas devenus, en quelque sorte, le cadre de référence, vous le savez il y a faute. Mais cette faute n’est pas un jugement ni une comparaison mais bien plus, et uniquement, je dirais cela, la capacité à demeurer au Centre du Centre et guidé par les valeurs éternelles de la Lumière, bien plus que par les codes divers créés par les hommes pour les hommes, et plutôt contre les hommes.

Le problème de la loi ne se pose pas au sein des Mondes Libres. Le problème de la morale ne peut même pas être envisagé au sein des Mondes Libres parce que chaque conscience, dans les plans pluridimensionnels et interdimensionnels, a la possibilité de voir, au sens conscience, instantanément les déséquilibres de l’Éthique, de l’Intégrité, de l’Humilité et de la Simplicité, quels que soient le niveau dimensionnel, l’état dimensionnel, l’origine stellaire de la personne considérée.

Ainsi donc, faire ou ne pas faire ne résoudra jamais la question de l’être ou du non-être. Ainsi donc la morale est un cadre limitant et enfermant qui empêche justement l’être humain et c’est leur but, de sortir des cadres définis. Il a souvent été dit, au niveau de l’humain, que la liberté de chacun commençait où finissait celle de l’autre, ce qui veut dire que c’est très enfermant. La vraie Liberté correspond au fait de vivre en soi la totalité du Créé et de l’Incréé, dans lesquels la notion de morale ne peut aucunement intervenir. Maintenant qui parle de morale, si ce n’est la personnalité qui se juge soi-même par rapport aux cadres de référence extérieurs, cadres, lois sociales, règlements divers, utilisation de la contrainte envers l’être humain soi-disant pour y assurer sa liberté, son égalité et sa fraternité.

Vous vous doutez bien que tout ceci ne sont que des mots creux qui n’ont que pour but de maintenir l’asservissement ou de tenter de maintenir l’ascendance sur l’autre, et d’établir des règles de fonctionnement dites harmonieuses qui, comme vous le voyez vous-même chaque jour, au sein de ce monde, et déjà bien avant les Noces Célestes, correspondaient à une sorte de dégénérescence, de complexification, et en définitive d’impossibilité de mener une vie sociétale sur un temps long, dès l’instant où l’un des individus de cette société est encore enfermé.

Ainsi donc il n’y a pas d’issue possible à la morale comme à l’immoralité tant que le point de vue reste celui de la personnalité. Dans ces cas-là, bien évidemment, les cadres des lois, les cadres des règlements, les cadres des obligations vont vous rappeler à l’ordre avec des intensités hiérarchisées et des réponses de plus en plus adaptées. Mais en aucun cas cela ne permettra de trouver réellement ce que vous êtes. Autrement dit, tant que vous parlez de morale vous ne pouvez toucher un cadre plus large nommé les quatre Piliers du cœur. La Liberté n’a pas un prix, la Liberté est intérieure, la Liberté est celle de l’Esprit. La matière est enfermante, l’âme est enfermée, cela se traduit par l’obligation de maintenir des repères.

Les quatre Piliers du cœur sont non seulement des repères mais surtout les moyens, je dirais, de vérifier la rectitude de la Lumière dans sa Présence en vous et non pas de se positionner par rapport à une action ou un acte répréhensible. La Lumière, vous savez très bien que sur une zone d’ombre la Lumière détruit l’ombre, non pas en se battant, non pas au sein de la dualité mais comme une Évidence qui s’installe et vient mettre fin à l’absence de Lumière. Je parle bien d’ombre et non pas de forces opposées à la Lumière, au sens où on peut l’entendre parfois. L’ombre étant définie, justement ici, comme ce qui n’est pas suffisamment éclairé, suffisamment mis en Lumière et suffisamment validé, non pas par le cadre sociétal mais bien le cadre des quatre Piliers du cœur.

Reformuler la question ainsi et se pencher sur cette notion de morale, et d’Éthique et d’Intégrité, remplacera avantageusement, et de très loin, ce qui peut se poser comme question au sein de la moralité ou non d’un acte, d’une action ou d’un comportement.

Je suis Mikaël Archange, en la Paix de Christ.

Question 13 : pouvez-vous nous réexpliquer ce qu’est l’Assignation Vibrale?

philippe de lyonJe suis le Maître Philippe de Lyon. Je vais répondre à cette question en tant que Melchisédech de la Terre, connaissant parfaitement les rouages de l’incarnation et les façons de retrouver, au sein de cette matière, la Lumière qui a toujours été là.

L’Assignation Vibrale est la résultante de vos positionnements, de vos choix menés non seulement dans cette vie, non seulement depuis l’arrivée de la Lumière voilà presque trente ans, et plus de trente ans et surtout en résonance, ou pas, avec votre propre Éternité. La Lumière se présente à vous et va vous donner à vivre des éléments qui sont effectivement profondément différents pour chacun. Tout ceci s’est déroulé selon un certain laps de temps, au sein de cette vie mais aussi dans l’ensemble de vos vies au sein des systèmes enfermants.

La Liberté passe par le Christ, réaliser l’état Christique, réaliser le Service à l’autre et non plus un service à l’ego, ou encore pire, au Soi. L’assignation vibrale n’est que l’éclairage, de manière abrupte ou plus ou moins progressive, mais de plus en plus intense, de ce qui se déroule dans votre vie, vous permettant, comme notre Commandeur vous l’a dit, de vous positionner de façon de plus en plus claire, de plus en plus assurée et donc de demeurer, si cela est possible, et c’est le cas le plus souvent, au Centre du Centre, dans ce fameux Silence et dans cette fameuse vacuité où la Joie et l’Amour se suffisent à eux-mêmes et n’ont besoin d’aucune expérience, d’aucune projection et d’aucune manifestation, ou d’aucun regard extérieur autre que celui de la Lumière à l’intérieur de votre être.

L’Assignation Vibrale est donc la mise en évidence et les reliefs qui peuvent apparaître lors de l’éclairage qui traduit, si vous le préférez, une espèce de fin de partie. Cette fin de partie doit vous conduire à vous affecter vous-même à ce que votre liberté intérieure vous demande. L’Assignation Vibrale est donc un processus, au même titre que les Noces Célestes, qui donne une clôture, en quelque sorte, aux événements se manifestant sur cette terre depuis la première descente de l’Esprit Saint en août 1984. Voilà donc presque trente et un ans que la pénétration de la Lumière s’est faite progressivement, non plus au niveau de certaines consciences isolées mais directement sur l’ensemble de l’humanité jusqu’au plus profond du Noyau de la terre dans sa structure cristalline.

L’Assignation Vibrale est donc la conséquence directe, non pas de vos bonnes ou mauvaises actions mais plutôt de votre état d’être intérieur, non pas celui que vous projetez, non pas celui que vous voulez donner à voir aux autres mais celui où n’existe plus rien à voir d’autre que la Vérité.

