Les Carnets de Février 2015

Questions/Réponses avec les Êtres de Lumière

Questions 70 à 83

Canalisation : CHRIST – Et voilà que Je viens …vous demander votre amitié, votre Amour : CHRIST : Tout est prêt, tout est achevé et enfin tout commence

L’ESPRIT DU SOLEIL

Question 70 : pourriez-vous développer sur la parole du Christ : « Veillez et priez »?

Le « Veillez et priez » tel qu’il a été énoncé, fait référence au fait de ne pas dormir, non pas seulement dans le sens de vos nuits mais bien plus dans le sens de votre conscience.

La veille est un processus à la fois d’espérance, de certitude, qui balaye toutes les croyances car cette certitude est directement reliée à votre connexion au Soleil, à l’Éternité, à Christ et à l’ensemble du manifesté et du non-manifesté, du Créé et de l’Incréé. Se traduisant en vous par l’Amour, la Joie, la béatitude et le calme, entouré d’Humilité, entouré de Simplicité et aussi dans la manifestation de votre Évidence à vous-même, de votre Évidence à ce que vous êtes, au-delà de tout ce qui a pu se présenter sous l’œil de la conscience en ce monde, vous donnant à voir sans vouloir, sans les yeux, sans le cœur mais directement ce qui est l’attribut de la conscience pure, sans fard ni faux-semblant, sans illusion et sans désir. Voir la Vérité.

La prière n’est pas une prière mécanique au sens où vous pourriez l’entendre ni même la pratiquer. La prière est un état de communion avec Celui qui vient, ouvrant en grand les portes déjà ouvertes par Métatron et par Uriel, vous donnant à vivre la réalité du Grand Tout au sein même de cette chair, dépassant largement le cadre de la compassion, le cadre de l’identification, le cadre du charisme, où effectivement chacun peut prendre réellement et concrètement le corps et la conscience de l’autre, non pas comme une possession mais bien plus comme la restitution de la Vérité et de l’Unité réelle et fondamentale de toute vie, en tout monde et en toute dimension.

Ainsi donc le « Veillez et priez » n’est que l’expression de votre état d’Amour de Celui qui est là, ici, sur ce monde, présent à lui-même, présent à Christ mais présent dans la même perception, dans la même conscience à l’ensemble de l’humanité, ne jugeant plus ni en bien, ni en mal, ne portant que le regard de l’Amour inconditionné et inconditionnant, sur chaque chose comme sur chaque être. À ce moment-là vous êtes dans la prière perpétuelle qui n’est plus une supplique ou une demande mais bien plus la confirmation de cette reliance, de cette guidance et de cette vérité : « Tout est Un en l’Amour et par l’Amour ». Ainsi peut s’exprimer et se vivre, se comprendre : « Veillez et priez ».

Chaque question sera suivie d’un temps d’intégration et de Silence permettant d’asseoir la réponse en vous, permettant de dévoiler le sens au-delà du mot, c’est-à-dire le sens direct que seul comprend le Cœur, sans aucun artifice.

…Silence…

Question 71 : le Christ se manifestera-t-il de la même manière pour chacun d’entre nous?

Bien aimée, il ne s’agit pas à proprement parler d’une manifestation, au sens commun, mais bien plus d’une Intégration et d’une Révélation. Ainsi donc, selon l’accord qui est ce que tu es entre toi et sa Présence rendra compte de tes choix. La manifestation dont tu parles n’est pas vraiment une manifestation mais bien plus, encore une fois, la libération de l’atome-germe situé en votre cœur, permettant l’expression de la dimension Christ Une et Universelle, au-delà de toute forme, au-delà de toute histoire et au-delà même de vous-même. Ceci est tellement vaste et tellement Tout qu’il ne peut y avoir, lors de ces moments-là, aucune interrogation, aucun doute sur ce qui est bien réel, bien plus que la solidité d’un mur au sein de ce monde.

Ainsi donc, la manifestation sera différente selon chacun, selon le degré de l’intégration et, je dirais, de l’Amitié qui naîtra à ce moment-là. Une Amitié s’entretient, elle se cultive, ce que vous avez fait durant ces temps, et je ne parle pas seulement des années où l’Esprit Saint était présent sur cette terre mais bien dans l’ensemble de vos pérégrinations, au sein de vos demeures éphémères en ce monde. Ainsi donc, ce qui se produira vous est intime et personnel. La synchronicité du mécanisme se produisant à un moment donné sera bien sûr précédée, pour ceux qui ont veillé et prié avec ardeur, de façon, je dirais, plus directe mais la résultante en sera bien sûr identique lors de l’impulsion finale, donnant alors d’emblée votre vibration d’être, de conscience ou d’Absolu, ou d’âme.

Il n’y a pas donc à anticiper ni à projeter la forme que prendra cette Rencontre qui se déroule en vous et dont la manifestation ne peut survenir qu’en vous. Tout dépend de votre capacité à laisser œuvrer ce qui œuvre pour votre plus grand bien ; ce « bien » se situant au-delà de l’opposition classique du bien et du mal car si tout est en vous et si tout est Un, quel bien, quel mal peut exister indépendamment de votre vision ? Dans ce « Veillez et priez » il n’y a pas d’autre préparation que de l’Accueil en Vérité, en Unité et en beauté du Christ et de la Lumière Christ, traduisant le sceau de votre Amitié rétablie, ou traduisant le choix d’une autre forme de liberté que celle de l’Éternité.

Il n’y a donc pas en cela de projection possible, c’est aussi en ce sens qu’Il viendra comme un voleur dans la nuit, faisant suite à « Veillez et priez ». Le voleur dans la nuit, c’est celui qui vous surprend et même celui qui a veillé et prié, et même celui qui est Libéré vivant ne pourra faire autrement que d’être surpris par cette Rencontre, parce qu’elle ne correspondra ni à une vision, ni à une apparition dans quelque plan que ce soit mais bien plus la révélation de votre Cœur Un, au Centre du Centre, associé à la Présence du Christ, de Marie et de Mikaël, présents déjà en vous de toute éternité et qui doivent se révéler dans cette dynamique intérieure et non plus dans un quelconque processus de conscience à l’extérieur de vous.

… Silence…

Question 72 : comment vivre tout est Un dans un monde encore dissocié?

Bien aimée, tout est Un en toi, et le monde est en toi, et le monde est toi. Il est un rêve qui se poursuit, auquel d’innombrables âmes ont donné corps, non pas par volonté personnelle d’âme mais bien plus découlant de l’altération ou falsification. Dès l’instant où ton Unité est vécue à l’intérieur de toi, le monde dissocié ne te concerne plus, il est absorbé, dépassé et transfiguré par l’état de ce que tu es. Ainsi donc, tant que se pose la contradiction entre tout est Un et le fait d’être impacté par la réalité de ce monde dissocié prouve simplement la distance entre l’Unité et la dualité de ce monde.

L’Unité est intérieure, le tout est Un se produit à l’intérieur de toi. Il ne cherche rien à l’extérieur de toi. Tu ne peux faire adhérer quiconque au fait que le monde soit en toi et c’est bien pourtant ce qui se produit, dès l’instant où ta conscience disparaît dans le simple sommeil de la nuit du mortel que tu es. Ainsi donc, l’Unité est avant tout une attitude de Liberté intérieure s’affranchissant, non par volonté mais par évidence, de la dualité de ce monde falsifié. Ainsi donc, il ne peut être trouvé d’Unité à l’extérieur de soi car l’Unité nécessite déjà un retournement d’âme, un retournement de regard et un retournement de conscience n’ayant strictement rien à voir avec les occupations de ce monde, comme tes occupations au sein de ce monde qui ne concernent en rien l’Unité que tu es.

