par Patrick ONNIS

J’ai demandé à un maitre japonais de nous éclairer à ce sujet. Voici sa réponse à travers l’étude de l’idéogramme (ci-dessous) qui correspond au mot « égocentrisme » et qui se prononce : « GA ».

vie heureuse 10Cet idéogramme peut se décomposer en deux parties :

vie heureuse 11

La partie 1 peut également se décomposer en deux parties :

vie heureuse 12

L’idéogramme N°1 signifie donc : La puissance créatrice qui s’est matérialisée dans la création de l’arbre.

La partie 2 signifie :

vie heureuse 13

Une hache, un outil qui sert à tailler.

Pour résumer l’idéogramme GA signifie : « Couper un arbre, manifestation de la puissance créatrice avec une hache ».

La définition spirituelle du mot égocentrisme est donc :

« Se couper de la puissance créatrice ». Autrement dit : « se couper de Dieu ».

L’ensemble des énergies émanant de la puissance créatrice se dit en japonais « KA » et peut s’inscrire en écriture phonétique :

vie heureuse 14En écriture phonétique le son « Ga » (égocentrisme) s’écrit :

vie heureuse 15La pollution spirituelle transforme le son « Ka » en son « Ga ». Autrement dit, le son « Ga » est une dégénérescence du son « Ka » qui a perdu de sa puissance en perdant de sa pureté (le verbe a une puissance et chaque son également).

vie heureuse 16Cette dégradation est indiquée par les deux petits traits surajoutés et qui représentent des impuretés.

La pollution spirituelle du son « Ka » entraîne la coupure, la séparation d’avec l’énergie émanant de la puissance créatrice et se transforme en son « Ga ».

A contrario, l’astre solaire, est totalement altruiste. Il prodigue sa chaleur et ses bienfaits à toutes les créatures sans aucune discrimination ni aucune limitation. On peut dire que le soleil donne. Avez-vous déjà reçu une facture émanant de l’administration du soleil ? Pourtant, sans cet astre, la vie ne serait pas possible sur terre. Imaginons un instant que le soleil s’éloigne un tant soit peu de la terre, alors celle-ci se transformerait rapidement en un enfer glacial. Qu’il se rapproche un tant soit peu de la terre, alors tout serait calciné.

Permettez-nous, à présent, de vous présenter celui que nous avons surnommé « Mister Ga » :

vie heureuse 17Nous allons voir ses principales caractéristiques :

« Mister Ga » est souvent mécontent, il a tendance à faire des reproches aux autres car il se croit supérieur à eux. Il aime résonner et ergoter pour se donner de l’importance. Il n’hésite pas à arranger discrètement les choses à sa convenance. Il s’attache à observer les défauts et les imperfections chez les autres et tire toujours profit de toutes situations. Il ne sait pas profiter des remarques de ses proches pour corriger ses défauts. Il veut que les choses se réalisent comme il le souhaite sans se préoccuper de l’avis des autres. Il ne sait absolument pas déléguer et a du mal à faire marche arrière lorsqu’il constate qu’il a fait fausse route. De plus, dès qu’un évènement désagréable survient dans sa vie, il se laisse facilement troubler et, de ce fait, il se met souvent en colère…

Cette liste n’est pas exhaustive et « Mister Ga » a plus d’un tour dans son sac pour développer sa nature égocentrique et égoïste. La question que nous pouvons nous poser est la suivante : Est-ce que je ressemble, par certains traits à « Mister Ga » ?

On peut également dire que le caractère de « Mister Ga » n’est pas « rond ». Il a des bords anguleux qui blessent les autres et de nombreux « piquants » et aspérités qui font de lui un être dangereux et peu aimable. C’est un homme qui finit par se retrouver de plus en plus seul, d’année en année.

Selon un dicton il est dit : « Si tu cherches à profiter de tes amis, non seulement tu les perdras, mais ton être rétrécira ».

vie heureuse 18

Si nous voulons renaître en tant qu’homme véritable, il est nécessaire de s’amputer volontairement, c’est-à-dire de se débarrasser de son égocentrisme, source de bien de nos malheurs. L’égocentrisme peut être comparé à un monstre, un vampire, qui, jour après jour, absorbe notre énergie spirituelle.

