WISDOM TEACHING avec David Wilcock

Bonjour, je suis David Wilcock et bienvenue pour un nouvel épisode de Enseignement de la SagesseJe suis heureux de vous retrouver.

Nous abordons enfin la quatrième partie de notre série de révélations révolutionnaires concernant la géométrie quantique, les secrets des solides de Platon et les mystère de l’univers vivant sous sa forme géométrique.

Nous voilà arrivés au crucial épisode 33, le nombre magique des écoles de mystère. Nous aurions pu l’appeler épisode X, car certains y verront un motif conspirationniste, mais 33 vient après 32 et précède 34, nous allons donc laisser le nombre tel quel. Si vous pensez que cela signifie que je mène des rituels lucifériens dans la cave de Gaïa, vous pouvez, mais ce n’est pas le cas, je peux vous l’assurer.

Ils ont essayé de m’acheter. Ils ont essayé, mais ça n’a pas marché. J’ai tout refusé en bloc, car je pense que cette science est mal utilisée. Je ne veux pas aider une quelconque intention négative, mais une certaine source d’informations positives a pu être détournée vers le négatif il y a longtemps, il y a des milliers d’années, mais ces grands secrets qu’ils détiennent ne sont rien de plus que de la physique rudimentaire sur la construction d’un univers vivant à partir d’énergie fluide et vivante. Il y a tellement d’énergie dans l’univers que si vous en aviez une tasse et que vous la libériez, vous auriez assez d’énergie pour vaporiser les océans en un instant. je ne suis pas censuré ici sur Gaïa, tout est retransmis et c’est un sujet primordial pour moi. C’est très important.

Les solides de Platon sont au coeur de la construction de l’univers et de la cosmologie que j’ai développée et publiée dans les livres et sur mon site Internet depuis 1999, ainsi que le précurseur à cela que j’ai écrit sur greatdreams.com en 1998. cela fait donc un bon moment que ça dure. Habituellement, sous le titre Convergence. J’ai écrit de nombreux livres appelés Convergence, Version 1, Version 2, etc… Je suis cela depuis longtemps et une grande partie de ces informations me sont venues intuitivement.

Les solides de Platon ont été définit pas Platon. Le tétraèdre est le feu, l’octaèdre l’air,  l’icosaèdre est l’eau, le cube est la terre, et le dodécaèdre est le mystérieux éther.

Ces solides s’inscrivent parfaitement dans une sphère et ils sont très symétriques. Tous les cotés sont de la même longueur, tous les angles internes sont les mêmes, toutes les faces ont la même forme, tous les triangles sont équilatéraux dans le tétraèdre, l’octaèdre et l’icosaèdre. Le cube a des angles de 90° qui forment des carrés et le dodécaèdre a des pentagones parfaits qui ont un ratio de 1 sur racine carrée de 5, comme nous le verrons bientôt.

Tous ces polyèdres ont ce qu’on appelle des sommets, des arêtes et des faces, que nous avons vus plusieurs fois, pas besoin d’y revenir. Ils s’inversent également les uns en les autres. Vous pouvez en retourner un de l’intérieur et obtenir l’autre forme, nous avons déjà largement couvert tout cela.

Le Fleur de Vie est un symbole révéré dans les écoles de mystère. On la trouve partout et beaucoup de chercheurs en géométrie sacrée se rassemble autour de ce symbole au coeur de leur système de croyances. C’est aussi le symbole de Gaïa que je vous ai montré la dernière fois avec le logo de notre plateau, car nous l’avons accroché au mur.

Le Fleur de Vie a été retrouvée gravée sur les murs de Temples égyptiens. Certains en discute la véracité. En tous les cas, on la trouve dans beaucoup d’autres endroits et des carreaux qui semblent provenir du sol d’une pyramide ont été retrouvés en Bosnie, et ces carreaux forment clairement la Fleur de Vie.