Unité à être dévoilée, à être révélée comme la Vérité Ultime de ce que vous êtes. Cela n’a strictement rien à voir avec la construction de ce monde, quel que soit le monde libre ou non libre. La Vérité est ailleurs et pourtant, elle ne se trouve que Ici et Maintenant, là où tu es et nulle part ailleurs mais dans le « là où tu es», il y a bien sûr le territoire intérieur, celui qui est vaste, infini, en perpétuelle re-création, en perpétuel Silence, en perpétuelle communion.

Ainsi donc, il est impossible en ce type de monde, là où vous avez les pieds posés, de réaliser l’Unité de ce monde mais bien plus l’Unité en tant que révélation et dévoilement de ton Éternité. Il ne peut y avoir, et c’est cela que vous vivrez tout en chacun, d’Unité manifestée de manière conjointe et unitaire au sein de la multitude des consciences incarnées. L’Unité n’est pas une promesse en ce monde, mais est une promesse en le monde Éternel qui n’est en rien concerné par ta présence même en ce monde, et pourtant, c’est au sein de cette présence en ce monde, en ce corps et en cette conscience limitée que doit être retrouvée l’Unité fondamentale qui se trouve en ce que tu es et non pas en ce que tu vois, en ce que tu crois et en ce que tu peux percevoir ou ressentir de ce monde.

Il y a donc un changement radical, non pas seulement de point de vue mais aussi de décor. C’est le moment où tu prends conscience que l’Unité et que tout est Un et que l’Unité n’est possible que dans la vastitude de ton être Intérieur, donnant à voir à l’extérieur, c’est-à-dire en projection au sein de ce monde, la béatitude, la félicité, la Joie Éternelle et l’équanimité présentes quelles que soient les circonstances de ta vie comme les circonstances de ce monde.

Tu ne peux prétendre à l’Unité et être en Unité tant qu’il y a une interaction vécue comme difficile au sein de ce que vous nommez monde extérieur. Il s’agit donc réellement d’un retournement de la conscience, amenant à te voir et à voir le monde situé en totalité à l’intérieur de toi, et ceci ne peut se réaliser qu’en sortant de l’illusion du temps, non pas comme un refus de ce temps qui s’écoule mais bien plus comme une capacité à transcender, à métaboliser et à transsubstantier tout ce qui correspond à ce monde.

Ce processus est un processus en cours que vous vivez peut-être de manière complète ou de manière intermittente, mais qui est la résultante directe de vos prises de conscience, de vos prises de position à l’intérieur de vous ou à l’intérieur de ce monde, tant que vous considérez ce monde comme extérieur. Quand le monde passe en totalité à l’intérieur de vous, tout y est englobé, le pire ennemi comme le meilleur des amis, comme tous les êtres des plans interdimensionnels et multidimensionnels, quelle que soit leur origine, quelle que soit leur importance. Tant qu’il n’y a pas de conceptualisation, tant qu’il n’y a pas de perceptualisation, tant qu’il n’y a pas de vécu véridique et authentique de ce qui se cache à l’intérieur de soi, il ne peut y avoir d’Unité, ni en ce monde ni en toi.

Christ avait dit « Cherchez le Royaume des Cieux car tout y est, et le reste vous sera donné de surcroît ». Or, la conscience cherche toujours à l’extérieur de soi, un moyen de trouver une porte de sortie. Il n’y a pas de porte de sortie à l’extérieur de toi, puisque même les portes de sortie sont inscrites au temps de ce temple éphémère nommé le Centre du Centre et actualisé par l’Archange Métatron, l’Archange Uriel, par la nouvelle Tri-Unité et surtout par le retour du Christ. Tant que ta vie intérieure ne prend pas le pas sur la projection de la conscience en ce monde et surtout en ces temps, il ne peut y avoir d’Unité durable, il ne peut y avoir de Joie établie et tu oscilleras en permanence entre les hauts et les bas, jusqu’à la Grâce de l’Appel de Marie et jusqu’à l’Amitié du Christ.

Il est donc illusoire de vouloir prétendre à un équilibre quel qu’il soit au sein de ce qui est en déséquilibre permanent. La seule chose équilibrée est la Vie qui parcourt ce monde et aussi la Vie qui vit en toi, là où tu dois te retrouver, là où tu dois Le retrouver.

Tant que toi-même n’a pas fait le sacrifice de ta personne, tant que toi-même n’a pas fait le sacrifice de l’amour parcellaire au profit de l’Amour inconditionné, il ne peut y avoir d’Unité véritable. Les expériences de l’Unité, qu’elles passent par la vibration ou qu’elles passent par une entité venue d’ailleurs, doit t’amener à conscientiser que toute entité qui s’exprime depuis un point extérieur à toi depuis des plans subtils, est incluse à l’intérieur de toi. Cela concerne aussi bien le Christ que le diable. Mais à qui donnes-tu la parole à l’intérieur de toi ? Le diable te fera toujours chercher à l’extérieur de toi l’Unité, parce qu’il sait pertinemment que si ton regard se tourne en ton intériorité, t’extrayant en quelque sorte par la pleine Présence et la pleine conscience de l’illusion des jeux de ce monde, alors la Vérité peut apparaître, mais elle ne sera jamais présente en ce monde. La seule Vérité pouvant être présente en ce monde est l’irruption de la Lumière et la disparition de tout ce qui est éphémère sans aucune exception, permettant de retrouver ton Éternité en tout temps, en tout espace et entre toutes les dimensions possibles au sein de tous les multivers et de tous les univers.

La projection de la conscience, en ce monde comme en tout monde, n’est concernée que par le principe d’appropriation et non de prédation, par le principe de conscientisation elle-même donnant du poids à l’expérience vécue, quelle que soit la dimension où cela est vécu. Mais la conscience ramènera toujours de cette expérience la source d’elle-même à la Source, c’est-à-dire à l’Absolu. Quel que soit ce que tu expérimentes, quels que soient tes doutes, quelles que soient tes certitudes, tant qu’elles s’appuient sur autre chose que ce qui est en toi, elles ne seront jamais stables, jamais établies. Seul le Christ établit la Vérité Éternelle. N’y vois pas là un nom historique mais bien plus un Principe englobant le personnage historique, mais le Principe de la Révélation, c’est-à-dire le moment où la conscience trouve sa Vie à l’intérieur de soi et non pas dans la satisfaction de quelque chose au sein de ce monde.

Parcourir ce monde en veillant et en priant, c’est bien connaître et vivre l’incertitude de ce monde opposé à la certitude intérieure de ton monde. Tout le monde extérieur qu’il t’est donné à voir n’est que le résultat de multiples projections de conscience. C’est la seule réalité que vous connaissez pour beaucoup d’entre vous. Mais le simple fait de savoir que la Vérité n’est pas de ce monde, sans vouloir fuir ce monde, vous ouvre les portes à votre Vérité et elle ne peut être qu’inscrite à l’intérieur de votre conscience, ne dépendant d’aucune autre conscience apparaissant comme séparée à la surface de ce monde. Le principe de l’amélioration de ce monde vous prouve aisément que depuis les temps nommés historiques de ce cycle d’incarnation et de ce cycle de Vie n’est qu’un vain mot. L’évolution, l’amélioration sont des vains mots, des concepts élaborés par le mental, lui permettant de tenir en ce monde, comme pour la conscience limitée, mais ne se traduisant jamais par quelque chose de stable, ne se traduisant jamais par autre chose que la satisfaction des désirs ou des besoins.

La satisfaction de ta conscience Une, intérieure, expansée, multidimensionnelle, que tu l’appelles Supramental ou que tu l’appelles Libération, ce ne sont que des mots. Le plus important est le positionnement non pas simplement de tes pensées mais la perspective réelle des expériences menées ou vécues dans l’intimité de ta poitrine. Tout le reste disparaîtra. Et cela, vous le savez depuis votre première naissance en ce monde comme à chaque naissance, le corps est mortel, de la même façon que les civilisations sont mortelles, de la même façon qu’en ce monde existe des cycles indestructibles, inébranlables.