Pour aider « Mister Ga » à se remettre en question, laissons-le méditer sur ce petit texte intitulé :

Le pourquoi et le comment.

Devant un obstacle, un être humain a pour premier réflexe de se demander : Pourquoi ce problème et de qui est-ce la faute ?

Dans la même situation, la fourmi a pour premier réflexe de se demander : Comment et avec l’aide de qui vais-je pouvoir surmonter cet obstacle ?

Il y aura toujours une grande différence entre ceux qui se demandent pourquoi et ceux qui se demandent comment !

D’autre part, et c’est le deuxième point du principe N°1, il est nécessaire d’exprimer sa gratitude à travers des actions concrètes. Il est donc important de matérialiser son sentiment de reconnaissance au travers de ses activités scolaires, professionnelles, familiales. Notre état d’esprit profond, dès notre réveil le matin, est de rendre grâce à la nature (à Dieu pour les croyants) pour le fait qu’il nous soit permis de vivre, de travailler, d’avoir des loisirs, de faire du sport ou de s’exprimer à travers un art.

Dès notre arrivée sur notre lieu de travail, soyons courtois avec nos collègues et communiquons leur notre entrain et notre joie. Nous pouvons également remercier le matériel qui nous sert durant notre journée de travail, tout comme notre voiture et toute chose qui facilite notre vie de tous les jours. En effet, chaque objet possède son monde spirituel. Celui-ci se trouve dans le « vide » de chaque atome et se situe entre le noyau et les électrons qui tournent autour.

vie heureuse19Manifester sa gratitude à travers des paroles encourageantes et des actes n’est pas un concept philosophique ou un exercice intellectuel.

Exprimer sa reconnaissance par des mots puis par des actions concrètes constitue un entraînement, une réelle pratique «ascétique ». Cette attitude est comparable à celle d’un enfant qui dit à sa mère : « Je te remercie maman pour tout ce que tu as fais pour moi jusqu’ici. Je souhaite aujourd’hui faire la vaisselle et nettoyer la voiture pour matérialiser ma reconnaissance ».

Utiliser des paroles telles que : « je vous remercie », « merci beaucoup », « je suis fier de vous », « bravo », « félicitation », etc. doit être l’expression d’un profond sentiment de reconnaissance et de gratitude. De telles paroles ont en elles la puissance de faire avancer les choses, de faire progresser une situation pour obtenir de bons résultats et constituent de réels encouragements pour ceux qui les reçoivent.

Les plaintes et le mécontentement, en revanche, font naître la division, l’antagonisme (l’impossibilité de croiser des éléments de nature opposée) et la destruction.

L’époque actuelle (qui se termine) est caractérisée par le fait qu’il n’y a pas de croisement entre des éléments de nature opposée. Il n’y a pas de synthèse. Seule demeure l’opposition. Par exemple : le communisme s’oppose au libéralisme, l’orient à l’occident, on parle de droite et de gauche ou de conservateur et de progressiste en politique. Il en est de même pour la science et la religion, etc.

vie heureuse 20Pour faire de la vinaigrette, par exemple, on croise deux éléments de nature opposée : l’huile et le vinaigre. Sans croiser ces deux éléments, il n’y a pas de création. L’exemple le plus significatif est celui du croisement de l’homme et de la femme qui engendre un enfant.

vie heureuse 21La gratitude exerce une influence positive sur nos activités quelle qu’elles soient et contribue à leur réussite.

De plus, matérialiser sa reconnaissance constitue le véritable don.

Lorsque l’on donne, sans réserve, sans arrière pensée et sans rien attendre en retour, on ressent une nouvelle vitalité jaillir au plus profond de soi.

Notre nature égocentrique (tournée vers soi) se transformera progressivement en nature altruiste (tournée vers les autres). Dans un article paru dans la presse, une patiente atteinte d’un cancer ayant suivi une lourde chimiothérapie a déclaré :

« Penser aux autres au lieu de me pencher perpétuellement sur mon cas a joué un rôle essentiel dans ma guérison ».