L’Assignation Vibrale est donc un processus vibratoire qui scelle, en quelque sorte, votre sort au sein de l’Éternité, qui respecte en totalité votre liberté d’être, qui respecte en totalité votre propre positionnement afin qu’apparaisse, durant cette période qui a précédé, je vous le rappelle, de peu le passage de la première Étoile. Cette première Étoile a pour rôle de sceller, comme je le disais, votre sort, c’est-à-dire de vous permettre de vous voir en pleine conscience, même au sein de cette humanité, même au sein de la conscience limitée et comme toujours, non pas pour vous juger, non pas pour condamner ou vous récompenser mais bien plutôt pour vous permettre de vous établir, de manière encore plus intime, encore plus ajustée, au Cœur du Cœur, au Centre du Centre et à l’Éternité.

L’Assignation Vibrale.

Le Vibral est libre, l’Assignation Vibrale est donc quelque chose qui est une ligne de moindre résistance qui ne dépend pas de votre personnalité, même si elle en est la résultante, mais bien plus de l’interaction, si vous préférez, addition et dans certains cas soustraction, des parties éphémères et éternelles. La confrontation de l’Éternel et de l’éphémère, en votre conscience comme au sein de l’humanité, se traduit et se traduira de plus en plus par, en quelque sorte, ce qui avait été illustré par le Christ, à savoir : « Il vous sera fait selon votre foi », « Nul ne peut pénétrer le Royaume s’il ne redevient comme un enfant » et surtout de vérifier en vous, et par vous-même, l’effet de la Lumière et de voir si celle-ci coule de manière spontanée et librement ou si elle est, d’une manière ou d’une autre, arrêtée. La Lumière n’est pas que Vibrale, il y a aussi, bien sûr, au-delà de l’interface Vibrale, la Conscience pure qui est pure Lumière.

Cette Conscience pure, elle aussi, apparaîtra de plus en plus et correspond à ce qui fut expliqué de différentes manières, comme le Face à Face dans sa phase finale, c’est-à-dire et je le répète, la Fusion/ Dissolution soit de l’Éternel soit de l’éphémère au sein de la rencontre de deux choses, de deux systèmes incompatibles l’un envers l’autre. De l’interaction, de la confrontation, de l’affrontement comme disait OMA, se situant à ce niveau-là, découle ce qui se déroule en vous durant cette période, que cela soit au niveau de vos activités, que cela soit au niveau de votre pensée, que cela soit au niveau de vos proches ou de l’ensemble de l’humanité, cela est exactement la même chose.

Vivons un moment de Communion au sein de l’Élément Terre, dans le Triangle de la Terre de votre tête comme le Triangle de la Terre qui abrite le Feu au sein du corps d’Êtreté, et dont l’image inversée est le sacrum.

… Communion…

Autre question et je vous dis à bientôt.

Question 14 : parfois, alors que je me sens bien, une angoisse fulgurante monte jusqu’à me donner envie de crier afin de l’extirper de mon être. Que dois-je faire?

therese de lisieuxJe suis Thérèse de Lisieux.

Cette question, vous devez être nombreux à vous la poser en cette période, à différents moments, soit de façon fulgurante soit de façon, je dirais, plus larvée. Je dirais que toute angoisse, toute manifestation est une mise en lumière, c’est-à-dire que ce qui sort de toi et se manifeste n’est pas une résistance mais doit être vue en tant que telle, afin de te permettre, justement par rapport à cette notion d’angoisse, de voir où tu mets ta foi, de voir où tu mets ton espérance. La mets-tu dans le fait de vouloir lutter contre cette angoisse ou la mets-tu dans ta foi en la Lumière ? Non pas une foi aveugle mais celle du petit enfant qui laisse faire ce qui doit se manifester.

La notion d’angoisse est inhérente à la condition humaine parce qu’il existe d’innombrables peurs, que ce soit les peurs, je dirais, qui sont plus ancestrales comme de ne pas avoir à manger, de ne pas avoir de travail, de ne pas avoir ce que vous nommez argent. Mais tant que vous êtes soumis à ces peurs et donc à cette société, effectivement il peut se manifester, même en cours de Libération, ce que nous pourrions nommer avec vous des angoisses, des sensations de nœuds, en particulier au niveau du ventre ou de la gorge qui sont les deux zones les plus actives en ce moment, les plus actives au niveau des éliminations. Là aussi je te répondrais, comme l’ont très souvent expliqué plutôt les Anciens, cette angoisse comme tu le dis, elle ne fait que traverser, elle ne fait que gêner, dans l’instant, ce qui se produit. Alors bien sûr la conscience trouve cela très pénible à vivre mais là aussi il ne faut voir que ton regard et justement, que fais-tu ? Soit tu agis, soit tu demandes de l’aide, tu peux la demander au niveau humain mais aussi la demander sur ce qui est invisible.

Ainsi donc, à travers l’angoisse tu vas pouvoir observer de manière très directe et très rapide, comme pour toute autre angoisse pour toute autre personne, si celle-ci disparaît dès l’instant où tu es en résonance avec ton cœur. Alors bien sûr, l’angoisse restreint à la conscience, l’angoisse bloque les centres d’énergie et altère la conscience elle-même. Y a-t-il en toi la ressource et la force nécessaire pour t’en remettre à l’Esprit en totalité, non pas en demandant simplement à ce que cette angoisse disparaisse, non pas non plus à la comprendre mais bien plus à la laisser traverser, la laisser émerger et ne plus être attaché, en aucune manière, à la manifestation ou à cette angoisse elle-même, et de la laisser se dissoudre

L’angoisse rejoint les peurs. L’Amour est l’antidote absolu contre l’angoisse et les peurs. Alors bien sûr quand l’Amour devient plus fort parce que le Christ vous appelle, parce que la Lumière vous appelle, il y a parfois des zones qui sont mises en lumière. Là aussi il y a élimination. Même si cela vous semble être de plus en plus violent, de plus en plus cristallisé, c’est justement qu’il vous est demandé, là aussi, de démontrer votre place, de démontrer, comme disait le Maître Philippe de Lyon, votre assignation vibrale. Êtes-vous cela, réellement et concrètement ? Même si cela apparaît sur l’œil de la conscience limitée et prend tout l’espace de la conscience, à qui vous en remettez-vous ? À quoi vous en remettez-vous dans ces cas-là ?

De la réponse que vous apportez par vous-même, par l’Abandon, vous pouvez d’ores et déjà voir là, au-delà de l’explication et au-delà même de la manifestation de l’angoisse, ce que vous êtes. Alors bien sûr il y a les douleurs terribles, il y a des souffrances terribles, nous sommes tous passés par là. Mais c’est au travers de cette souffrance, c’est au travers de ces angoisses, et donc de ces peurs, que l’être humain a le plus de capacité à retrouver l’Amour. Parce que tant qu’il y a équilibre au sein de la personnalité, tout semble aller bien dans le cadre linéaire appelé entre la vie adulte et la mort. Alors que dès qu’il y a plutôt cette Lumière et cette Intelligence de la Lumière couplées à l’Humilité et la Simplicité, quoi qu’il se manifeste, alors tout est bien.

