Les Pléïadiens transmis par Yasmine Rooney

Selon la tradition des cabalistes qui se plaçaient hors du cadre de la mystique juive orthodoxe, le Char Divin est le véhicule qui permet à l’âme de voyager à travers les 7 cieux.

Pour la mystique conventionnelle, ce Char est celui de Dieu, et nul humain – hormis le prophète Elie qui fut enlevé sur un « char de feu » sans connaître la mort – nul homme ne peut prétendre disposer d’un tel vaisseau magique.

Or, la vérité est fort différente, car la Merkabah est l’enjeu final de la réintégration de l’humanité dans son domaine originel.

Chaque âme-esprit est originellement un système spatial autonome, un aéronef de nature spirituelle.

Et que pourrions-nous être d’autre au plan spirituel essentiel ? C’est pourquoi les enseignements à base de voyage astral ne restituent rien de la splendeur et des pouvoirs du vaisseau de l’âme. Celui-ci ne reprend son envol que lorsque l’être en incarnation se réinsère harmonieusement dans la trame universelle en délivrant son âme de la double illusion physique et invisible. En comparaison avec la magnificence du vaisseau divin immortel, notre structure éthérico-astrale-causale est comme rien.

La Merkabah est plus que l’enveloppe de l’âme, c’est le vaisseau du corps spirituel.

Elle l’entoure comme une sphère de plus de trente mètres de diamètre, tel un globe électromagnétique formé de sept cercles dimensionnels, de douze constellations lumineuses et de trois « moteurs » énergétiques. Il s’agit en réalité d’un hologramme de l’univers entier, mais cet hologramme est plus réel que notre réalité actuelle qui doit servir de tremplin pour relancer le vaisseau.


C’est pourquoi les anciens sages ont écrit que l’homme est un reflet de l’univers.

Ils ne parlaient pas de l’homme physique, psychique et spirituel, mais de la forme céleste qui abrite notre individualité incarnée, laquelle n’est qu’une greffe provisoire placée dans la Merkabah. Le but de la vie et notre fonction en tant qu’être incarné, est de réveiller le vaisseau et de lui fournir un conducteur pouvant se réinsérer dans l’univers interne. On comprend que ces données ne soient pas divulguées dans les livres car l’homme ordinaire ne peut concevoir que le monde spirituel invisible dont on lui parle dans les écrits spirituels n’est en réalité qu’un reflet illusoire, tandis que la réalité divine lui est absolument inconnue.

Aujourd’hui encore, cela est hors de l’entendement de la plupart des mystiques, occultistes et ésotéristes, sans parler des théologiens et des religieux. Il faut disposer d’une ouverture de conscience exceptionnelle pour ne pas se laisser abuser par les fantasmagories répandues dans les enseignements de l’ère des Poissons. La réalité suprême nous demeure inconnue. Tout reste à découvrir.

Les lecteurs de Krishnamurti, par exemple, ont du mal à saisir ce qu’il entendait par le « tout autre » qui est la dimension supérieure au-delà des sept sous plans de notre continuum.

A partir de cette dimension extra cosmique, l’on commence à entrevoir l’immortalité car le vaisseau de la Merkabah devient une expérience consciente, mais indicible, d’où le refus des initiés de spéculer à son sujet.

Jusqu’au 20 °siècle, la description du vaisseau de l’éternité était jugée inassimilable. C’est pourquoi les clairvoyants n’en font pas mention, ou bien de manière indirecte, lorsqu’ils évoquent la similitude entre macrocosme et microcosme.

Nous connaissons l’analogie entre la création et le créateur, mais il n’existe pas de description explicite de la merkabah, forme originelle à « l’image de Dieu ». D’abord, par manque de termes appropriés pour définir ce qui est de l’ordre d’une science et d’une réalité abstraite sans référence avec nos croyances. Notre mémoire spirituelle n’est que celle de nos passages dans les mondes paradisiaques entre deux incarnations.


Or, la Merkabah existe sur le plan de la Surnature et ne peut donc être pas perçue à partir de l’au-delà.

La technologie sacrée de la Merkabah transcendante a toujours été l’objet du travail intérieur de certaines communautés initiatiques de l’antiquité. C’est la barque sacrée qui permet de traverser les mondes sur le chemin du Retour vers Dieu. Ce vaisseau spirituel est individuel, telle une sphère immense d’un champ de plus de 15 mètres de rayon, dont le centre mathématique est dans l’atome germe qui est dans le cœur du système (il correspond avec le cœur mais non avec le chakra du cœur). Cet atome contient les codes et lois de fonctionnement du vaisseau Merkabah.