La mort de la conscience ne peut exister, en ce monde comme en tout monde. Il peut y avoir simplement des poids de plus en plus lourds traînés, en quelque sorte, par la conscience, qui viennent figer des possibilités de transformation, de Retournement, et d’expansion de la conscience au-delà de la réalité illusoire de ce monde, comme d’ailleurs de toute projection de conscience quelle qu’elle soit. La conscience Une débouche sur la Félicité qui fut nommée Sat Chit Ananda, qui procure à l’être qui le vit une complétude qu’aucun élément du monde extérieur ne peut venir altérer, diminuer ou augmenter.

…Silence…

Question 73 : afin de sortir des croyances religieuses qui nous ont été inculquées, pourriez-vous, Christ, vous définir en tant qu’Être Cosmique?

principe christiqueBien aimée, toute définition ne serait que limitante et restreignante. La définition fige, ici même comme ailleurs, la définition attribue forme ou fonction. Je suis avant tout un Principe. L’un des Principes constituant de la Trinité, opératrice de Création en tout monde, Entité se présentant sous forme nécessaire et utile dans l’univers concerné, portant en lui la semence de l’ensemble des probables, de l’ensemble de la Vérité, de l’ensemble des manifestations, en quelque dimension que ce soit. Je suis, ainsi que je l’ai dit, uni et identifié à chacun de vous, uni et identifié au Père ou à la Source. Cette identification n’est pas une définition parce qu’elle englobe la totalité des expériences en déploiement, en quelque monde que ce soit.

Je serais en quelque sorte la matrice de votre corps d’Êtreté, respectant la perfection de la Source, respectant l’Absolu et respectant l’ensemble des Forces de la Confédération Intergalactique. Il n’est donc pas utile de me donner forme, même si cette forme a existé au sein d’un corps et d’une conscience, voire, dans les siècles suivants, au sein de ceux qui m’ont imité jusqu’à me ressembler au travers de leurs stigmates. Il y a donc en cela une incapacité à me définir, à me saisir, incarnant la Liberté des Mondes Libres au sein de ce monde comme en toute dimension. Vouloir me trouver, c’est se rendre libre pour cette Rencontre. Je ne suis qu’à l’intérieur de vous, même si j’ai été représenté dans des postures agréables ou désagréables, cela n’est en rien la Vérité. Cela est historique et concerne donc la trame linéaire du temps destinée à vous donner un repère pour votre Libération, un repère qui est inscrit dans l’histoire mais qui est bien plus vaste que l’histoire telle que vous la connaissez en ce monde.

Ainsi donc vous ne pouvez me représenter, vous ne pouvez m’idéaliser, vous ne pouvez que me retrouver, dès l’instant où tout ce qui a trait à l’éphémère se tait en vous. Je ne me tiens qu’à l’intérieur de vous mais aussi dans le cœur de chacun. Cela veut dire aussi que vous me retrouverez dans le cœur de chaque autre, à condition de ne voir que ce cœur, de cœur à cœur ou de cœur en cœur mais aucunement de personne à personne. Parce que chaque monde projeté par la conscience Une est profondément différent et s’inscrit dans un cadre historique aussi bien libre et enfermé, qu’il soit inscrit dans l’instant ou qu’il soit inscrit dans les espaces et des temps sans temps et espace, tels que nous les connaissons et les avons connus au sein de ce monde.

Je ne suis pas une forme, je ne suis pas une Présence, je suis l’ensemble des Présences et surtout votre Présence même, celle qui n’a pas besoin de repères, celle qui n’a pas besoin de mots, celle qui n’a plus besoin de vivre la souffrance et qui accepte, sans condition, de se rendre à l’Esprit. Ainsi, et ainsi que vous le savez, parce que cela a été répété par de nombreuses voix, nul ne peut pénétrer le Royaume des Cieux s’il ne redevient comme un enfant, nul ne peut m’avoir comme Ami et poursuivre à agir en pensant que la dualité est inexorable, que la souffrance est inexorable. J’ai besoin non pas de votre croyance, j’ai besoin non pas de votre adhésion à un système ou à un autre mais bien plus, qu’au sein de tous ces systèmes vous en ressortiez libre à l’intérieur de vous. Je me tiens là, dans l’espace de la Liberté et je ne peux me tenir dans aucun espace où se trouve l’absence de reconnaissance du Principe que j’ai incarné, à savoir l’Amour, le Don de soi et surtout le Sacrifice de soi et du Soi. Il n’y a pas d’autre porte. La connaissance, ainsi que, je l’espère, vous l’avez vécue, ne vous conduira nulle part qu’à renforcer la muraille infranchissable du mental.

La Connaissance directe, du cœur, est ma reconnaissance en vous. Dès l’instant où cette reconnaissance se fait, non pas dans le sens d’une adhésion à une histoire ou à une expérience mais bien comme le vécu réel et concret de notre Éternité commune, vous transporte. Il a existé sur cette terre, que mon nom ait été employé ou pas, de nombreuses individualités ayant mené à bien cette extraction de l’illusion. Ceci est accessible à chacun, il n’existe aucune barrière karmique, il n’existe aucune barrière d’âge, il n’existe aucune barrière de conditionnement que vous ne puissiez faire éclater simplement en étant Ici et Maintenant. Comme je le disais : « En étant sur ce monde mais en n’étant pas de ce monde », et surtout en acceptant, avec la plus grande des humilités, le fait que vous soyez poussière et que vous retournerez à la poussière. Dès l’instant où vous maintenez un quelconque attachement à quoi que ce soit, à qui que ce soit ou à quelque situation que ce soit, vous ne pouvez prétendre me connaître en totalité. Cela n’exclut pas, bien au contraire, l’humanité, cela n’exclut pas la compassion, cela n’exclut pas de manifester l’Amour, même dans ses composantes limitées au sein de ce monde, quelle que soit la rencontre.

Quand il a été dit, par moi-même, que la loi du Talion devait être remplacée, et quand j’ai dit qu’il fallait tendre l’autre joue, je parlais bien sûr de la conscience. Dès l’instant où vous me cherchez en vous l’ensemble des manifestations de vos vies va dans le sens de l’accélération, même si cela est brutal, de nos retrouvailles. Celle qui m’a épousé, celui qui est mon ami, ne pourra plus jamais être soumis à un quelconque esclavage parce qu’il a trouvé, en notre Rencontre, la Liberté. Il n’a plus aucun doute parce qu’il sait que c’est la Vérité Absolue et qu’il n’y en a qu’une, et c’est celle-là. Et que vous ne pouvez pénétrer les espaces de la Vérité de votre être Éternel tant que vous entretenez, d’une manière ou d’une autre, quelque chose au sein de ce monde. Saisissez bien qu’il ne vous est pas demandé de vous retirer du monde mais d’être présent, en totalité, en ce monde et sur ce monde, sans être de ce monde. Vivre cela crée les conditions de votre Liberté, aimer sans s’attacher, aimer réellement c’est rendre Libre, aimer réellement c’est n’avoir ni de comptes à rendre ni de comptes à obtenir, c’est agir dans l’instant, libre de tout conditionnement, libre de toute projection, libre de toute croyance. Réalisant cela, alors vous êtes Libre, quelle que soit l’absence de liberté de ce corps ou de ce monde sur lequel vous êtes posé.

Ainsi donc cherchez le Royaume des Cieux et le reste vous sera donné de surcroît car la Source, le Père, ne peut être qu’en vous. Bien sûr Il est représenté par ce qui fut nommé Alcyone. Bien sûr, il existe d’innombrables entités peuplant l’ensemble des dimensions mais toutes, celles qui sont dans les mondes libres, quelle que soit l’expérience qui est menée, savent pertinemment pour l’avoir vécu, pour en avoir la mémoire omniprésente en chaque déplacement, en chaque expansion comme en chaque rétraction, ce qu’est la Source, c’est-à-dire ce que vous êtes.