Je pense que la Fleur de Vie, à l’instar de nombreux chercheurs, est une représentation circulaires de sphères en deux dimensions. Si vous assemblez ces sphères, c’est une manière simplifiée et idéalisée de voir cela. Mais si vous assemblez ces sphères, vous obtenez les solides de Platon. C’est une manière basique et rudimentaire en deux dimensions de voir cela.

Voici le Cube de Metatron, vous prenez ces cercles que vous assemblez en structure hexagonale basique, on y trouve le tétraèdre entrelacé ou Merkaba, le cube, l’octaèdre, le dodécaèdre et l’icosaèdre.

Comme je l’ai dit, les scientifiques indiens, professeurs Punekar et Shinde du département du Design à l’institut Guwahati, ont développé cette manière simple de voir des sphères assemblées et de construire des solides de Platon. (leur site : http://dsource.in/).

Voici un tétraèdre :

Voici un tétraèdre entrelacé ou Merkaba :

Voici comment on dessine des lignes :

Quand on les voit ensemble, on voit que les sphères sont identiques. Je veux souligner un autre point qui est très important : ces sphères ont d’autres géométries à l’intérieur. La structure entière que vous voyez ici peut également se trouver dans chacune de ces sphères, ce sont des fractales et c’est récursif en allant vers l’intérieur. Et un autre point important que j’ai omis est que c’est la loi mystérieuse qui détermine la formation des flocons de neige.

Les flocons de neige ont une symétrie à 6 cotés, comme celle que vous voyez ici. Chaque coté a la même forme de base, sans variation. Chaque flocon de neige est unique. Comme des empreintes digitales. Mais même s’ils sont uniques en théorie, chaque coté est exactement le même. Je veux dire que chacune de ces sphères contient le même plan d’informations, la même structure, la même géométrie fractale récursive se trouve dans chacune d’entre elles et cela va devenir très important quand nous aborderons les cycles de l’histoire que je n’ai même pas pu aborder dans mon livre « la Clé de la Synchronicité ». Ce sera dans le suite, mais je vais en parler dans cette émission avant de le mettre par écrit.

Nous obtenons ensuite le cube en assemblant simplement 6 sphères ensemble.

Ici nous avons dessiné les lignes :

Vous pouvez voir l’octaèdre, et en ajoutant des sphères, et en reliant les points, on obtient l’octaèdre à l’intérieur et le cube à l’extérieur.

Si vous en ajoutez encore, vous obtenez une structure différente.

C’est le cube-octaèdre qui n’est pas un solide de Platon. Il y a des faces triangulaires et carrées.

Mais ici on retrouve le Merkaba :

Et cela semble être la structure la plus proche de la Fleur de Vie, et ce sera très important par la suite quand nous examinerons le système solaire et la manière dont l’information y est stockée et dont elle se traduit par les grands cycles de l’histoire qui nous affectent. Cela semble fou, mais la logique va apparaître en continuant.

Voici l’icosaèdre qui a 20 triangles équilatéraux :

Et en reliant les points on on obtient le dodécaèdre à l’extérieur avec les faces pentagonales :

Ce qu’il faut bien retenir ici, c’est qu’ils peuvent être construits à partir de sphères assemblées, que ces sphères contiennent une géométrie qui peut aussi être construite avec des sphères assemblées qui contiennent elles-même une géométrie…etc… C’est le vrai secret des fractales. Nous le verrons aujourd’hui si nous avançons assez loin dans les diapositives.

N’oublions pas que tout cela est basé sur la vibration des fluides.

La cymatique est la science des fluides vibrants et le Dr Hans jenny a pris une goutte d’eau ordinaire et l’a rempli de particules minuscules. L’eau a paru boueuse, troublée et vaseuse. Puis il a fait vibrer l’eau à des fréquences soniques pures aussi appelées diatoniques, comme les touches blanches du piano, puis les particules se sont mystérieusement arrangées en structures géométriques tridimensionnelles stables faits de lignes droites et courbes. Même si les droites ne devraient pas se produire dans la nature comme elle le font, chaque note que vous jouez dans la même goutte d’eau crée une forme différente qui apparaîtra dans le fluide.

