Transmis par Aigle bleu

1. Le Grand Esprit nous parle.

Le Créateur, le Grand Esprit, l’Intelligence primordiale qui crée et ordonne l’univers, nous parle. Il est en constante communication avec nous. Son langage est celui de la création. Il ne parle pas en français, ni en anglais, ni en innu aïmun. Il nous parle par le monde qu’il a créé pour nous. Il est aussi en nous, c’est la partie la plus intime, l’essence de ce que nous sommes. C’est cette partie de nous qui peut comprendre les messages inscrits sur les paysages du monde.

Son langage est le plus limpide et le plus vrai de tous : il est directement dans la nature puisque tous les éléments naturels répondent constamment à sa volonté. Dans un monde humain, nous pouvons aussi lire les signes, mais ils sont moins faciles à lire et peuvent parfois tromper. Mais ils sont présents et à notre disposition aussi. Par exemple, en trouvant la soeur d’une chaussette qui était orpheline, la journée de l’accident de ma femme, j’ai compris qu’elle allait retrouver un aspect d’elle-même qu’elle allait pouvoir réintégrer grâce à l’accident. Cela s’est avéré juste.

2. Comment comprendre les signes?

Mais comment pouvons-nous savoir qu’un événement est un signe? Comme la blague que nous faisons souvent lorsque des événements cocasses se produisent, nous proclamons avec beaucoup de sérieux « C’est un signe! » avant de pouffer de rire. Effectivement, tous les événements ne sont pas des signes. Sans quoi chaque vol d’oiseau, chaque fleur et chaque arbre qui bouge nous plongeraient dans des interrogations incessantes.

Ce qui nous indique qu’un événement s’adresse directement à nous, c’est l’émotion. Lorsqu’un événement nous interpelle, que nous ressentons en nous quelque chose qui bouge, alors nous avons une indication que cela est un signe. Habituellement, si nous avons la compréhension des signes, sa signification apparaît immédiatement. Son sens est, en fait, contenu dans l’émotion et non pas dans l’événement qui se produit. L’événement n’est que la piste qui nous mène à la compréhension qui se fait en nous.

3. Qui peut lire les signes?

Il est impossible de lire les signes pour les autres. Combien de fois ai-je reçu des messages de personnes qui ont vécu des événements spéciaux et qui me demandent ce que cela veut dire? Comment voulez-vous que je sache? Je n’ai pas vécu l’émotion qui est venue avec l’événement. C’est dans cette émotion que se tient le sens de ce que vous avez vécu. C’est là, dans l’émotion, que l’interprétation se fait, ainsi que dans la relation avec le symbole que renferme l’événement. La chaussette orpheline a un sens pour moi dans mon expérience de vie qu’elle n’a pas pour vous. Chaque personne a son propre symbolisme qui vient de sa vie et de son vécu. Alors, ne vous tournez pas vers l’autre pour le sens de votre dialogue avec le Grand Esprit. Regardez en vous, c’est là que la communion se passe.

4. Le Grand Livre de Vie

Il y a aussi un langage plus profond inscrit dans les êtres vivants et la nature. Cette écriture se lit comme un livre et ses symboles sont comme des lettres qui donnent le sens de la vie et de la création. Chaque famille inscrit dans le monde une page de ce grand livre de vie en concevant et réalisant son domaine familial, son havre de paix et de bonheur. Cette écriture-là se transmet dans la famille. Apprendre à lire et à écrire ce livre est la science spirituelle la plus élevée qui soit. Nous avons été coupés de ce livre par les forces de l’ombre. Tranquillement nous recommençons à écrire ce livre sacré et c’est un bonheur aussi vaste que l’univers qu’il décrit.

5. L’interprétation des rêves

Les rêves nous parlent avec un langage symbolique. En général, chaque élément du rêve désigne un aspect de nous-mêmes. Nos rêves trouvent leur origine dans notre inconscient, cette partie de nous qui est rattachée au Grand Tout et qui semble moins accessible lorsque nous sommes éveillés. Les voiles du conditionnement obscurcissent notre compréhension. Parfois, dans la grande détente du sommeil, ces voiles tombent et la vérité nous est révélée.