Ainsi, il a souvent été dit, dans les traditions, que l’homme a été créé à l’image de Dieu, il a souvent été dit que l’homme présente en lui la totalité du monde. Ceci n’est pas une vision, ceci n’est pas un concept mais bien plus la réalité objective, concrète et éternelle de la conscience qui a trouvé. C’est-à-dire qu’elle a arrêté de chercher en dehors de soi, et chercher en soi n’est pas seulement écouter la petite voix, ni écouter le cœur, ni écouter le Silence mais bien plus dans une disponibilité face à Moi, face à l’incarnation de l’Amour et face à l’incarnation de la Vérité qui doit se révéler.

L’on peut dire aussi que tant que la majorité de votre temps terrestre n’est pas occupé à cette seule pensée, qui n’est pas une interrogation, cette seule pensée étant le « Je suis Un ». Ce « Je suis Un » n’a rien à voir avec l’affirmation de quelque puissance au sein de ce monde mais est une affirmation qui quand elle se vit en totalité, débouche réellement et concrètement sur la disparition du monde et la non-implication du monde dans votre Liberté intérieure, faisant que quelles que soient les circonstances de ce corps, qu’il soit en privation, qu’il soit en fin de vie ou en début de vie, qu’il soit content ou mécontent, qu’il soit affecté par les éléments du monde, cela n’entraîne aucune modification de la conscience, aucun déplacement de la conscience, quel que soit le degré d’affectation.

Ainsi, celui qui vit la Lumière dans chacune de ses cellules, dans chacune des constituantes de sa conscience, ne peut être affecté (même si ce corps périt, même si l’être le plus cher périt), par quoi que ce soit parce qu’il est, comme je l’ai dit, sur ce monde et non pas de ce monde. Il faut donc avoir les pieds posés en terre, enracinés au sol, enracinés dans le noyau intra-terrestre, enracinés au ciel. À ce moment-là vous êtes dans la Vérité Absolue de votre être, quoi que vos sens perçoivent, quoi que votre conscience vous dise, quelles que soient les manifestations du corps mental ou du corps émotionnel. Ainsi donc, il vous appartient plus que jamais de saisir la portée de ces mots et de les appliquer à vous-même, à votre être intérieur aimé. Il faut que cet Amour et cette Lumière soient l’objet non pas seulement de vos attentions par moments de prière ou d’alignement mais deviennent un leitmotiv de chacune de vos respirations prises en ce monde, afin de vous saturer de Joie, afin de saturer votre Présence de Ma Lumière, de votre Lumière et de la Lumière de la Source.

C’est la seule solution, s’il en est une, qui ne demande aucun temps autre que l’acquiescement de votre conscience, que l’acquiescement à votre renoncement, à votre sacrifice, pour le plus grand bien de l’humanité, pour le plus grand bien de ceux auxquels, ou des situations auxquelles vous ne donnez ni prise, ni corps, ni poids et que vous laissez libres. La Liberté est réciproque, le monde vous laissera tranquille dès l’instant où vous êtes Libre. Le monde vous rattrapera si vous n’êtes pas Libre. La Liberté ne s’acquiert que par le renoncement et le sacrifice à ce monde, par le détachement et l’Abandon à la Lumière, par la disparition totale de ce qui peut faire le sens altéré de la Vie marquée par le sentiment de Joie, par le sentiment de souffrance mais qui ne font que refléter les satisfactions des désirs ou l’insatisfaction de ce qui n’est pas réalisé. Ainsi donc, la Joie sans objet telle qu’elle a été présentée, telle qu’elle vous a été manifestée, en vous ou à l’extérieur de vous, correspond à un état bien réel de la conscience qui, quelles que soient les possibilités des nombreuses Demeures du Père, accepte de rester dans l’Éternel Présent, dans l’Éternel Amour et dans l’Éternelle Vacuité en ce monde comme à l’intérieur de soi.

…Silence…

Question 74 : comment comprendre le sacrifice de soi et du Soi?

Bien aimée, le sacrifice du Soi, de soi, est un Don de soi à la Vie et à toute conscience se présentant à toi, donnant à voir et à vivre le regard de l’Amour, quelles que soient les circonstances. Mettre l’Amour devant n’est pas un vain mot. C’est la spontanéité de celui qui est libéré de ce monde. Libéré de ce monde, il ne voit qu’en chaque conscience le reflet de soi-même à l’intérieur de lui-même. Il ne peut donc être question d’autre chose que de se sacrifier pour l’autre, qui est soi manifesté à l’extérieur de soi. Le sacrifice du Soi, c’est le renoncement à la Lumière pour soi afin de restituer la Lumière à l’Éternité. C’est enfin se déposséder soi-même de l’illusion d’être quelque chose au sein de ce monde. Ainsi, les plus grands des êtres ayant vécu parmi vous, dont récemment certaines Sœurs Étoiles, sont plus qu’importants parce qu’ils montrent exactement ce qu’est le sacrifice de soi et le sacrifice du Soi. C‘est aimer tellement la Vérité Absolue, c’est aimer tellement la Lumière, c’est devenir tellement la Lumière que rien d’autre ne peut exister que la Lumière, que rien d’autre ne peut exister que l’Amour, en chaque relation, en chaque conflit, en chaque événement comme en chaque situation.

Ainsi donc, le sacrifice de soi et du Soi n’est certainement pas un sacrifice de la vie mais c’est un sacrifice concernant l’illusion. Alors bien évidemment, si tu considères ce corps matériel, ce que tu as gagné à la sueur de ton front au sein de ce monde autrement que comme des moyens de subsistance, tu n’es pas prête à faire le sacrifice de toi ni du Soi. Le sacrifice du Soi vous fait plonger directement dans ce que vous êtes en Éternité, c’est le basculement depuis la Demeure de Paix Suprême au sein du Parabrahman, du Grand Tout, te donnant, au retour dans ce monde, en ta manifestation projetée, la pertinence et la compréhension directe que tout cela n’a rien de réel et pourtant est vécu avec la même intensité que ce que tu rencontres à l’intérieur de toi. Il ne peut y avoir aucun rejet de ce monde, il ne peut y avoir aucun rejet d’aucune conscience au sein de ton Éternité car tout cela, avant d’être manifesté sous l’œil de ta conscience, est déjà présent en toi.

La Liberté est à ce prix. Il ne peut y avoir de Liberté sans sacrifice librement consenti, il ne peut y avoir de Liberté tant que ce que vous dîtes, ce que vous créez dans vos comportements, dans vos actions, dans vos méditations n’est pas centré sur autre chose que vous-même. Tant que vous ramenez et rapportez à vous l’expérience au centre de la conscience ordinaire, vous ne faîtes que refléter et miroiter à l’infini la Lumière, vous donnant l’illusion de la Lumière mais n’étant pas la Lumière. La Lumière est complétude, la Lumière est béatitude, la Lumière est Joie. Si la Lumière s’assombrit, alors la personne revient sur le devant de la scène créant le manque, créant la peur, créant la recherche. Rien de tout cela ne peut aboutir parce que la Vérité ne connaît pas de temps, ne connaît pas d’espace et ne connaît pas ce monde. Elle ne connaît que la Vie qui coule sur ce monde.

…Silence…

Question 75 : pourriez-vous nous parler de « La Promesse et du Serment »?