Voici le Merkaba :

La même forme que nous avons formée à partir de sphères assemblées, l’un des solides de Platon se trouve ici dans l’eau. Si vous jouez la même fréquence, chaque forme reste stable tant que vous ne changez pas de son et que vous ne changez pas de ton et les formes géométriques bougent sans cesse à l’intérieur. Elle peuvent rester immobiles et ont les caractéristiques d’une onde, il y a beaucoup de rotation et de mouvement à l’intérieur, mais c’est une onde stable, car l’onde générale reste immobile et exerce une force sur son environnement. Elle résiste si on la pousse et c’est ce qui se produit dans un noyau atomique.

Un ton plus haut crée une structure géométrique plus complexe, vous allez le voir tandis que nous continuons. Chaque fréquence crée la même forme si vous la jouez dans la même goutte d’eau qui contient des petites particules en suspension. Elle ne ressemble plus à de l’eau boueuse, ni à un verre d’eau trouble, on voit apparaître la géométrie.

Faisons cela. Voici un changement en deux phases. On a l’octaèdre clairement visible dans le cube (à gauche) et ici on a le Merkaba (à droite). C’est la même goutte d’eau, le même sable, la seule différence est la fréquence.

Et ici on a neuf phases vibratoires différentes.

Voici le ton le plus bas (en haut à gauche. Ici le ton le plus haut (en bas à droite). certaines phases sont carrées (en bas à gauche) et sur la droite on voit une géométrie pentagonale.

Quand le Dr Hans Jenny a mis de l’eau dans une poêle et l’a fait vibrer, il a obtenu une structure multicellulaire plus grande et ce que font les atomes pour former de plus grands composés moléculaires, ils se regroupent et s’assemblent. Normalement, on ne s’attend pas à ce que des atomes semblent si réguliers au niveau quantique quand ils s’assemblent, mais c’est le cas.

Je vais vous montrer ce qu’il a vu, qui est aussi intéressant, on le voit clairement car c’est en trois dimensions. On a des cubes, et des octaèdres qui s’y trouvent, car cela fait un tas. Ils sont entassés en trois dimensions dans cette poêle remplie d’eau et quand il augmente la fréquence, on obtient une autre structure dans laquelle les diagonales sont plus proéminentes ( à droite). Alors qu’ici (à gauche), ce sont les verticales et les horizontales, à droite, ce sont les diagonales.

C’est une structure totalement différente, on peut voir des cercles (à droite) qui n’apparaissaient pas avant, au niveau du coté précédent.

Il s’agit de la base de la matière, que se passe-t-il si on augmente la fréquence? Comme je l’ai dit, on assiste alors à l’effet de dématérialisation. Examinons l’atome pour voir quel est le lien. Car en 1985, les recherches d’IBM menées par Peter Arnold ont examiné une tâche d’encre pour la première fois au niveau de sa structure quantique et on voit ici le plus proche qu’ils ont été jusque là d’examiner des atomes individuels à l’échelle quantique.

C’est une photographie d’une tâche d’encre et j’aimerais que vous prêtiez attention au fait que premièrement, ils paraissent assez troubles, ils ont une structure visible, mais elle est assez grumeleuse. Il y a même des arêtes. On peut voir des lignes, ils ne sont pas totalement ronds, et ils sont arrangés géométriquement d’une manière très précise les uns avec les autres, ce qui ne devrait pas se produire.

C’est un mystère très étrange qui soutient l’idée que les atomes qui sont ici photographiés sont en interaction géométrique. Car souvenez-vous, si vous assemblez des géométries différentes, elles vont s’imbriquer en une structure matricielle à cause de la vibration. C’est la même vibration qui fait vibrer un fluide comme de l’énergie qui crée cette forme.