Nous savons qu’un centre d’énergie émettant des ondes dans un espace homogène (isotropique) crée naturellement une forme sphérique. C’est pourquoi l’idée divine qui jaillit de la source de l’énergie primordiale génère une sphère. (On peut en faire l’expérience lorsque l’on fait des bulles en soufflant. Il apparaît des sphères qui prennent les sept couleurs de l’arc-en-ciel, ce qui sur un plan cosmique se manifeste sous l’aspect d’un champ de sept dimensions pulsé par le souffle de la dynamique divine)

Cette bulle divine est la forme originelle de tout être qui vient à la vie dans le sein de l’éternité. C’est ce que les ésotéristes nomment un « esprit-vierge ». Au début cet être n’a pas d’individualité consciente mais il dispose d’un véhicule, le corps de la Merkabah pour voyager et expérimenter. Constitué à « l’image de Dieu », ce corps divin a donc en lui toutes les potentialités universelles et les pouvoirs d’un dieu: amour, sagesse et force. Il ne lui reste qu’à les extérioriser selon son génie individuel au fil d’un processus d’évolution divine qui est ascendant pour l’éternité. Il n’est pas prévu d’involution dans ce voyage vers les univers glorieux, mais il existe la possibilité d’apprendre par la douleur en faisant l’expérience de l’oubli de la source. C’est ce qu’on nomme la « chute ».

Une hiérarchie entière de systèmes merkabah de type « âmes de lumière », a pris cette direction négative à la suite d’une intervention d’une autre hiérarchie de type « esprit de feu » qui voulait accélérer le processus de conscience individuelle chez les « âmes de lumière ».

Cette tragédie est racontée dans la Bible comme le « meurtre de Caïn » – l’esprit de feu rempli d’ardeur – contre son frère céleste Abel – l’âme lumineuse paisible.

Les deux hiérarchies sont humaines-divines à l’origine, mais la hiérarchie angélique des Fils du Feu existe grâce à une formule énergétique hyper dynamique qui la pousse à rechercher avec témérité les défis de l’intelligence en vue de progresser. L’autre groupe angélique, les êtres de lumière de la racine d’Abel sont orientés vers l’adoration et la sagesse paisible. Grâce aux lois harmonieuses de l’univers divin, ces deux groupes disposaient de leur dimension propre pour se manifester et s’accomplir en plénitude.

Les Fils du feu de Caïn (le possesseur du feu) avaient leur royaume sur le plan sans forme des hauteurs universelles, et les Fils de l’eau de lumière d’Abel (l’apparence formelle) avaient leur royaume « au-dessous », sur la dimension des formes paradisiaques sublimes. L’irruption des fils du feu dans l’ordre des fils de la lumière a fait exploser cette harmonie et causé la descente des âmes de lumière et des esprits de feu unis dans la même involution jusqu’au plan matériel.


Cela est le grand mystère. Dans l’ordre divin, il n’y a pas d’évolution à travers la matière, mais notre passage dans la dimension dense provient d’une perte de conscience liée à l’accident originel que l’on pourrait comparer à une explosion atomique de puissance cosmique.

Au moment de cette explosion, le système de la Merkabah fut désorganisé, et son « roi », le conducteur du char divin, fut blessé grièvement sans toutefois mourir puisqu’il s’agissait d’un dieu. Le conducteur de la Merkabah est tombé dans l’inconscience, comme mort, en attendant qu’il reprenne vie après des âges infinis à travers l’évolution du système solaire qui est une base provisoire pour les Merkabah accidentées. Au fur et à mesure de l’enlisement dans l’épaisseur de la substance au taux vibratoire ralenti par notre inconscience, nous avons projeté autour de nous un environnement spatial qui constitue notre univers extérieur avec ses créatures.

Possédant en nous depuis l’origine les pouvoirs sublimes de la divinité, ces pouvoirs se sont extériorisés en analogie avec notre état d’inconscience, et ils ont projeté cet environnement terrestre avec l’illusion de la voûte céleste, vestige de notre ancien royaume intérieur.

Les constellations et les étoiles extérieurement visibles sont l’extériorisation des anciens foyers de puissance intérieure de la Merkabah.

Auteur : Yasmine ROONEY – LE PROJET PLEIADIEN – l’Assistance pléiadienne dans le vie humaine.

http://francesca1.unblog.fr/

Vous êtes de plus en plus nombreux à lire ELISHEAN Portes du Temps, et j'en suis très heureuse. Ce site a besoin de vous, pour perdurer et tenter de toujours mieux vous satisfaire.

Si vous pensez qu'un livre mérite d'être lu par le plus grand nombre, n'hésitez pas à me le faire savoir via le formulaire de contact.

Depuis plus de 10 ans, de la conception à la publication, je suis seule à travailler sur les sites du réseau Elishean. Vous pouvez contribuer à la continuité de ce site de plusieurs façons, en achetant vos livres sur Amazon via le site, et/ou en faisant un don sécurisé sur PayPal. Même une somme minime sera la bienvenue. Merci à vous. Miléna

Pour être informés des bons plans, découvrir les meilleurs articles du réseau et recevoir des conseils pour optimiser notre Ascension individuelle et collective... Recevez la Newsletter du Réseau Elishean

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité, de citer l'auteur, les sources, et le site: https://elishean-portesdutemps.com



Copyright les Hathor © Elishean/2009-2020/ Aux Portes du Temps

Print Friendly, PDF & Email
Annonces