Bien aimée, « la Promesse et le Serment » correspond à ce que vous vivez déjà en ce moment, à travers vos doutes, à travers vos certitudes, à travers l’évidence de ce que vous êtes ou la non-évidence. « Le Serment et la Promesse » vous a réveillés au sens de « qui êtes-vous », vous fait poser la question, transcendant la notion de naissance et de mort en ce monde, se posant la question justement de ce qui est éternel au sein d’un monde où rien n’est éternel. Les soleils s’éteignent un jour, les planètes disparaissent un jour mais la Vie ne disparaît jamais, elle est libre des systèmes solaires, elle est libre des Lignées stellaires, elle est libre de toute Origine stellaire. Quand le besoin d’expériences cesse en ce monde comme en d’autres mondes, alors la Vérité peut apparaître. L’Immuable, le Silence, la Danse du Silence et la conscience réelle est le vécu de l’Éternité. N’oubliez pas que le voile de l’oubli est omniprésent en ce monde dès l’instant où vous naissez, le voile de l’oubli est tout aussi fort dès l’instant où vous mourez, au sein de cette matrice. Ainsi donc, il y a le mot « oubli ».

Le Serment et la Promesse, c’est la fin de l’oubli. Mais certains sont allés suffisamment loin pour ne pas pouvoir rejoindre cette disparition de l’oubli. Alors, il y a nécessité, du moins le croient-elles, ces consciences, de s’approcher pas à pas, d’avoir en définitive à l’intérieur de soi, parfois caché, l’expression du doute, l’expression de la peur, l’expression justement de ce qui n’a pas été vécu en totalité. Le Serment et la Promesse est lié, comme vous le savez, à la Source, étant Un avec mon Père comme vous l’êtes tout autant. Effectivement, le Serment et la Promesse correspondent au Retour de la Lumière et donc à la fin de l’oubli. Non pas en tant que souvenir mais bien plus en tant que réalité de la conscience elle-même, la vôtre comme de toute autre, qui en définitive ne sont qu’Une.

…Silence…

Question 76 : une vive douleur sur les trois points de la Tri-Unité, une vive chaleur, des larmes et un sentiment de reconnaissance … pouvez-vous les traduire ?

Bien aimé, ce Triangle perçu au niveau de la poitrine par les douleurs au niveau des points, ou bientôt sur les trajets unissant ces trois points, n’est que la traduction du sceau apposé en toi par toi-même résonnant à la Vérité du Christ. Bien sûr, il peut y avoir douleur, par ajustement normal et adaptation de l’éphémère transitoire à l’Éternel. Ainsi donc les Triangles présents en votre corps d’Êtreté marquent ce corps au fer rouge, si l’on peut dire, donnant la possibilité, le moment venu et sans aucune interruption de la conscience, de vivre le Passage de l’éphémère à l’Éternel. Il ne s’agit donc pas d’une fin, au sens où vous l’entendiez jusqu’à présent, c’est-à-dire d’une mort, mais bien plus d’une Résurrection et non seulement d’une renaissance. Parce que la Résurrection s’accompagne de l’actualisation de « la Promesse et du Serment », mais aussi de l’actualisation du Christ en vous.

Alors bien sûr ce sacrifice peut être douloureux. Il peut même se marquer dans la chair et cela a été nommé stigmates. Ce que vous vivez est une forme de stigmatisation dans le sens le plus noble. Vous avez reconstruit, en quelque sorte, votre Éternité, vous avez réveillé la conscience endormie. La vibration présente en les points de ce Triangle, comme en toute autre Porte de votre corps, ou toute Étoile de votre tête n’est que le rappel de l’actualisation de votre Éternité au sein de ce corps. Le Commandeur des Anciens avait parlé de chenille et de papillon, et de chrysalide, c’est très exactement cela. Le papillon ne se souvient pas qu’il a été chenille, la chenille ne se souvient pas qu’elle a été papillon.

Tout ce qui a été caché vous est révélé, que ce soit sur les agissements et les conduites des consciences séparées à l’extrême, au sein de ce monde, comme la conscience de quelque chose que vous reconnaissez. Ainsi, chaque frère et sœur dans la chair qui vit la Rencontre avec Marie, quelle que soit sa forme, se situe bien au-delà de la croyance mais bien directement dans la réminiscence de cette filiation. Quand Marie se présente à vous, vous ne pouvez que pleurer, pleurer de Joie, par l’émotion qui vous submerge et vous élève jusqu’à Elle et de même qu’Elle l’a fait descendre jusqu’à vous, parce qu’il y a Reconnaissance commune. Il en est de même pour le Christ, il en est de même pour votre Éternité.

Lors du processus complet de la Libération en ce monde, les questions s’évanouissent, il y a certitude et cette certitude ne découle pas d’une quelconque croyance ou foi mais exclusivement de cette Reconnexion. Le stade ultérieur est le retournement de cette connexion extérieure comme un mécanisme existant déjà à l’intérieur. À ce moment-là, les mécanismes que vous avez expérimentés et vécus, nommés les communions, les fusions, les dissolutions, les transferts de conscience vécus comme un transfert de conscience depuis la personne jusqu’à une autre conscience sont vécus avec une notion de distance, de déplacement. Le jour où l’actualisation devient totale du « Serment et de la Promesse », à travers la présence simultanée des trois points du Triangle de la poitrine, de la Nouvelle Eucharistie, alors à ce moment-là la certitude est inébranlable parce qu’elle correspond en totalité au vécu de la conscience et non plus à la projection de la conscience au sein de ce monde. Ceci donne à voir alors l’Unité en toute chose, avant tout en soi, mais aussi même dans les expressions les plus distordues des consciences présentes au sein de ce monde. Comme l’ont dit certains Intervenants, Libres, ils vous ont dit que ce monde n’existait pas, ils vous ont dit aussi qu’il fallait vous oublier. Et les phrases que j’ai prononcées en ce jour, toutes, ont la même direction même si les sens en sont un peu différents.

Vous ne pouvez, en ces temps particuliers, maintenir à la fois la conscience distanciée et la conscience Unitaire. Cela entraîne en vous des épisodes de compréhension, des épisodes parfois de distorsions mais en aucun cas cela ne vous conduira à l’exclusion de l’Unité. Tout simplement parce que vous avez la capacité de voir ce qui se déroule dans les deux facettes de la conscience : la conscience Unifiée qui est l’une des facettes de la totalité de la conscience avec la conscience limitée qui ne reconnaît pas l’Unité. La mise, là aussi, en juxtaposition des deux consciences se traduira inexorablement, le moment venu, par la disparition de l’une ou de l’autre de manière générale. J’excepte, bien sûr, les cas particuliers de ceux qui doivent apporter leur personne en d’autres lieux pour des raisons précises.

En définitive, indépendamment de l’histoire de ce monde en cette période, il y a aussi une histoire qui se répète indéfiniment en ce monde qui est votre naissance et votre mort, avec aucuns points de repère correspondant à l’inter-vie, même si vous avez vécu ce qui fut nommé « expérience de mort imminente ». Il est pratiquement impossible avant la libération totale de la conscience, d’avoir la conscience de ce que vous êtes au sein des inter-vies en ce monde. Beaucoup de souvenirs sont retrouvés par ceux qui font des « expériences de mort imminente ». Des contacts sont établis avec des consciences qui sont passées, comme vous dites, de l’autre côté, c’est-à-dire dans la matrice astrale. Ceux-là peuvent vous décrire des choses mais en aucun cas ce qui est décrit ne correspond à la Vérité, pas plus que votre vérité parce que ces deux vérités, l’astral comme ici, sont éphémères et conditionnées.

L’inconditionné se vit réellement et concrètement Ici et Maintenant, dès l’instant où vous transcendez tous ces obstacles, toutes ces perturbations, qui peuvent exister au sein de vos champs résistants, au sein de vos champs limités, corps physique, corps éthérique, jusqu’aux corps les plus subtils de ce monde.