Il n’est pas question de ne pas voir ce qui vous atteint et vous afflige, il est question, là aussi, de vous démontrer à vous-même là où vous en êtes par rapport à vous-même. Êtes-vous, comme disait l’Archange Mikaël, dans un cadre de morale, dans un cadre d’action-réaction ou êtes-vous dans la foi de l’enfant et de celui qui aime par-dessus tout et par devers tout ? L’Amour est immense en chacun de nous. Il a été brimé, enfermé, il a été conditionné, il a été amputé. Depuis l’ouverture des Noces Célestes, depuis l’ouverture du rayonnement de l’Esprit Saint sur cette terre, chaque être humain se voit mettre à sa disposition, d’une manière ou d’une autre, l’angoisse, la peur, ou l’Amour. Et le fait de vivre l’un et l’autre avec des fluctuations n’est pas une erreur mais bien plus, là aussi, une mise en équilibre de votre Éternité par rapport à l’éphémère.

Alors bien sûr il y aura toujours des solutions au niveau de la personnalité, mais redéfinissez bien avant quels sont vos objectifs, redéfinissez bien si vous voulez être en contrôle et en maintien permanent de votre vie, comme le demande cette vie, ou voulez-vous être dans l’Abandon, tout en maintenant bien sûr les conditions de cette vie mais en les transcendant par votre conscience elle-même. Redevenir comme un enfant, c’est aussi cela, c’est accepter la totalité de l’instant quoi qu’il se manifeste, que cela soit le Christ qui frappe à votre porte, que cela une angoisse qui vous semblait avoir disparu depuis fort longtemps et qui se remanifeste en ce moment.

Il n’y a rien d’autre à faire que de vous positionner là aussi. Soit vous agissez par vous-même en demandant de l’aide ici même sur cette terre, soit vous traversez cela avec la foi qui est en vous. Les circonstances et les résultats ne sont pas du tout les mêmes. C’est cela qui vous est proposé en ce moment. Cela concerne aussi bien les angoisses mais cela peut aussi bien concerner des situations financières, des situations relationnelles avec vos ascendants ou vos descendants. Chaque être humain aujourd’hui sur cette terre est obligé de se rendre compte de cela, d’une manière ou d’une autre, avant le Face à Face.

Ainsi donc, si se manifestent en vous des choses qui vous semblent douloureuses, qui vous semblent angoissantes, rappelez-vous dans ces moments-là ce que vous êtes, ce que vous avez peut-être déjà vécu ne serait-ce que par expérience, et sachez qu’à l’intérieur de ces Feux du cœur, à l’intérieur de ces rêves que vous faites par moment, à l’intérieur des différentes manifestations que vous vivez, il y a toutes les capacités à faire disparaître ce que vous nommez angoisses.

Le fait qu’il y ait angoisses ne fait que traduire votre manque de détachement peut-être, par rapport à certaines situations ou certaines personnes, le fait d’être impliqué, et ceci vous apparaîtra de plus en plus vite, ce qui veut dire que l’angoisse peut effectivement se manifester à l’emporte-pièce, de façon très brusque, dès l’instant où vous n’êtes plus en accord avec votre propre Intégrité. Si cela est vu, puisque la question est posée, il devient très facile de corriger cela, que cela soit avec la personnalité et des produits chimiques, que cela soit avec de l’énergétique ou que cela soit par soi-même et avec le Christ. Et bien sûr, comme je le dis, les conséquences sur la durabilité et sur la conscience elle-même ne sont pas du tout les mêmes.

Ainsi donc la vie vous appelle elle-même dans cette confrontation entre ce qui ne fait que passer et ce qui est là de toute Éternité, justement pour bien vous montrer, vous démontrer, et faire l’expérience vous-même de ce qui est l’un et de ce qui est l’autre.

L’accentuation, je dirais, la mise en relief de plus en plus importante de cela, durant cette période, découle directement de votre assignation vibrale. Alors au lieu de chercher à comprendre, à expliquer et à faire disparaître quelque chose qui est manifesté, plongez-vous dans votre Éternité, plongez-vous dans le Silence du Cœur, plongez-vous dans l’Immobilité, placez-vous sous la Voie de l’Enfance, et vous verrez que rien ne peut résister à l’Amour et à l’Enfance.

Question 15 : il n’y a personne, le Silence est Béatitude et le corps, en évolution vibratoire. Dans quel but?

BIdiEh bien Bidi est de retour.

Qui pose la question par rapport au but ? Qui imagine un but ? Qui envisage le temps comme quelque chose qui s’écoule du passé au futur ? Qui est concerné par cela ? Vivre la Demeure de Paix Suprême, être Libéré n’a que faire d’un quelconque but, d’une quelconque évolution et d’une quelconque prédisposition à autre chose que ce qui est vécu.

Le but met une distance qui ne peut jamais être comblée. Envisager un but, c’est déjà laisser exprimer la personnalité. Vivre le Feu du cœur, vivre la complétude intérieure, vivre le Samadhi ne sont que des expériences qui vous amènent parfois à vous poser effectivement la question d’un but et d’un sens. Cela signifie encore simplement qu’il y a une polarité persistante, résiduelle, que la Lumière met en évidence. Vous êtes ainsi encore au sein du linéaire alors que vous n’êtes en rien linéaire.

Ne plus avoir de but c’est être Libre, ne plus avoir d’idées c’est retrouver la Liberté, c’est être disponible pour la seule réalité, la seule vérité commune à tout être humain qui est Ici et Maintenant. Il ne peut y avoir de but dans l’Ici et Maintenant, seule la personne envisage un but. Alors bien sûr il y a des cycles, dans la vie comme dans l’humanité. Il y a des débuts de cycle, des fins de cycle, et des fins de cycle tout court ne permettant pas la recréation d’un cycle

Mettre un but ou essayer de trouver un but est un biais de vécu de la conscience qui s’est figée au niveau de l’admiration du Soi, de l’admiration du Je suis, qui est je vous le rappelle un piège spirituel. La meilleure façon de faire demi-tour ou de se retourner à nouveau à l’envers, c’est d’imaginer qu’il y a un but, d’imaginer qu’il y a quelque chose à faire, alors que tout est parfait dans l’instant présent. Se poser la question d’un but c’est déjà sortir du présent, sortir de l’Éternité. Le seul point de passage de l’Éternité c’est Ici et Maintenant, dans ce sac et dans cette illusion.

Voir l’illusion nécessite ne plus adhérer à aucune illusion. Or s’il y a but, c’est qu’il y a projection de la conscience, qu’il y a peut-être le Soi, qu’il y a peut-être l’extase, qu’il y a peut-être les vibrations, qu’il y a peut-être Libération mais qu’il y a encore quelque chose de non accompli ou de non reconnu, c’est-à-dire que tu restes sur la scène de théâtre, dans le théâtre, et tu n’as pas encore vu qu’il n’y a pas de théâtre. Il n’y a ni « personne » ni « quelqu’un », il y a juste la Vie. Ainsi donc, il y a là aussi à se poser la question du but, non pas pour chercher un but mais pour réfuter le but.