L’autre mystère que nous allons examiner est le nuage électronique. J’ai récupéré ces photos du livre de Milo Wolff et on peut y voir, d’ailleurs j’ai pu le rencontrer et il était très impressionné. C’était en 2000 ou en 2001, j’ai rencontré le Dr Milo Wolff qui a fait ce livre et pris ces photos, nous avons beaucoup discuté de la mécanique quantique et il était très surpris de ce que j’avais accompli avec ce modèle, même à l’époque.

Il nous montre les structures d’ondes de plusieurs nuages électroniques, car on ne voit pas de particules. On voit un courant qui a une structure. Voici l’une des plus petites couches électroniques qui est une structure sphérique, l’idée de base de la plupart des modèles quantiques est qu’in électron se balade à toute vitesse et décrit la forme d’une sphère, il trace cette structure en se déplaçant. Je ne pense pas que ça soit le cas.

Ici (en haut à droite), on a une forme proche d’une haltère, deux côte à côte. mais dès qu’on augmente le nombre M, ici (en bas à gauche), regardez ce qui se passe. En regardant le pôle de la sphère, ici (en haut à gauche), ce serait comme le pôle nord que l’on voit de haut, et on voir que dès que l’on ajoute des orbitales électroniques, on obtient tout de suite l’apparition d’une géométrie octaédrique. Car cela sera la même chose en structure sphérique. Voici comment l’énergie passe dans le noyau. Et ici (en bas à droite) , on voit le Merkaba à six cotés. Ce n’est pas exact, probablement parce que deux géométries s’affrontent à ce niveau.

C’est la forme de la Merkaba, mais on remarque qu’elle a quelque chose d’intéressant. Les orbitales ne sont pas toutes de la même largeur. Certaines sont plus fines et d’autres sont plus larges, c’est donc probablement le résultat de deux forces géométriques différentes, cette force et cette force hexagonale qui s’affrontent pour le contrôle, mais le modèle conventionnel dit que ces électrons se déplacent très vite en dessinant cette structure, même s’ils n’ont jamais pu observer un électron en train de faire cela. Ils ne ressemblent qu’à des nuages.

Ils n’ont jamais trouvé de particule qui fait cela. mais souvenez-vous, dans le modèle de Nassim Haramein, le noyau de l’atome est constitué de gravité, c’est un courant gravitationnel qui va du négatif au positif, donc l’effet Biefeld-Brown, qui est un effet antigravité qui repose sur une électrode négative placée sous une électrode positive, et la forme d’OVNI va du négatif vers le positif,  ce qui crée une propulsion de gravité, et cela marche parce qu’en faisant circuler de l’électricité du négatif au positif, on crée de la gravité, car la gravité et l’électromagnétisme sont interconnectés au niveau quantique pour cette raison même.

Alors plutôt que de voir cela comme un électron qui se déplace, c’est un courant gravitationnel. C’est un courant fluide. Quand les fluides coulent, que font-ils? Ils forment une géométrie. C’est l’idée de base que je veux vous montrer. Donc, on regarde d’en haut (sur la photo ci-dessus), et ici, on regarde de coté.

Quand on regarde latéralement, on observe alors qu’on a l’onde sphérique ici (en haut à gauche), la structure d’haltère également (en haut à droite, puis on cette forme ici (en bas à gauche), qui rassemble deux géométries, une plus petite et une plus grande, qui travaillent ensemble maintenant. Et ici (en bas à droite), une nouvelle fois, on a cette symétrie à six cotés qui pourrait être un cube ou même un octaèdre incliné, mais il y a une sphère de force, une géométrie au centre, et il y en a une autre qui a clairement un axe extracteur, d’une certaine manière. Comme l’axe central d’un Tore.

Et c’est ce qu’avait conclu Nassim Haramein, tout est basé sur une physique toroïde. Un toroïde est une sphère qui a un trou au milieu, comme une pomme McIntosh.

On voit donc ici, un courant sphérique qui crée l’axe central, mais on voit aussi une géométrie éclore autour de l’axe, à l’intérieur.