Ainsi donc, vivre ces douleurs au sein des trois pointes de la Nouvelle Tri-Unité, de la même façon que vivre et percevoir l’action, même sommaire, des Triangles Élémentaires de la tête, signe en vous l’alchimie des quatre Cavaliers, l’alchimie des quatre Piliers et le retour à l’Éther Primordial, à l’Éther non falsifié. La période peut créer des douleurs, encore une fois par réajustement et par confrontation plus ou moins consciente, plus ou moins directe, entre les aspects limités nécessairement présents puisque vous êtes sur ce monde, et les aspects illimités bien plus déterminants et bien plus importants que ce qui peut exister au sein de l’éphémère. Ainsi donc, être « marqué au front », vivre la Nouvelle Eucharistie vous rend à votre Vérité Éternelle tout en participant encore au jeu de ce monde.

…Silence…

Question 77 : entendre un son cristallin au niveau du 13e corps …?

Bien aimée, ce que tu exprimes correspond, je dirais, au Chant de la Résurrection. L’univers a été créé par le Verbe et le Son, celui-ci. L’univers est créé de toute Éternité, il n’a ni commencement ni fin. Il a toujours été là, parce qu’ignorant le temps. Seule la perspective, selon le degré dimensionnel, peut faire apparaître une notion de temps, quelle qu’elle soit. Ainsi le Chant de la Résurrection est effectivement entendu à la fois par l’Ampoule de la clairaudience gauche mais aussi au niveau du Bindu. De la même façon, il est possible d’entendre les sons de la musique de vos chakras. Le plus important est de comprendre que l‘univers ayant été créé par la vibration et par le Verbe, entendre le son tient une place importante dans toutes les traditions. Il existe par exemple, au sein des yogas, une forme appelée le Kriya Yoga qui médite et qui fait méditer sur le son intérieur.

La Création en ce monde a un son, la Lumière, en ce monde comme en tout monde, a un son. Le son particulier, cristallin et aigu, que vous percevez de manière certainement beaucoup plus accrue en ce moment, n’est que la révélation du Verbe au sein de ce monde. La révélation du Verbe au sein de ce monde s’est faite par Christ, votre révélation de la Lumière au sein de votre être intérieur se fait de la même façon par Christ. Le son est l’émanation primordiale, le son correspond effectivement au changement. La première chose que fait le corps d’un nouveau-né est d’émettre un son, de la même façon que quand vous quittez cette vie, vous émettez un dernier râle, vous rendez l’âme, vous expirez et vous trépassez. Il en est exactement de même dans les autres mondes, là où n’existent ni mort ni naissance, le son accompagne la Vie, structure la Vie, ordonne la Vie et la met en Joie.

Ainsi donc, de la même façon que vous avez été appelé par ce qui a été nommé le son de l’âme, de la même façon que le son de l’Esprit s’est manifesté, de la même façon que ces sons se sont modifiés, amplifiés, et changeant de fréquence, cela n’est que l’annonce de l’éminence de votre Résurrection depuis plus de trente ans. Mais trente ans ne sont rien, rapportés à la respiration cosmique en cet univers qui représente 25 000 ans, et donc un nombre innombrable de vies au sein de l’illusion, pour ceux d’entre vous qui y étaient déjà dans ces périodes reculées.

Aujourd’hui, le son est aussi un appel, appel du ciel, appel de la terre, appel de votre Éternité, Appel de Marie, l’Amitié du Christ. Tout cela est une symphonie. Dans les sphères de la Création les plus élevées, immédiatement je dirais, en aval de la Source, existe ce qui est nommé le Chœur des Anges. Ce Chœur des Anges est la musique qui rythme l’univers, elle émerge directement du OM sacré et vient habiller, animer les mondes. L’Essence de la forme se trouve dans les mondes, l’Essence des dimensions se trouve dans le Verbe. Le son est le Verbe manifesté par le nombre, les sons multiples sont l’expression de différents nombres. Certains cerveaux sont à même de concevoir la liaison et le vécu d’un son avec un concept ou avec un nombre. Ce son est le son de votre Résurrection. À la fois appel, à la fois concrétisation et à la fois transformation.

…Silence…

Question 78 : entendre conjointement avec un frère ou une sœur le son d’une sirène de bateau, suivi du chant d’enfants ou d’Anges, cela est-il un marqueur qui puisse être partagé, ou un cadeau?

Bien aimé, le Chœur des Anges chante la même symphonie en permanence. Elle est accessible, cette symphonie, à quiconque a ôté certains voiles. Entendre le Chœur des Anges est un ravissement qui est une émotion de l’Esprit, si je peux l’exprimer de cette façon, c’est-à-dire quelque chose qui vous ravit, qui vous élève, qui vous remplit et sature de Joie. L’Extase par exemple, telle que vous l’ont décrite, certaines sœurs Étoiles est toujours accompagnée de cette musique des Anges. La musique des Anges, la musique des Sphères, donnant à entendre comme si des milliers de chœurs d’enfants jouaient en même temps, couplé à des milliers de sons de violons, l’instrument qui s’approche le plus de ce qui peut être perçu, conduit de manière plus ou moins intense à l’Extase.

Le Chœur des Anges est l’annonce du retour des Anges. Bien évidemment ce processus peut être vécu par deux frères ou deux sœurs ou plusieurs personnes, dans le même espace ou dans le même temps ou dans la même résonance. Ce son est absolument identique, de la même façon que le OM sacré, quand il est perçu, est toujours le même OM. La propagation de ce que vous nommez son, au niveau des espaces interdimensionnels, est simultanée et ne connaît pas la distance parce que ce son, lui aussi, le Chœur des Anges, est inscrit en vous. Et écouter la musique des Anges est bien plus gratifiant et épanouissant que d’écouter votre mental ou les mots que vous prononcez au sein d’échanges concernant ce monde. Le Chœur des Anges solidifie le pont qui vous unit, à l’intérieur de vous, à Christ. Le Chœur des Anges est le marqueur de l’Éternité, il est la première manifestation, ainsi que je l’ai dit, du OM sacré.

Il est donc tout à fait possible qu’entrant en résonance avec un frère ou une sœur, obéissant alors au principe qu’avait donné le Christ : « Quand vous serez deux réunis en mon nom, je serai parmi vous », en est l’illustration parfaite. Il suffit d’entendre une fois, en incarnation, le Chœur des Anges pour que l’ensemble de la vie se transforme, même si cela n’est pas apparent de prime abord. Cela laisse je dirais, en votre terminologie, une cicatrice indélébile de ce qu’est la Vérité par rapport au brouhaha de ce monde. Le Chœur des Anges est le Chant du Silence, le Chœur des Anges est ce qui accompagne l’installation au sein de la Demeure de Paix Suprême. Si vous portez votre conscience sur le son qui est entendu et vécu, alors celui-ci peut vous emporter au plus proche du Christ, à l’intérieur de vous. Si le Chœur des Anges est entendu, quel que soit l’endroit, en vous, à l’extérieur de vous, au niveau d’une oreille, au niveau du cœur, au niveau du Bindu, cela traduit la réalité de ce pont qui vous unit à Lui.

De la même façon que certaines apparitions, sans préjuger de leur origine, créent en quelque sorte une rupture du cadre de référence, une rupture du cadre de continuité, il en est de même pour le Chœur des Anges. Il est l’expression la plus élevée des quatre Flammes qui se tiennent devant la Source ou Hayoth Ha Kodesh.

…Silence…

Question 79 : entendre un chant chanté par Marie a-t-il la même signification?