Tant que tu imagines ou penses qu’il y a un but, tu te mets toi-même en distance par rapport à l’instant présent et à ce que tu es. Comment veux-tu résoudre l’équation ? Qui n’existe même pas, en plus.

Bidi a parlé.

Question 16 : j’ai vécu de belles expériences vibratoires, Amour indicible, Onde de vie, contacts avec mon double… et même être un point de Conscience. Comment m’établir définitivement dans mon Ultime Retournement?

omraamEh bien chers amis je suis de retour, j’avais pris mon ticket. Alors la question qui se pose, vous avez exprimé le fait de vivre depuis longtemps des expériences, des manifestations, depuis l’Onde de Vie qui crée la Libération et qui vous libère effectivement. Maintenant, quand tu parles d’épanouissement, attention à ne pas croire ou adopter un point de vue qui te ferait croire que parce que tu as vécu l’Onde de Vie, tu dois être nécessairement épanoui extérieurement en ce monde. Le seul épanouissement durable, c’est celui du cœur, c’est celui de la Libération, qui ne se pose aucune question sur l’épanouissement au sein de ce monde puisque la Libération est la même pour un enfant que pour un vieillard.

Le vieillard a plus de raisons d’avoir des souffrances, des traumatismes, des blessures, l’enfant est vierge puisque le karma n’est pas actif chez le petit enfant et il est dans la spontanéité. C’est-à-dire que tu voudrais que l’Onde de Vie qui t’a libéré t’apporte en plus ce qu’elle n’est pas sensée apporter. L’épanouissement n’a rien à voir avec la Joie, parce que dans le mot épanouissement, qui pose je dirais un certain nombre de circonstances, comment vous dites, préalables. Or la Joie n’a aucune circonstance et condition préalables. La Joie est ou elle n’est pas, tout simplement. Il est pas question d’épanouissement parce que l’épanouissement se définit par rapport à des critères de bien-être, des critères de bonheur, des critères d’absence de souffrance, des critères où vous avez l’impression que tout va devenir facile. Et pour certains frères et sœurs, c’est comme ça, pour certains amis aussi, pour d’autres non.

Qu’est ce que ça veut dire ? Ça veut dire simplement que quand il y a les expériences, ces expériences, par exemple si on prend l’Onde de Vie, a créé la Libération. Mais je vous rappelle que l’Onde de Vie a libéré le carcan de ce monde, l’âme a pu se retourner et parfois l’âme s’est aussi détournée, c’est-à-dire qu’elle a cherché encore à poursuivre, ce qui est sa liberté, le chemin au sein de la matière. L’épanouissement concerne la matière parce que dans les autres dimensions c’est pas un épanouissement, c’est quelque chose qui est là et qui se déploie tout seul. Dès que la conscience met en branle, je dirais, un Triangle élémentaire, le voyage se fait instantanément, au-delà du temps et de l’espace et au-delà de ce qu’on pourrait appeler le cosmos, tel qu’il apparaît à vos yeux.

Donc la notion d’épanouissement n’a que faire par rapport à la notion de Joie. La Joie est pas un épanouissement. Qu’est-ce qui se passe et quelle est la différence ? Au niveau du vécu, l’Onde de Vie, vous vous rappelez, il y a, et il y a toujours eu, il y a encore toujours trois constituants, si on peut dire, de l’Onde de Vie. La première constituante, qui est née en février/ mars 2012, a libéré les forces de prédation qui étaient présentes dans les deux premiers chakras.

L’Onde de Vie est remontée dans le cœur, elle y a apporté une spécificité ; parallèlement à cela, le Canal Marial et le Canal de l’Éther s’étaient activés. L’épanouissement il est là mais c’est pas un épanouissement où vous allez dire tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil, parce que l’énergie quand elle passe, comme vous le savez, la vibration elle peut réactiver l’élimination des mémoires et des circonstances qui sont pas toujours agréables. Mais agréables pour qui, pour la personnalité n’est-ce pas ? Et regardez par exemple, la plupart des êtres qui ont touché cet état de maîtrise comme on l’appelait à l’époque, n’ont pas été affectés par quoi que ce soit. Vous avez notre ami commun Bidi qui a continué à délivrer ce qu’il avait à délivrer malgré un cancer. Vous avez par exemple Sri Aurobindo qui, quand il est parti, a pu revenir s’exprimer dans son corps de Lumière.

Donc l’épanouissement est un terme qui concerne uniquement le sentiment de bien-être au sens le plus trivial, au sens le plus commun, c’est-à-dire le moment où y a pas de souffrance, le moment où le mental est pas trop perturbé, le moment où les émotions ne viennent pas vous submerger (ou y en a quasiment pas), où globalement la personnalité, ou l’être même, apparaît comme dans un certain équilibre et dans une certaine réjouissance. Mais là, comme je l’ai dit, cet épanouissement nécessite un certain nombre de circonstances. La Joie elle, elle découle du cœur, elle ne dépend jamais des circonstances, elle ne dépend jamais du temps.

Donc passer de l’expérience de l’Onde de Vie, de l’expérience même des communions entre vous, entre nous, ont été des marqueurs. Ces expériences ont été des points de repères pour vous, qui donnaient le sentiment effectivement que ça allait d’un point à un autre. Mais si vous acceptez le dernier point, c’est-à-dire que vous vivez que nous sommes tous en vous, de même que vous êtes, chacun de vous, en chacun de nous, à ce moment-là la Joie est dite sans objet. L’épanouissement est spirituel, quel que soit l’état du corps, quel que soit l’état de vos finances et quel que soit l’état de votre psyché, de vos pensées. Vous voyez que c’est deux notions et deux mondes qui sont pas séparés, bien sûr, qui peuvent être superposables mais qui ne font pas appel au même vécu même si le résultat peut sembler, dans les premiers temps, identique.

L’épanouissement, le fait d’avoir un beau mari, une belle femme, beaucoup d’argent, que tout se passe bien au niveau spirituel, que tout est équilibré, c’est quelque chose qui peut exister en ce monde, et vous connaissez tous des gens autour de vous qui vivent cela alors que d’autres ne vivent pas cela, alors qu’ils semblent, comment dire, avoir des soucis. Mais celui qui est dans la Joie sans objet n’a que faire d’un quelconque épanouissement. Ce que je veux dire par là, c’est que quand vous évoquez ce point, ça veut dire quoi ? Ça veut dire simplement que la personnalité, même chapeautée par le Soi, est encore susceptible de détourner la conscience du Soi vers la matérialité. Et donc c’est lié à ce qui a été nommé la polarité de l’âme, si vous voulez âme attractée vers la matière ou âme attractée vers l’Esprit. Où là, il peut y avoir encore ce qui est nommé une recherche de but ou une recherche d’épanouissement ou une recherche de sens. Mais dès l’instant où l’âme est en voie de dissolution totale vous pouvez demeurer, un exemple, comme Ma Ananda Moyi en extase pendant vingt ans quand elle était vivante.