Avant de vous emmener vers le noyau de l’atome et de vous montrer comment les protons s’assemblent pour former des structures géométriques, je veux commencer par ce qu’il se passe quand on écrase un noyau atomique.

Quand on écrase un noyau atomique, on obtient des quarks. Voici une des parties les plus intrinsèques de la mécanique quantique, l’un des seuls moyens qu’ils ont trouvé pour étudier les « particules » subatomiques, ce qui n’est pas le bon terme.

Ils prennent ce milieu liquide très dense et le soumettent à une très forte pression et ils y relâchent des émissions quantiques qui font ces structures ondulées. Puis, ils analysent ces structures ondulées et en tirent des équations.

Ils entrent dans de la physique très technique et spécifique où les sructures de chambres à bulles sont tracées et retracées, comme on le voit ici, ils en tirent des équations et en déduisent ce qu’ils pensent être le comportement de ces particules.

Nous voyons ici la collision de forces dans le noyau, qui le brise et qui crée de petits fragments de noyau que l’on appelle des quarks.

Alors qu’on écrase le noyau, de petits morceaux sont projetés et traversent la chambre à bulles et font ces structures tourbillonnantes, et c’est de là qu’ils tirent les quarks.

Donc, ces petits éléments que l’on voit sur la photo précédente, sont en fait des quarks, des petits morceaux de noyau. Et ils croient, à tort à mon avis, que ce sont en fait des fragments de matière, que ce sont des particules solides, qui ondulent comme sur la photo ci-dessus.

Voici un tableau de quarks. il y a : haut, bas, charme, étrange, beauté (bottom) et vérité (top).

On peut voir leur masse, ils pensent que c’est une particule alors ils donnent une masse, et on peut voir leur charge électrique. Notez quelque chose de très curieux à propos de la définition de la charge électrique. Comment elles sont exprimées. Des fractions basées sur des tiers. Des tiers impliquent des triangles, de la géométrie.

Et nous avons la direction, car dans la chambre à bulles, ils voient si la direction est le haut ou le bas. Et même s’ils donnent des noms comme charme, étrange, haut et bas, top et bottom, ils ne se réfèrent qu’à la direction du déplacement des quarks. Cela prête à confusion si l’on ne sait pas que charme et étrange sont juste des directions comme les autres. ce sont les noms qu’ils ont donné au début, quand ils étaient tout excités à jouer avec leur chambre à bulles, sans savoir ce qu’ils observaient.

Et maintenant voici Murray-Gell-Mann. Le voilà, il a inventé la voie octuple, une avancée significative pour la physique quantique que presque personne ne connaît.

Il a analysé cet étrange comportement en tiers et il a inventé un modèle des quarks qui est tétraédrique. Regardez.

Si on recule de quelques diapositives, on voit : haut (Up), bas (Down), charme (Charme), étrange (Strange), vérité (Top) et beauté (Bottom), UDCSTB, c’est uniquement leur manière de bouger. Rien d’autre.

On voit donc sur cette photo : (tout en haut) CCC charme, ce qui signifie que le mouvement est entièrement dans cette direction. Il y a trois charme, la direction est vers le haut. Quand on a CCU, CCD, CCS, ce sont simplement des manières d’analyser le mouvement. En bas, on a complètement étrange, SSS, entièrement vers le bas. à gauche, DDD, à droite, UUU.

Et ainsi on bâtit un modèle sur la manière dont les quarks sont unifiés en une structure unique. Cela implique que ce sont des morceaux de quelque chose de géométrique qui ne peut être cassé que d’un certain nombre de manières, car ils n’ont pas trouvé d’autres quarks que ceux-ci.

Tous les quarks découvert sont des variations de ce tétraèdre et une autre structure visible ici, qui est similaire au cube-octaèdre, une fois de plus.