Bien aimée, le Chœur des Anges te ravit. Le Chant de Marie n’est pas lié au niveau du Chœur des Anges. Il représente la polarité féminine de ce que l’on pourrait appeler la divinité, ou si tu préfères le Féminin Sacré. Il est une des expressions polarisées de l’Unité. Entendre le Chant de Marie doit s’accompagner, s’il est réel, non pas d’un ravissement mais cette fois-ci d’une Plénitude et d’une Présence au sein de l’instant présent Ainsi donc, il traduit la reliance et la résonance non pas à Christ mais, en plus ou en moins selon les cas, à la Vie. Il y a donc une connexion à la Vie au sein même de ce monde puisque je vous le rappelle, la Vie a été apportée par Marie. Le Chant de Marie est donc un Chant de célébration de la Vie, le Chœur des Anges est un rappel à l’Éternité et à ce que vous êtes en Éternité, avant même l’acte de Création ou de co-Création consciente.

…Silence…

Question 80 : la phrase « Père, je remets mon esprit entre Tes mains » signifie-t-elle que nous avons un esprit individuel qui va se dissoudre en la Source et ainsi retrouver notre Éternité?

Bien aimée, prononcer cette phrase « Père, je remets mon esprit entre Tes mains » doit correspondre à la Crucifixion qui est vécue, c’est-à-dire la disparition de l’illusion. Répéter cette phrase en soi n’a pas la même valeur ni la même portée que celui qui la répète une fois qu’il est crucifié. La Crucifixion correspond à l’Ultime Retournement et au retour de l’Unité mettant fin à l’illusion. Ainsi donc, prononcer ces mots lors de la Crucifixion est effectivement un acte d’Abandon Ultime à la Vérité et à l’Absolu. Toutefois, prononcés au sein de ce monde, de cette place où tu es, sans vivre ta Crucifixion n’est simplement qu’une cymbale qui retentit sans aucun effet. Il ne suffit pas d’affirmer « Père, je remets mon esprit entre Tes mains » pour que cela se fasse.

Il faut d’abord que ta vie te donne à vivre ta propre Crucifixion. Cela survient, comme certains Anciens ou certaines Étoiles vous l’ont expliqué, toujours dans un moment de grand Abandon mais aussi de grande souffrance, que cela soit la perte d’un proche, que cela soit un évènement choquant vécu en soi, que cela soit dans un instant de détresse et de dépression intense où à ce moment-là les résistances sont tombées, où à ce moment-là la résistance est vaine, comme dans le cas d’une crucifixion physique. C’est dans ce moment-là que le sacrifice de toi doit se faire. Mais le répéter au sein de la conscience ordinaire, même sous forme chantée, n’est qu’un leurre tant que toi-même n’a pas été à la Crucifixion par la Lumière elle-même. Cette Crucifixion pouvant prendre la forme, encore une fois, d’une souffrance extrême débouchant, comme par paradoxe, sur l’Amour le plus pur, parce qu’à ce moment-là, lors de la perte, il y a un « À quoi bon » qui se manifeste, concernant aussi bien ce corps qu’une relation qui vient de disparaître.

C’est au sein de cette souffrance que nombre d’êtres humains ont pu trouver la force de s’appuyer pour se découvrir eux-mêmes. À ce moment-là il a été dit, même sans prononcer les mots « Père, je m’abandonne, je remets mon esprit entre Tes mains, parce que je n’ai moi-même aucun moyen d’agir sur moi-même ni d’agir sur le monde ». Il ne peut rester, à ce moment-là, que la Vérité nue de l’être Éternel qui accepte sans conditions le sort qui lui est fait et s’élève au-dessus de ce sort justement par capitulation en quelque sorte. Là se trouve la Vérité du cœur, là se trouve la Beauté du cœur et l’Essentialité du cœur.

…Silence…

Question 81 : pourriez-vous nous parler du pardon?

Bien aimée, le pardon est un premier pas vers l’Éternité, ce n’est pas une reconnaissance de l’autre ou de la situation comme partie intégrante de soi. Mais c’est avant tout ce que je pourrais nommer un acte de contrition, de reconnaissance de quelque chose qui n’était pas en accord. Le pardon se donne le plus souvent, dans votre tradition occidentale, le jour de ce qui est nommé « les Cendres » où vous vous donnez la paix, où vous vous serrez dans vos bras, où vous vous serrez les mains et où ce qui est passé est pardonné. Pardonner, c’est remettre les fautes, c’est remettre ça non pas seulement en soi ou entre deux personnes mais c’est bien plus un acte de reconnaissance de la puissance de la Lumière.

Ce pardon-là est porteur en lui de l’énergie de la Grâce, ce pardon-là vous fait sortir de la résistance en ce qui concerne cette problématique. Le pardon permet au sein même des pratiques de ce monde, de dévoiler certaines particularités, certaines formes d’amour, certes encore conditionné mais dont la résonance est directe avec l’Amour inconditionné. Le pardon est donc un outil de libération, de vous-même comme de l’autre, permettant de délier ce qui était lié ici sur terre. Je vous rappelle que ce qui a été lié sur terre sera délié sur terre et ce qui a été lié au ciel sera délié au ciel. Le pardon est un des éléments qui permet cette déliaison.

Pardonner veut dire aussi qu’il n’y a pas la nécessité de revenir sur ce pardon. Le pardon vous rend quitte, énergétiquement, mais aussi par rapport à l’Amour. Quelle que soit la faute, quelle que soit l’erreur, il y a pardon et donc en quelque sorte le pardon serait une forme de Grâce adaptée à vos relations humaines mais aussi à vos relations dites spirituelles. Mais le pardon n’est pas le cœur. Le cœur n’a pas besoin de pardonner parce qu’il est de toute Éternité et ne peut être affecté, en aucune manière, par quoi que ce soit. Le pardon est donc lié à un déséquilibre du cœur par rapport à une action, une pensée ou un sentiment, ou par rapport à une relation entre deux êtres.

Pardonner, c’est déjà se libérer soi-même. Pardonner, c’est aussi en partie libérer l’autre, c’est faire la paix, c’est se donner la Paix, c’est permettre à un voile inutile de s’affranchir, de disparaître et d’être dissout du cœur, permettant au cœur de ne plus être entravé par une historique, par une légende ou par un évènement passé. Si vous êtes dans l’instant présent, chaque souffle de votre vie est un pardon et une Grâce parce que dans l’instant présent il ne peut y avoir de traces de jalousie, il ne peut y avoir de traces d’une blessure passée.

L’instant présent est la disponibilité totale de la conscience par rapport au cœur et n’implique pas de possibilité de pardon parce que ce qui émane de vous est la Grâce et le pardon, spontanément. Il n’y a donc pas besoin de formaliser la notion de pardon mais toutefois au sein de ce monde se donner la Grâce, se demander pardon, se donner la Paix, est un acte important permettant, vous aussi, d’un côté comme de l’autre, de vous libérer de ce qui peut être enfermant, de ce qui peut vous avoir blessé, de ce qui a besoin, selon le sens de la personne d’être réparé. Cette réparation, ce pardon et cette Paix sont l’image en résonance de ce qui se passe au niveau du cœur. En ce sens, le pardon peut sembler indispensable pour s’en libérer et se libérer.

…Silence…

Question 82 : quelles seraient les préconisations de Christ pour vivre de manière paisible les événements actuels?

Bien aimée, à part te tourner vers ton être essentiel intérieur, il n’y a aucun moyen d’adoucir ce qui se passera à l’extérieur. La seule solution est uniquement intérieure puisque la descente de l’Esprit Saint en totalité est un Feu dévorant, mettant fin sans aucune exception à tout ce qui est éphémère et illusoire. Tu ne peux donc espérer trouver, au sein de cet éphémère, une consolation durable. Seule la rentrée en toi, la découverte de ton cœur te permettra d’être à l’abri de tout cela, parce que le cœur trouvé ne peut adhérer en aucune manière à ce qui se déroule sur l’écran de la scène de cette vie, au sein de ce qui a été bâti comme illusion.