Il ne s’agit pas d’un cas isolé. De très nombreux témoignages de patients et de médecins expriment ce fait.

Tagore, compositeur, écrivain, dramaturge, peintre et philosophe indien nous a laissé ce beau texte :

« J’étais allé, mendiant de porte en porte, sur le chemin du village, lorsque ton charriot d’or apparut au loin, pareil a un rêve splendide, et j’admirais quel était ce roi des rois !

Déjà je me tenais prêt dans l’attente de richesses éparpillées partout dans la poussière. Le charriot s’arrêta ou je me trouvais. Tu tendis ta main droite, et dis :

« Qu’as-tu à me donner ? ».

J’étais confus et demeurai perplexe. Enfin, de ma besace, je tirai lentement un tout petit grain de blé, et je te le donnai.

Mais combien fut grande ma surprise, lorsqu’à la tombée du jour, vidant à terre mon sac, je trouvai un tout petit grain d’or parmi le tas de pauvres grains.

Je pleurai amèrement et alors je pensai :

« Que n’ai-je eu le cœur de te donner mon tout ! »

Plus nombreux seront les hommes à pratiquer le remerciement et plus l’harmonie régnera au sein des familles, des écoles, des lieux de travail, des pays et pour finir de la terre entière. Autour d’une famille qui pratique le remerciement se crée une sphère d’influence.

Nous nous influençons les uns les autres. Simone Signoret déclare dans son livre intitulé La nostalgie n’est plus ce qu’elle était : « Nous sommes les autres ».

Un proverbe chinois nous dit également : « Ta maison n’appartient pas qu’à toi ; elle appartient aussi aux passants qui la regardent ».

Si nous voulons réaliser des communautés paisibles et harmonieuses dans un esprit de coopération, nous devons nous entraîner afin que cette pratique devienne un réflexe naturel.

A ce stade de l’exposé, comprenons que remercier, manifester sa reconnaissance et sa gratitude en les matérialisant par des actes ne suffit pas. La notion de reconnaissance consiste également à s’engager dans une démarche de pardon. Il ne s’agit cependant pas de nourrir un sentiment de culpabilité. Cette démarche de pardon constitue le troisième point du Principe N°1.

Qu’entendons-nous par demande de pardon ? C’est le désir de se repentir, de se corriger, de réparer le mal. En d’autres termes, la manifestation de notre reconnaissance, c’est aussi de matérialiser notre repentir à travers des actions concrètes. Il ne s’agit pas d’un sentiment de culpabilisation qui serait négatif.

Prenons l’exemple d’une famille au sein de laquelle les enfants entretiennent des rapports tendus et violents et ne respectent pas le lieu dans lequel ils vivent. Les parents sont les témoins de cette désharmonie. Selon vous, quel est le sentiment qu’éprouve le Créateur (parent originel) en observant l’état actuel de l’espèce humaine et de la terre ? Que ressent-il à la vue du spectacle pitoyable et désolant d’une planète où la moitié des êtres humains meurent de faim quand l’autre moitié utilise les biens et la matière à profusion ?

vie heureuse 22La plupart des hommes ont tendance à rechercher la cause de leurs problèmes chez les autres en les rendant responsables de leur situation.

En considérant les choses autrement, on finit par admettre que le hasard n’existe pas et que tout être a une raison d’exister, une mission à accomplir. Par exemple, des rapports scientifiques mettent l’accent sur le fait que, suite à la pollution des terres agricoles par des produits chimiques, les vers de terre ont disparu. Ceux-ci ont pour rôle d’aérer la terre. Un grand nombre d’inondations sont dues au fait que la terre est devenue compacte et imperméable suite à la disparition de ces animaux.

Pour récapituler : la pratique du remerciement qui constitue le principe N°1, se manifeste à travers trois attitudes étroitement liées :

– Remercier à tout moment (éprouver de la gratitude au niveau mental).

– Matérialiser sa reconnaissance au travers de nos paroles et de nos actes.