La compréhension que les Premières Nations ont des rêves, dit qu’il existe plusieurs dimensions dans le rêve ainsi que plusieurs sortes de rêves. Le songe est un message direct du monde spirituel et se caractérise par une grande clarté. Le début, la progression et la fin d’un songe laissent un souvenir très net, aussi réel, sinon plus, que ceux de notre vie diurne. Son message est important pour toute la communauté. C’est pourquoi les songes étaient racontés à un sage dans les communautés autochtones. Le sage pouvait nous aider à les interpréter et évaluer leurs implications pour la communauté. Avec son aide, nous déterminions de quelle manière ils doivent se traduire pour les autres membres de notre communauté, soit par des gestes précis, des avertissements, des suggestions ou simplement une modification de nos comportements au quotidien.

Nous avons un symbolisme qui peut se rattacher à ce que Jung appelait l’inconscient collectif. Mais ce symbolisme est aussi influencé par notre expérience. Aussi, il n’y a pas de meilleur guide pour interpréter les symboles dans nos rêves que nous-mêmes.

Voici quelques suggestions utiles pour l’interprétation des rêves.

Nous pouvons noter sur une feuille tous les éléments du rêve et faire ensuite un exercice d’écriture automatique. Nous prenons notre liste et écrivons la première chose qui nous vient à l’esprit à côté de chacun des symboles. Avec ce début comme piste, nous trions les souvenirs et les images qui remontent à la surface de notre conscience. Avec ces pistes, nous pouvons commencer a interpréter nos rêves.

Nous pouvons aussi consulter un dictionnaire de symboles. L’une des propriétés du symbole est d’être plus vaste que notre mental. Nous n’épuiserons jamais leurs ramifications significatives dans l’expérience humaine. Par contre, il faut adapter ces informations à notre expérience. Ce n’est pas parce que des informations se retrouvent dans un livre qu’elles s’appliquent nécessairement à nous.

Dans les familles indiennes, le matin au lever était souvent un moment pour raconter les rêves, sans chercher à les interpréter. Lorsque nous les racontons, ils deviennent beaucoup plus clairs et nous nous en souvenons davantage. Cependant, nous ne racontons nos rêves qu’aux membres de notre famille proche. Nous leur faisons suffisamment confiance pour leur livrer ces éléments intimes de notre conscience.

Écrire nos rêves est une autre démarche intéressante qui remplit les mêmes objectifs, c’est-à-dire amener à la conscience ce qui vient de l’inconscient, soit amener au petit soi de la journée les messages du Grand Soi qui est lié au Grand Tout.

6. Conclusion

Qu’il s’agisse de signes ou de rêves, évitez de laisser autrui les interpréter à votre place! Vous seuls êtes capables de les lire puisque c’est à vous qu’ils sont « adressés ». Les forces de l’ombre ont si bien manipulés l’humanité qu’aujourd’hui, beaucoup de personnes se sentent démunies et incapables de lire les messages qui leur sont adressés. Je vous ai donné ici quelques pistes pour vous aider. J’ajoute qu’il est important de passer du temps au contact de la nature. C’est elle qui aidera le mieux ceux qui ont à reprendre confiance en eux et en leur capacité à décoder les signes qui leur sont envoyés.

http://www.aiglebleu.net/

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité, de citer l'auteur, les sources, et le site: https://elishean-portesdutemps.com

Votre aide est très Importante…

Depuis plus de 10 ans, de la conception à la publication, je suis seule à travailler sur les sites du réseau Elishean, partageant tous les jours des textes afin d'ouvrir les consciences et aider à l'Ascension, promesse de l'Âge d'or. Je fais appel à vous aujourd'hui afin de me soutenir dans cette démarche en faisant un don (si minime soit-il). Le partage est un don de Soi, un don d'Amour... Recevez toute ma gratitude... Mon Amour vous accompagne...

Copyright les Hathor © Elishean/2009-2019/ Aux Portes du Temps

Print Friendly, PDF & Email