Bon, le but, c’est pas ça aujourd’hui, c’est pas de fuir ou de s’installer là-dedans. C’est d’accompagner l’Ascension collective. L’Ascension individuelle, vous la vivez, plus ou moins correctement, plus ou moins profondément. Mais tout ça, je vous le rappelle, n’est destiné qu’à faciliter le Passage ultime du Retournement, cette fois-ci non plus seulement de l’ego au cœur parce que bon, y en a qui vont de l’ego au cœur mais après ils vont du cœur à l’ego malgré l’Onde de Vie. Tout dépend de la balance, je dirais, et cette balance elle a deux côtés : d’un côté l’Esprit, de l’autre la personnalité. Tant que vous voyez qu’il existe encore les deux mais après, si les deux se fusionnent, y a plus besoin de balance, y a plus besoin d’oscillations, y a plus besoin d’angoisse, et il n’y a pas non plus besoin d’être en Samadhi toute la journée.

Là, à ce moment-là, vous rentrez en totalité dans l’instant. L’instant c’est quoi ? C’est le moment où vous êtes là, vous n’avez pas décidé de méditer, vous n’avez pas de programme défini, vous n’avez pas de but, vous n’avez pas d’ambition X ou Y, vous êtes simplement là, présent, ici maintenant, intégralement et totalement. Qu’est ce qui se passe à ce moment-là ? Y a plus de Présence, y a plus d’Onde de Vie, y a plus de Couronnes radiantes, y a plus de Vibral, il y a la Conscience Pure, cette Conscience Pure sans objet et sans sujet, le Jnani comme disait Bidi. Il se pose pas la question de tout ça, il essaie d’être dans l’instant, quoi que la Vie lui propose. C’est-à-dire, comme disait Bidi et comme nous vous l’avons dit, tant qu’il existe une recherche spirituelle, une recherche d’amélioration, une recherche de gratification ou de récompense, ça veut dire que c’est la personnalité qui parle, c’est cela qu’il faut voir.

Alors bien sûr on vous demande des questions, mais justement pour vous montrer ces rouages je dirais les plus fins, et parfois les plus machiavéliques, qui se cachent dans la structure de l’éphémère. La prédation, vous connaissez, on en a parlé longuement, les habitudes, les usures du corps, les usures aussi de la vie, mais tout cela n’a plus aucune importance quand vous êtes Libéré, vous n’êtes plus affecté par cela, c’est-à-dire que ça se manifeste mais l’affectation, je parle de la conscience pure, ne peut plus avoir lieu. Ça vous donne le droit d’être en colère, ça vous donne le droit de crier, mais ce n’est que temporaire, ça ne dure pas, et comme vous l’avez peut être constaté nombre d’entre vous, cette espèce de versatilité de plus en plus rapide. Pendant des années vous arriviez à vous installer de plus en plus longtemps, soit dans le Soi, soit dans cet Absolu, soit dans la vibration de l’Onde de Vie ou du Canal Marial ou même dans les Communions, et puis là qu’est-ce qui se passe ? Vous découvrez, pour certains d’entre vous, en grand nombre quand même, qu’il y a des fluctuations. Ça veut dire quoi ? Que quelles que soient les expériences de Grâce que vous avez vécues, quelles que soient les rencontres, quoi que vous ayez suivi, il y a un moment donné où tout ça n’existe pas.

Et je pourrais même vous dire que là nous n’existons pas, tous, je n’existe pas en tant que personne ou entité qui parle, celui dans lequel je suis n’existe pas mais vous non plus vous n’existez pas. Ça veut pas dire qu’il faut le nier, ça veut dire simplement qu’il faut être entièrement disponible et de plus en plus à l’Instant Présent. Parce que quand l’Appel de Marie va arriver, de la facilité avec laquelle vous avez de vous mettre dans cet état, avant que le reset ou la stase vous tombe dessus, vous avez trois jours pour faire le point. Donc là, ce qui se passe depuis l’Assignation Vibrale et déjà avant, est simplement là pour vous montrer, non pas pour vous juger mais pour être à votre place très exactement. Et pas ailleurs. Ce qui veut dire qu’il faut, si vous le souhaitez bien sûr, voir tout cela de plus en plus précisément, non pas pour y adhérer ou pour le réfuter comme à l’époque mais pour le laisser passer. Seule doit exister la Lumière et vous. Quand vous dormez, le monde n’existe plus, sauf que là vous allez dormir d’une façon bizarre pendant trois jours et trois nuits, où va se passer beaucoup de choses.

Donc quoi qu’il se déroule, que vous gagniez des milliards au loto, que vous ayez votre femme qui part ou une nouvelle petite amie, ça n’a aucune espèce d’importance, parce que si vous dépendez des récompenses ou des gratifications extérieures, ou des angoisses même si vous voulez, que vous sentez, comment vous allez faire quand tout cela va disparaître ? Sur quoi vous allez vous appuyer ? Sur ce que vous êtes, et ce que vous êtes n’a que faire de tout ce qui a été échafaudé, et construit sur la scène de théâtre. Et encore une fois et je le répète comme à chaque fois, ce n’est pas un déni ou un refus de voir, c’est justement une vision bien plus large, bien plus vaste, bien plus étalée que ce que vous pouvez imaginer même ou supposer. Et ça c’est tout simple, ça n’a que faire de quoi que ce soit, c’est juste là l’instant où est la totalité, parce que le Passage, l’Ultime Passage se fait dans l’Instant Présent. Il ne se fait pas dans le soleil puisque le corps d’Êtreté est là, il ne se fait pas dans une autre dimension. Ce qui veut dire que quelle que soit votre Assignation Vibrale, quelle que soit votre destination, il vaut mieux être ici pour le vivre, c’est ce que ça veut dire. Donc quels que soient les éléments que vous avez révélés par vous-même, les expériences que vous avez vécues, les plus fantastiques comme les plus terrorisantes d’ailleurs, tout cela doit se dissoudre, et ça se dissout dès l’instant où vous restez tranquille, nous le répétons depuis deux ans.

Rester tranquille ne veut pas dire rester chez soi et ne rien faire. Au contraire, nous vous avons encouragés à partager entre vous comme vous le faites ici, non pas pour vivre d’autres expériences, non pas pour renforcer une connexion à l’Éternité ou avec nous ou entre vous, mais pour vous trouver dans cette Simplicité, dans cette espèce de nudité du cœur, afin d’être réellement libres le moment venu. C’est-à-dire là je parle même de Liberté par rapport à ce plan, par rapport à votre vie, par rapport à vos attachements.