– Entrer dans une démarche de pardon.

La pratique de ces trois points constitue le véritable remerciement. C’est la première clé essentielle pour mener une vie de plus en plus heureuse, c’est la base du bonheur.

Le visage de quelqu’un qui éprouve de la reconnaissance pour tout irradie un certain rayonnement. Son visage est souriant.

vie heureuse 23Pour nous aider dans notre entraînement de la pratique du remerciement voici encore quelques éléments de réflexion :

a) Les « autres » sont notre miroir. En effet, par les vibrations que nous émettons, nous sommes en contact avec des personnes qui nous ressemblent et qui émettent le même genre d’ondes que nous-mêmes. Autrement dit, en observant ceux qui nous entourent et ceux qui nous sont proches (conjoint, enfants, amis, etc.), on peut se corriger de ses propres défauts au lieu de critiquer. On peut dire que nous avons en face de nous un miroir grossissant qui nous montre de façon amplifiée un défaut que nous avons à corriger, un trait de caractère à améliorer ou une attitude à modifier.

vie heureuse 24b) Il existe une autre façon de profiter du fait que nous ne vivons pas seul sur une île déserte mais entourés de personnes. Chacun d’entre nous a au moins une qualité. Il est très rare qu’un individu soit mauvais à 100%. Si nous nous entraînons chaque année à acquérir une qualité que nous avons constatée chez quelqu’un, au bout de dix ans, nous en aurons dix. Malheureusement, il faut bien reconnaître qu’il nous est plus facile de constater les défauts des autres et de les critiquer que de chercher à devenir meilleur d’année en année.

c) Considérons que les autres sont toujours nos maîtres. Le maître est celui qui enseigne. Prenons un exemple : nous avons un chef de service qui a un comportement déplaisant. Il n’encourage jamais ses subordonnés et hausse facilement le ton en cas de désaccord. Ce supérieur hiérarchique est notre maître car il nous enseigne comment ne pas nous comporter lorsque nous serons promus à un poste à responsabilités.

d) Un avion s’élève dans le ciel grâce à la résistance de l’air. Les épreuves, les difficultés de la vie représentent cette résistance. Sans elles, l’avion ne peut pas prendre son envol.

vie heureuse 25e) Lors de l’ascension d’une montagne, il est recommandé de ne pas avoir un sac à dos rempli de choses inutiles. Il ne doit contenir que le nécessaire. Lorsque l’on suit un régime alimentaire, il est conseillé de s’abstenir de manger tel ou tel aliment. Pour le « régime de la pensée », c’est en quelque sorte la même chose. Il convient de ne pas entretenir des pensées telles que : « je n’y arriverai jamais ! C’est trop difficile ! Oui, mais ! J’en ai marre ! C’est la faute d’untel ! C’est à cause de lui si je suis dans une telle situation ! Etc. ».

Nous vous laissons découvrir ou redécouvrir le texte ci-après, extrait du Talmud (recueil des textes fondamentaux du Judaïsme rabbinique).

Fais attention à tes pensées car elles deviendront des paroles.

Fais attention à tes paroles car elles deviendront des actes.

Fais attention à tes actes car ils deviendront des habitudes.

Fais attention à tes habitudes car elles deviendront ton caractère.

Fais attention à ton caractère car il est ton destin.

 

A suivre …

http://epanews.fr

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité, de citer l'auteur, les sources, et le site: https://elishean-portesdutemps.com

Votre aide est très Importante…

Depuis plus de 10 ans, de la conception à la publication, je suis seule à travailler sur les sites du réseau Elishean, partageant tous les jours des textes afin d'ouvrir les consciences et aider à l'Ascension, promesse de l'Âge d'or. Je fais appel à vous aujourd'hui afin de me soutenir dans cette démarche en faisant un don (si minime soit-il). Le partage est un don de Soi, un don d'Amour... Recevez toute ma gratitude... Mon Amour vous accompagne...

Copyright les Hathor © Elishean/2009-2019/ Aux Portes du Temps

Print Friendly, PDF & Email