Ainsi donc la solution se trouve exclusivement en te tournant à l’intérieur de toi, en acceptant de te voir non pas telle que tu parais ou telle que tu crois, à ton histoire ou à tes énergies mais bien telle que tu es, profondément. D’abord tu y verras, bien sûr, surtout depuis qu’existe un début de juxtaposition du Corps d’Êtreté et du corps éphémère, il y a la possibilité réelle de voir à l’intérieur de soi ce qui est conforme à l’Intelligence de la Lumière et ce qui s’en éloigne. Non pas pour se juger, non pas pour juger l’autre mais simplement pour le voir. Dès l’instant où tu vois cela, la question d’une technique ne se pose pas parce qu’il te suffit alors de te poser à un endroit ou à un autre.

Dans l’un des endroits il y a perpétuation de la souffrance, perpétuation de l’interrogation, besoin de compassion, besoin de techniques. Par contre, dès l’instant où ton regard est exclusivement tourné sur ce qui se déroule au Cœur du Cœur, plus aucune manifestation de l’extérieur ne peut altérer quoi que ce soit à ce que tu es, et cela tombe parfaitement bien parce que c’est exactement ce qui va se passer. À un moment donné le monde extérieur disparaît, un peu comme quand vous vous endormez, mais au lieu de dormir vous faites face à vous-même et vous voyez clairement et nettement, comme la pesée de votre propre âme, si elle existe, face à vous-même vous donnant à voir, tel un panorama, non pas les scènes ou les événements mais plutôt d’où vous voyez les choses et de quel endroit vous les vivez, de quel étage de votre être vous accordez un crédit, de quel étage de votre être vous voyez la Vérité, de quel étage de votre être vous êtes touché ou pas.

Ainsi donc, le Cœur du Cœur, le Centre du Centre, la Demeure de Paix Suprême, apparaît dès l’instant où tout le reste disparaît, et pas avant. Donc, tu ne peux t’appuyer sur rien de ce que tu connais, sur aucune légende personnelle, même celle d’un saint. Tu ne peux y trouver que des points d’orientation et de repère, comme si tu regardais une carte, mais c’est à toi de vivre le territoire. La carte n’est pas le territoire, le mental ne sera jamais la Vérité, quoi qu’il dise, quoi qu’il fasse, parce qu’il n’est pas l’outil adapté à sa propre dissolution.

…Silence…

Nous n’avons plus de questions. Merci.

Par l’Esprit du Soleil, en ce jour, Ici et Maintenant, en Présence les uns et les autres, et en conscience et Présence du Grand Tout, que la Paix soit donnée et vécue.

 

Conclusion d’OMA

omraamEh bien chers amis, je me fais une joie de vous retrouver ce soir, et de voir que vous avez tous des Lumières très vibrantes et apparemment bien remplies, n’est-ce pas ? Et je parle à tous les niveaux, apparemment.

Voilà, donc je suis venu vous voir pour échanger bien sûr, encore une fois, tout notre Amour et puis surtout écouter si vous avez des questions. J’ai aussi deux, trois petites choses à dire qui devraient pas être très très longues, mais on verra si par hasard ça survient dans les questions, ça me donnera l’occasion d’y répondre en même temps.

Alors tout d’abord nous allons vivre un petit moment de communion, si vous voulez bien, un moment de communion, non pas seulement de cœur à cœur mais nous allons le vivre directement par l’Esprit du Soleil, si vous en êtes d’accord.

Alors, nous nous taisons (même moi), il n’y a rien à faire. Être là, simplement là.

…Communion…

Eh bien on va arrêter là cela, sans ça je vois qu’il faudra prévoir des écrans solaires la prochaine fois, si on veut le faire un peu plus longtemps. Maintenant je vous donne la parole et je suis avec vous.

Question 83 : pouvez-vous nous dire ce qu’est l’Esprit du Soleil?

Eh cher ami, j’ai répondu à la question juste avant, puisque l’Esprit du Soleil est arrivé. L’Esprit du Soleil, c’est ce que vous êtes et c’est ce que vous avez, depuis quelques jours, commencé à vivre. Donc, je peux pas vous le définir, c’est comme pour l’Absolu.

L’Esprit du Soleil, qu’est-ce que je disais ? C’était le Christ, pour moi le Christ c’est le Soleil. Et puis après, on vous a dit que Christ s’était associé à Mikaël, et puis après vous avez vu Métatron qui jouait avec le Soleil. Et puis là, y a Uriel qui est aussi maintenant là, et ça donne l’Esprit du Soleil. C’est la Joie du Retour du Christ tout simplement.

Alors bien sûr, quand y a ça, le reste, vous allez voir ce que c’est. Ça n’a aucune substance. Voilà pourquoi, durant ce que nous vous avons transmis à travers vos questions et à travers quelques canalisations, comme vous dites, l’Esprit de la Vérité, qui va correspondre à la descente de l’Esprit Saint en totalité. Cela veut dire, si vous voulez, que les transformations de votre conscience dépassent le cadre de la perception du corps d’Êtreté. Vous avez peut être vu, senti certains Triangles, certaines choses, certains d’entre vous ont même pu voir comment ça fonctionnait (de différentes façons), ce corps d’Êtreté, n’est-ce pas ? Ce qui arrive maintenant est bien plus en relation, je dirais, avec la Conscience Pure. La première émanation de la Conscience ; rappelez-vous, l’Absolu.

D’abord la Source, ensuite Métatron (la copie conforme), ensuite vous avez le contenu de la Lumière de Métatron (l’Archange Uriel), le Christ étant la figure de résonance morphique de l’Esprit du Soleil le plus parfait. Lui et le Père est Un, Lui et la Source est Un. Métatron, qui est la copie de la Source en manifestation, en première manifestation, est aussi le Christ. La Lumière Blanche qui habille les mondes, littéralement, cette source d’Eau Vive d’Amour et de Lumière et d’Intelligence, où rien ne peut se perdre dans quoi que ce soit : voilà le Christ. Et voilà l’Esprit du Soleil.

Alors bien sûr je dirais que c’est une amorce, c’est un premier jet qui permettra, le moment venu, de l’accueillir Lui, c’est-à-dire Vous. Voilà, ce qu’est l’Esprit du Soleil. C’est le moment où il n’y a plus de distance, c’est le moment où il n’y a plus de séparation, c’est le moment où il n’y a plus d’entité au sens où vous l’entendez. Il y a la Pure Conscience qui s’incarne et qui n’a rien à voir avec nous et encore moins avec Tête de Caboche. C’est l’Intelligence Pure de la Lumière, Elle ne pourra vous parler que de Lumière. Elle n’entendra rien d’autre que ce qui vient de la Lumière parce qu’à part l’Amour de l’Esprit Solaire, que voulez-vous qu’il y ait ?

Voilà. Avez-vous d’autres questions ?

Et l’Esprit du Soleil, c’est vous, c’est moi, et c’est bien au-delà de vous et de moi. Et c’est pourtant vrai, c’est d’ailleurs la seule chose qui soit vraie. Et n’en faites pas un espoir, encore moins une croyance, bien sûr. Ni un avenir, parce que c’est là.

Voilà ce à quoi vont servir les « Carnets de Février », parce que au travers de vos questions vous allez avoir la trame de tout cela. Alors vous comprenez maintenant l’importance de ce que vous avez fait.

Que peut-il y avoir de plus important ? D’ailleurs ce n’est pas important, c’est évident. Et d’ailleurs vous avez dû vous demander, quand l’Esprit du Soleil a parlé, mais qui pouvait parler ; il n’y avait personne.

Alors, si vous n’avez pas d’autre question, nous allons échanger nos bénédictions. Je vous dis à très bientôt et soyez en Paix. Alors, je refais Silence… être simplement là…

…Silence…

Au revoir.

http://www.lecollectifdelun.com

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité, de citer le site: http://elisheanportesdutemps.terrenouvelle.ca

Copyright les Hathor © Elishean/2009-2015/ Aux Portes du Temps



Print Friendly, PDF & Email