Et voici différents diagrammes, que vous pouvez voir, qui montrent expressément le cube-octaèdre

Mais certains scientifiques ont dit : « C’est juste parce que les quarks se déplacent dans certaines directions, ils doivent bien aller quelques part, alors nous suivons leur directions en utilisant ces structures. » C’est faux. Le mouvement est très précis, et quand ils sont projetés, ils vont dans une seule de ces directions géométriques. Ils ne se déplacent selon aucun autre vecteur que cette géométrie.

Voici donc les quatre types de base des structures de quarks qui sont toutes contenues, car il suffit de prendre celles-ci (à droite) et de couper les coins, et on voit que c’est la même chose. On coupe juste le haut ou les bords. Et ce petit triangle au milieu (en bas à droite) est le même que celui-ci (en haut à droite). Et celle-ci (à gauche) est pliée dans celle-là (à droite).

On voit donc quelque chose de très puissant. Murray Gell-Mann a assemblé tout cela, il l’a appelé la voie octuple, et c’est toujours largement ignoré par ceux qui étudient la physique et les sciences quantiques. Ils ne comprennent pas que lorsqu’on ouvre le noyau d’un atome, il ne va se déplacer que dans une seule de ces directions géométriques de base. Rappelez-vous, ce sont des directions, et tandis qu’ils tournent, nous savons d’où ils proviennent, ils ont donc commencé de manière uniforme.

Cela nous amène directement à la science du Dr Robert Moon qui étudiait la physique quantique à l’aide de la géométrie. Le Dr Robert Moon ressemble étrangement à quelqu’un que vous connaissez ici. Je ne sais pas pour les cheveux, peut-être ceux d’anciens épisodes sur Gaïa, quand j’avais besoin d’une coupe, mais que je travaillais tellement que je n’avais pas le temps d’aller chez le coiffeur.

Quoi qu’il en soit, il a l’air très scientifique, surtout sur cette photo avec ses grosses lunettes noires. On sait que ce type est intelligent quand on voit ses lunettes. dans son revers se trouve probablement un protecteur de poche. Evidemment il a aussi gribouillé les équations obligatoires sur le tableau derrière lui.

Il est très important de préciser qu’il travaillait sur le projet Manhattan. Le gouvernement américain lui a confié nos plus grands secrets nucléaires. Et en 1987 ou 1988, de tête je ne suis plus sûr, en 87, je crois, il a conclu que c’était ce qui se passait à l’intérieur du noyau de l’atome, ces formes sont emboîtées les unes dans les autres et les coins de la géométrie représentent les protons.

On commence avec un cube puis on obtient un octaèdre, ensuite un icosaèdre puis un dodécaèdre. C’est ainsi qu’il conçoit l’univers et un grand nombre de merveilles sont résolies en adoptant ce modèle.

On commence avec le cube. Le cube a 8 protons. Les 8 coins du cube sont des protons et cela donne l’atome d’oxygène. Il faut remarquer que 62,55% de toute la matière sur Terre est faite d’oxygène et cela est dû à la stabilité de cette géométrie.

Pensez à ce que j’ai dit sur la manière de fonctionner de la géométrie. C’est une structure d’écoulement fluide et stable. Cela signifie que les liaisons peuvent être redéfinies, les liaisons chimiques sont l’un des sujets avec lequel j’ai eu du mal au sein de la chimie, car d’habitude, je comprenais directement de manière intuitive, mais j’ai échoué en chimie, la seule matière que j’ai ratée. J’ai dû passer l’été au lycée Linton à Shenectady, New York. Horrible. J’a dû recommencer tout cela quand ils me demandaient de visualiser les particules et les électrons qui tourbillonnent autour du noyau, je ne comprenais rien. Je ne pouvais pas le visualiser. Mais s’ils m’avaient expliqué que la géométrie se trouvait dans le domaine quantique et que le cube veut être un cube à cause de sa manière de vibrer.