Donc, encore une fois et comme ça a été dit avant moi par le Maître Philippe, c’est de votre qualité de disparition que se trouve la solution. Si vous disparaissez à ce monde, le sommeil, ou l’Extase, et non la fuite, ça se fait en pleine lucidité, en pleine conscience si vous préférez. Vous êtes aidés pour ça par les quatre Piliers, par le Canal Marial, par l’Onde de Vie. Mais imaginez qu’ayant vécu le Soi, comme ça avait été précisé voilà des années par Anaël lors de l’installation du Soi, il a toujours été dit que le Soi c’est merveilleux mais que même au niveau du Soi on peut, non pas régresser, ça n’existe pas, mais faire demi-tour parce que l’âme est toujours présente et qu’y a nécessité de maintenir une certaine structure figée qu’on appelle la 3D unifiée, ou parce qu’y a une mission entre guillemets à accomplir et vous savez très bien que quand on est Libéré y a pas de mission. Pour celui qui est dans le Soi, il peut se charger lui-même d’une mission mais c’est à vos risques et périls. Mais néanmoins, y a des impulsions de l’âme, y a des impulsions de la personnalité et y a aussi des impulsions de l’Esprit. Ce qui vous entraîne vers la complexité ne vient pas de l’Esprit, ceux qui vous entraînent vers les expériences et vers les vibrations, ceux qui vous entraînent dans des rendez-vous comme nous faisions y a quelques années, ne sont là que pour recréer des égrégores, de pouvoir, et non pas pour être libre.

Donc c’est à vous de savoir où vous donnez votre conscience. C’est très simple : que vous viviez les chakras, que vous viviez les Couronnes ou que vous ne viviez rien du tout, vous avez quand même un point d’appui logique, concret et réel, c’est votre état de l’instant, là tout de suite, qui n’est pas conditionné par vos expériences, par vos vibrations. La Demeure de Paix Suprême c’est cet endroit-là où les expériences ont été vécues ou pas, énergétiques, Vibrales, Communions, Fusions, Dissolutions, je vais pas les réciter à chaque fois. Si vous êtes, et si vous observez que dans les moments où vous êtes clair, c’est-à-dire j’appelle pas ça méditation mais un moment où vous êtes avec vous-même, vous sentez très bien ce qui se déroule, pas au niveau des énergies, pas au niveau des vibrations, mais directement dans la conscience.

C’est ça que vous voyez en ce moment : vous voyez de plus en plus votre propre conscience. Alors avec plus ou moins d’angoisse, comme ça a été posé comme question tout à l’heure, avec plus ou moins de douleurs, avec plus ou moins la notion d’un but à rechercher ou de quelque chose à trouver, mais ça vous le voyez clairement. Regardez, les questions qui sont émises maintenant, ici et ailleurs, ne sont plus des questions du mental qui pédale (vous voyez bien que ça pédale plus), c’est des interrogations et des questionnements existentiels, des positionnements entre l’Éternité et l’éphémère, entre ce qui est important et ce qui ne l’est pas, et les résultats bien sûr sont profondément différents.

Parce que dans un cas, si vous essayez de répondre à la question d’un but par exemple, en trouvant que c’est louable, qu’est-ce qui va se passer ? Ça peut être le but ou n’importe quoi, mais quelque chose qui vous interroge sur l’éphémère. Vous allez le constater très simplement, cette pensée, cette interrogation, elle va tourner de plus en plus, que ce soit l’angoisse ça sera pareil, elle va revenir, remonter. Alors que si vous maintenez l’Instant Présent dans l’Ici et Maintenant, tout ça n’existe pas. Alors bien sûr la personnalité peut avoir tendance à s’emparer de ça pour dire, par exemple : « Ben je fais plus rien dans ce monde, je me retire dans un coin et je médite », ou « Je suis pressé de partir ». Mais si vous étiez constamment dans l’Éternité, malgré le corps et malgré la conscience de ce monde, y aurait plus aucun souci. Cela ça a été démontré amplement par les Étoiles, par les Anciens, et par les Êtres qui ont moins laissé de trace, c’est ce que vous vivez vous aussi.

Alors ça peut être effectivement fatigant, les besoins physiologiques se modifient, les mécanismes de fonctionnement du mental ne sont plus les mêmes et donc ça peut vous sembler fatigant ou éreintant, ou au contraire excitant, mais ni l’un ni l’autre. Ce qu’il faut pas perdre de vue, c’est la finalité comme on disait, pas un but mais une finalité. Ça veut dire le moment de la transition d’un état à un autre, en toute conscience. Et le plus important, bien évidemment, c’est d’être présent dans la vie, présent à vous-même, présent à nous, présent à l’immensité des dimensions, mais avant tout cela, vous devez voir clairement cela de manière de plus en plus fine et précise. C’est exactement ce qu’on observe à travers tout ce que vous dites, tout ce que vous demandez et tout ce à quoi nous répondons.

Cela vous apparaîtra clairement. Là vous êtes, comme je l’ai dit y a quelques jours, dans cette gamme de musique qui se joue. Alors vous pouvez sentir le Triangle de l’Air, par exemple en ce moment, après un autre intervenant va venir, ça va être le Triangle de la Terre : on joue de la musique. Mais c’est pas une musique qui a un but, de créer une symphonie, de créer une histoire, c’est une musique qui vous renvoie au Silence musical, c’est-à-dire à l’Éternité. Parce que la note de musique est de plus en plus précise, et quand il y a la perfection de ce qui est vu sur la conscience, ce qui est musical devient parfait et se fait sans effort. Là aussi c’est la Grâce. Bien sûr qu’il y a l’apprentissage, et vous avez fait l’apprentissage de la Lumière, maintenant vous pouvez entre guillemets jouer avec la Lumière. Ça veut dire manifester les pleins potentiels de vos Éléments constituant l’Éternel à travers les Triangles, à travers les différentes manifestations, mais vous savez bien que ces manifestations sont juste des béquilles pour retrouver encore plus facilement l’instant présent.

Comment vous savez que vous êtes dans l’Instant Présent ? Vous le savez plus du tout, vous n’êtes plus là. Vous vous endormez. Et si vous vous endormez pas, vous maintenez la Demeure de Paix Suprême. Qu’est-ce qui se passe dans la Demeure de Paix Suprême en ce moment, non pas pour ceux qui en vive l’expérience mais ceux qui s’y installent durablement ? La vie continue. La Clarté est de plus en plus grande, non pas sur ce monde qui est trouble et qui sera de plus en plus trouble au fur et à mesure que la Lumière va touiller tout ça, mais simplement au niveau intérieur, c’est-à-dire que vous êtes lucide même si vous savez pas pourquoi, même si vous vous posez encore la question de pourquoi tel trouble, telle douleur ou telle émergence d’un phénomène, vous êtes au-delà de ça. Et c’est ça qu’y faut mener à bien, je dirais. C’est vous démontrer à vous-même que quoi qu’il arrive à votre corps, à votre porte-monnaie, à vos relations quelles qu’elles soient, vous maintenez cette connexion et cet état.

Alors bien sûr, au début ça peut déclencher une difficulté, mais si vous arrivez à disparaître, comme vous dites à vous endormir, pour un oui et pour un non, et parfois même à avoir une difficulté à vous rappeler ce que vous étiez en train de faire avant, ou même qui vous êtes (ça va vous arriver de plus en plus souvent) : vous dormez, vous m’écoutez parler ou vous écoutez une canalisation ou vous lisez un texte et d’un coup vient l’interrogation la plus effroyable et la plus surprenante qui puisse arriver : vous vous demandez qui vous êtes.

