» Imaginez le choc, en lisant ces mots, pour moi qui cherchais justement une source d’information qui puisse se trouver à la fois à l’extérieur et à l’intérieur de nous ! »

L’ADN se trouve dans notre cerveau et dans les plantes, comme dans tout être vivant.

Quant à ces serpents ou à ces dragons que l’on voit dans les hallucinations… rappelez-vous : l’ADN aussi a une forme serpentine. Les Indiens me disaient : “Regarde la forme, c’est comme ça que la nature nous en- voie des signes.”

J’ai pensé : “Prenons-les au mot.”

C’est ainsi que m’est apparue cette folle hypothèse : la voie chamanique nous donnerait-elle accès à de l’information venant directement de l’ADN ?

Sur mon ordinateur, j’ai nommé ce nouveau fichier “ADN-SERPENT”. Pourtant, je ne prenais pas encore tout cela vraiment au sérieux. »

Mais en s’intéressant de plus près, d’une part aux descriptions de la molécule d’ADN faite par les scientifiques, d’autre part à celles des visions chamaniques, Narby ne put s’empêcher de relever une longue et étonnante liste d’analogies. La liane qui sert à fabriquer l’ayahusca a la forme de deux serpents torsadés qui s’enroulent l’un sur l’autre en direction du ciel. Les chamans comparent cette torsade à « l’axe du monde ».

Et lorsque Christopher Wills, prix Nobel et un des pionniers de la recherche sur l’ADN, décrit la molécule, voici ce qu’il écrit : « Les deux chaînes de l’ADN ressemblent à deux serpents enroulés autour d’eux-mêmes dans une sorte de rituel amoureux. »

Ce double serpent qui s’enroule, on le retrouve dans pratiquement toutes les traditions chamaniques du monde. C’est ce que Mircea Eliade appelle l’axis mundi, dans son ouvrage Le Chamanisme, une bible en la matière.

Les Indiens parlent également de « corde céleste » unissant la terre au ciel.

On retrouve la même image en Guyane. L’une des variantes les plus connues de cet « axe du monde » est celle du caducée de nos médecins, formé de deux serpents enroulés autour d’un axe. Depuis les temps les plus anciens, de l’Australie à la Méditerranée, en passant par l’Inde, ce symbole est lié à l’art de guérir.

Dans le taoïsme chinois, dont l’origine est chamanique, le caducée est vu de dessus : il devient le symbole du Yin- Yang. Les Égyptiens disaient que le serpent était à la fois simple et double.

D’après Mircea Eliade, on retrouve cette association du serpent et du jumeau dans le monde entier.

Et les scientifiques, sans se douter de rien, ont spontanément utilisé des qualificatifs analogues pour désigner la molécule d’ADN.

Le principe de base de cette fantastique molécule, origine de ce que les modernes appellent « la vie », est également d’être à la fois simple et double.

La molécule d’ADN s’enroule sur elle-même comme les deux torons d’une échelle à corde spiralée.

En séparant les torons l’un de l’autre, on obtient deux codes génétiques complémentaires, qui vont donner naissance à deux molécules strictement identiques.

Ce processus de jumelage, cette duplication du message, est le mécanisme central de la vie biologique.

par Jeremy Narby sur Nouvelles Clés

http://livreblogdujeudutao.unblog.fr

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité, de citer l'auteur, les sources, et le site: https://elishean-portesdutemps.com

Votre aide est très Importante…

Depuis plus de 10 ans, de la conception à la publication, je suis seule à travailler sur les sites du réseau Elishean, partageant tous les jours des textes afin d'ouvrir les consciences et aider à l'Ascension, promesse de l'Âge d'or. Je fais appel à vous aujourd'hui afin de me soutenir dans cette démarche en faisant un don (si minime soit-il). Le partage est un don de Soi, un don d'Amour... Recevez toute ma gratitude... Mon Amour vous accompagne...

Copyright les Hathor © Elishean/2009-2019/ Aux Portes du Temps

Print Friendly, PDF & Email