Ça, c’est très bon signe parce que quand ce signe est là, quand ça vous arrive, vous savez on connaît tous ça le matin quand on se réveille, y a un moment où on se dit : « Mais qui je suis, où je suis ? » et vous remarquez que maintenant, pour beaucoup d’entre vous, ces moments-là existent mais y a pas besoin de dormir. Ça vous prend en conduisant, ça vous prend en faisant le ménage, d’un seul coup, vous vous posez la question : « Mais qui suis-je ? ». C’est pas une recherche de but, c’est pas un besoin de répondre à la question, c’est que vous ne savez plus qui vous êtes au sein d’une personne. Ça c’est un signe majeur, comme l’endormissement, comme la capacité à vivre une émotion par exemple, une angoisse même, la voir, l’éprouver mais ne pas la subir. Tout cela, c’est ce que vous vivez, c’est des mécanismes de réglage extrêmement fins. C’est pour cela que nous avons décidé, durant ce mois, de vous donner des Carnets, je dirais, de route mais ces Carnets de route sont les Carnets de l’Ascension parce que c’est ce qui se déroule entre le passage de la première Étoile et l’Appel de Marie.

À une prochaine fois certainement.

frere KMon nom est FRÈRE K. Frères et sœurs en cette assemblée et en toute personne qui daignera lire, recevez amitié et Amour, en le cœur. Établissons, si vous le voulez bien, un instant de Silence, un instant d’Éternité.

… Silence…

J’écoute donc avec attention votre première question…. Aussi longtemps qu’aucune question n’émerge, nous restons en cet état.

Question 17 : comment peut-on stabiliser l’Instant Présent?

Bien aimée, l’Instant Présent peut représenter, je dirais, un challenge dans les premiers temps. Vous avez remarqué, les uns et les autres, qu’il y avait des moments où cet instant présent était là et des moments où il n’était plus là. La caractéristique de l’Instant présent est d’être libéré des pensées, libéré de tout ce qui vient du passé comme tout ce qui peut se projeter dans un futur. L’Instant Présent englobe dans le même temps le passé, le présent et le futur, non pas dans une perspective linéaire mais bien plus transcendantale. En effet, il n’y a que quand vous n’êtes plus affecté en aucune manière par votre passé et quand vous êtes débarrassé de toute projection en l’instant suivant, ou en un instant futur, que le présent peut développer sa majesté et vous conduit à manifester l’Amour le plus pur, le plus inconditionné et le plus transparent possible.

Cette présence au sein de l’Instant Présent est en quelque sorte une disparition totale de ce qui conditionne et oriente ce que vous nommez la vie et ce que nous nommons la vie en incarnation. L’Instant Présent est donc vierge de toute empreinte, de tout passé comme de toute projection du futur. L’Instant Présent a été abordé de différentes façons durant ces années, que cela soit à travers des processus nommés de montées vibratoires, à travers des processus cristallins, à travers des rendez-vous, des Communions. L’Instant présent fait irruption pour chacun de vous dans le déroulement ordinaire de vos vies, que vous y soyez préparés, que vous l’ayez souhaité ou pas.

Quels en sont les prémices qui sont donc, non pas à rechercher mais bien à repérer dans le déroulement de votre vie et de vos jours ? Il y a tout d’abord un moment que je qualifierais de décrochement ou de décrochage, où il y a comme une sorte de rupture de la linéarité de la conscience habituelle et ordinaire. Chaque instant est conditionné bien sûr, au sein de l’être humain, par les conditionnements, les expériences du passé, les blessures comme les joies de ce passé mais aussi d’un besoin de se prémunir, par la projection, dans l’anticipation des instants suivants. Au sein de ce déroulement logique et habituel de la conscience égoïque de base, se manifestent des moments de rupture. Ces moments de rupture font disparaître le flot des pensées et le flot d’informations énergétiques et vibrales qui vous atteignent. C’est le moment où vous arrivez, quelque part, à prendre conscience et à vous distancier de vos propres pensées car vous les concevez comme quelque chose qui passe, et qui n’est pas né en votre sein mais seulement en votre réflexion. La réflexion ne fait que renvoyer l’image en miroir comparant la situation actuelle à une situation passée, que cela soit une blessure, que cela soit un apprentissage ou que cela soit simplement les mécanismes routiniers de la vie.

Dans le vécu de l’Instant Présent, par expérience tout d’abord, que cela soit déclenché par des montées vibratoires ou par l’allumage d’une des Couronnes radiantes, ou encore de l’Onde de Vie ou de la Communion par l’intermédiaire du Canal Marial, l’Instant Présent est donc un instant que je qualifierais de non linéaire et d’instant sans temps. L’instant sans temps est l’instant où le temps ne se décompte plus, donnant un sentiment et un vécu d’immobilité, d’irréalité, tout en étant densifié dans le poids de sa présence d’Esprit au sein de la matière. Ce qui est à repérer, c’est exactement cela. Les instants où cela se produit, les cas les plus importants se traduisent par un endormissement spontané ou une dysrupture de la conscience qui correspond à ce qui a été dit précédemment, pouvant être appelé le sens de ne plus être une personne, appelant la conscience à se demander qui elle est, où elle est, ou éventuellement dans quelle vie ou trame de vie elle s’inscrit.

L’Instant Présent est donc un moment de rupture. En tant que tel, il est donc repérable extrêmement facilement dans l’agencement de vos jours et indépendamment de tout alignement, de toute méditation ou de toute intériorité. L’Instant Présent vous appelle, dans cette linéarité, à vous poser en conscience dans ce qui n’a ni origine ni fin, ni cause ni conséquence, ni effet ni réaction. Dans cet état de Présence et d’instant présent, il y a un sentiment à nul autre pareil, quelle que soit l’intensité de la confusion possible de la conscience ordinaire, la perception claire d’un autre état, si je puis dire, de la conscience. C’est cet autre état qui vient annihiler en quelque sorte la linéarité de la conscience ordinaire. C’est l’instant où vous n’êtes plus conditionné par une pensée, par une émotion, par un souvenir ou par un élément n’appartenant pas à l’instant présent mais à l’instant suivant.

Cela peut durer un temps infini mais qui en réalité ne dure que quelques secondes, voire quelques minutes, mais si vous y êtes capable d’y arriver par la méditation, par la vibration, par l’alignement, cela peut durer le temps que vous le souhaitez. L’important est de repérer cet instant présent, non pas dans les moments où vous êtes à l’action pour le vivre mais bien dans le déroulement de la linéarité de la conscience, quel que soit ce que vous avez à conduire et à mener au sein d’une journée. C’est l’instant où sans y réfléchir ou sans se poser la question se manifeste un sentiment d’Évidence, un sentiment de densité, de plénitude et de légèreté en même temps, qui n’est pas issu d’une cause et qui en est encore moins la conséquence. Cette rupture de linéarité correspondant à l’Instant Présent a été déployée durant ces années à travers la pratique de ce qui est nommé, ce qui fut nommé et est encore nommé Hic et Nunc, ou si vous préférez Ici et Maintenant, ou si vous préférez IM et IS, l’un des segments de la Croix cardinale de votre tête.

L’Instant Présent est repérable entre tous parce que c’est un instant qui peut apparaître comme suspendu ou un instant qui n’appartient pas à la linéarité vécue ne serait-ce que quelques secondes avant. Là aussi, il existe donc, dans cette vie ordinaire, des éléments se superposant et se rajoutant à la conscience ordinaire qui vous font toucher, en quelque sorte, dans ces moments ordinaires, la Vérité. Vous le sentirez, si ce n’est déjà fait, facilement et aisément, dès l’instant où vous vous surprenez vous-même à ne pas suivre un fil logique dans vos pensées, dans vos émotions, dans vos projections ou dans vos réminiscences. En ces instants-là, il y a réellement une saturation de la Joie, mais non pas une saturation de la Joie consistant à s’extraire de ce monde ou à vivre l’extraction de ce monde, ce que l’on pourrait nommer un ravissement, mais bien plus au cours ou au décours de la vie la plus ordinaire qui soit, dans les tâches les plus répétitives ou les plus insignifiantes que vous avez à mener. Ces instants, pour l’instant assez éphémères, vont prendre de plus en plus d’importance. De la même façon, il vous arrive des moments, au cours de vos journées comme de vos nuits, où il vous semble vivre quelque chose d’irréel, non pas dans son aspect inconnu mais dans son aspect simplement non ordinaire et pourtant déjà connu.

L’Instant Présent est riche de lui-même. Il n’a besoin d’aucun support, simplement que vous soyez vous-même dans l’Abandon, dans l’Humilité et dans la Simplicité, ce qui peut s’obtenir sans aucune difficulté lors d’un acte quotidien répétitif de votre vie, soit-il encore une fois le plus détestable. Cet événement, et cette succession d’événements ordinaires et habituels que vous menez chaque jour, vous offrent l’opportunité de surprendre la conscience au sein de son expansion et au sein de l’englobement de la conscience éphémère s’effaçant alors devant la conscience de l’Éternité. Ceci est une approche et une pénétration de plus en plus au cœur de votre cœur, de l’importance de l’Éternité, de l’importance que vous placez en vos activités éphémères ou en votre Conscience Éternelle.

Ainsi donc, à chaque souffle et à chaque respiration dorénavant, et bien indépendamment de tout exercice quel qu’il soit ou de toute technique quelle qu’elle soit, et il vous a été communiqué ces derniers temps certains mouvements par le Maître Li Shen qui étaient à même, par le déploiement du mouvement, de faire le Silence du passé et du futur et de vous installer, le temps de l’exercice et dans des temps suivants plus ou moins longs, dans la Vérité de votre Éternité. L’Instant Présent, c’est être placé au centre de la Croix, au Cœur du Cœur. C’est l’équilibre total manifesté et alchimisé entre l’Onde de Vie, le Canal Marial et la Couronne Radiante du Cœur, au sein de la poitrine, entre les quatre piliers que sont l’Humilité, la Simplicité, l’Éthique et l’Intégrité, correspondant par ailleurs à ce qui fut nommé en son temps la Nouvelle Eucharistie mais aussi la Présence du Christ au niveau de la porte KI-RIS-TI située dans votre dos.

Les processus situés au niveau de la poitrine, respiration et circulation du cœur, si vous y êtes attentif dans les moments où se vit l’Instant Présent au sein de l’ordinaire de la vie, vous allez peut-être remarquer ce que je nommerais non pas une anomalie mais un sursaut cardiaque, ce qui veut dire que vous repèrerez, si vous portez votre conscience dessus au moment où cela se produit, une espèce de décrochage du rythme cardiaque mais aussi de la respiration. Ce sursaut ne dure que quelques secondes lors de l’installation de l’Instant Présent. Cela peut aussi se manifester par un bâillement ou un besoin de s’étirer, ou un besoin au contraire de rassembler le corps. Si vous observez et notez ces moments-là, vous vivrez cet Instant Présent avec une plus grande facilité au fur et à mesure de la linéarité du temps, bien évidemment en dehors de tout contexte orienté comme une montée vibratoire ou comme un alignement, ou encore une méditation, ou encore une prière.

L’Instant Présent est donc l’irruption du merveilleux et du sacré au sein de ce qui ne l’est pas, et qui pourtant est chargé de manifester la même vie, que cela soit dans l’entretien d’un jardin comme une rencontre importante ou une simple discussion avec un inconnu. Repérer cela par l’attention et la vigilance vous permettra très facilement et au-delà, je le répète, de toute perception vibratoire de descente ou de montée de Lumière, comme cela se produit régulièrement depuis tant de temps en fin de vos journées, comme vous l’avez remarqué lors des alignements et en particulier à partir de 17 heures, en heure française, où l’intensité de l’énergie croît plus ou moins rapidement jusqu’au moment où la soirée, je dirais, est bien avancée. Toutes ces manifestations sont des manifestations de l’instant présent.

Cultiver l’Instant Présent peut aussi faire l’objet d’attentions et de soins particuliers. Je vous renvoie pour cela aux innombrables techniques respiratoires, en particulier la technique de Maître Ram, en particulier le yoga donné par Un Ami concernant le yoga de l’Éternité, le yoga de la Vérité ou encore ce qui fut nommé les Bénédictions Archangéliques, ou encore l’activation des nouveaux corps.

Vous constaterez aussi qu’au sein de l’Instant Présent, au sein de la vie active, c’est-à-dire au sein des déroulements ordinaires, va se manifester par une connexion plus forte au niveau des pieds avec le sol. L’énergie, et la vibration, à ce moment-là est assimilable, mais elle n’est pas la même, que l’Onde de Vie. Elle correspond à une activation que je qualifierais de locale, les chakras des pieds situés sous la plante des pieds et donnant un sentiment de contact parfois même douloureux avec la terre. En d’autres circonstances, vous constaterez que ce sont les Triangles élémentaires de la tête qui s’activent, le plus souvent deux par deux. Tout ceci traduit les mécanismes qui sont à l’œuvre pour l’installation de l’Instant Présent, l’Instant Présent final étant simplement le Passage final orchestré par l’Archange Uriel et survenant après l’Annonce de Marie.

L’Instant Présent est l’endroit où se situe l’Éternité et donc la reconnexion avec la Source définitive, qui correspond à ce qui fut appelé par la Source elle-même : la Promesse et le Serment. Que la Source vous a rappelés voilà peu de mois. Tout cela s’incarne, je dirais, dans les plus profonds de la terre jusqu’à son Noyau cristallin, de la même façon, en vous, jusqu’au plus profond de votre cœur et de vos profondeurs.

Je suis FRÈRE K, et j’écoute, afin de la transmettre, votre prochaine question.

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité, de citer le site: http://elisheanportesdutemps.terrenouvelle.ca

Copyright les Hathor © Elishean/2009-2015/ Aux Portes du Temps



Print Friendly, PDF & Email