Le molécule d’oxygène n’est pas la première dans le tableau périodique. Elle a 8 protons qui sont aux 8 coins, mais c’est aussi un gaz noble, c’est-à-dire qu’il est stable, quand vous en assemblez deux, c’est du dioxygène qui se balade et reste stable. Mais si on a d’autres éléments en dessous de l’oxygène qui ont 6 ou 7 protons, on a maintenant quelque chose qui veut devenir un cube, mais auquel il manque deux ou trois coins. Il lui faudra trouver d’autres éléments qui possèdent les deux ou trois pièces manquantes, ainsi se fait une liaison.

Il existe deux types de liaisons, ionique et covalente. Une liaison ionique opère entre deux éléments identiques qui s’assemblent et se combinent ainsi. Une liaison covalente s’opère entre des éléments différents qui partagent une liaison de valence dans les orbitales électroniques. Mais ce qu’on observe à présent, c’est que le nombre d’orbitales électroniques est lié au noyau, car qu’est-ce que j’ai dit à propos de ces nuages électroniques? Ils ne représentent que l’endroit où le courant gravitationnel, l’énergie fluide, s’écoule dans le noyau de l’atome.

Cela va me prendre apparemment plus d’un épisode pour aborder le modèle quantique du Dr Robert Moonn car nous manquons de temps cette fois ci. Mais je veux vous remarquer quelque chose : j’ai dit que 62,55% des atomes sur Terre sont cet oxygène cubique, n’est-il pas intéressant que cet oxygène est ce dont on a le plus besoin pour survivre, et c’est une constante à travers l’univers. L’oxygène est aussi abondant que cela. L’univers est bâti pour être vivant et c’est une partie intrinsèque de mon modèle d’univers vivant.

J’aimerais vous quitter avec une pensée. Combien de ces anciens enseignements des écoles des mystère et de leçons de sagesse en général mettent l’accent sur la respiration et sur l’importance de remplir vos poumons d’oxygène. Qu’ai-je dit? Si les coins du cube sont en fait des trous noirs et si l’oxygène est un conglomérat d’un grand nombre de ces cubes, alors en respirant, vous respirez des trous noirs, vous respirez de l’énergie multidimensionnelle qui vous aidera à changer la réalité. Tandis que votre sang est oxygéné, vos cellules vont devenir davantage comme des portes des étoiles pour vous guider vers des niveaux supérieurs.

Quand nous aborderons le modèle de Robert Moon, lors des prochains épisodes, vous verrez comment chacune des étapes qu’il aborde, le cube, l’octaèdre, l’icosaèdre, puis à l’extérieur le dodécaèdre bien sûr, tous ces niveaux ont des propriétés quantiques très curieuses, y compris le magnétisme, l’énergie libre et d’autres aspects intrinsèques de la biologie. Ils sont tous imbriqués l’un dans l’autre, alors qu’on remonte le tableau périodique, il y a des couches dans le noyau de l’atome.

Cela va devenir bien plus intéressant et j’espère que vous avez déjà pu voir les fondations de la manière dont un univers peut être bâti par la pensée, que la pensée est l’énergie fluide, et qu’en pensant nous perturbons le fluide, nous créons une vibration qui crée ensuite la matière, donc si vous comprenez vraiment cela et que vous devenez un maître spirituel, vous pouvez unir la matière par la pensée, en faisant onduler l’énergie fluide qui nous entoure, dont une simple tasse pourrait vaporiser les océans du monde en un instant.

En faisant onduler cette énergie, vous faites apparaître de la matière à partir de rien et on aborde ainsi en profondeur les enseignements de la sagesse que je voulais partager ici, sur Gaïa.

Je suis David Wilcock, merci de nous avoir suivis.

https://www.gaia.com

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité, de citer l'auteur, les sources, et le site: https://elishean-portesdutemps.com

Votre aide est très Importante…

Depuis plus de 10 ans, de la conception à la publication, je suis seule à travailler sur les sites du réseau Elishean, partageant tous les jours des textes afin d'ouvrir les consciences et aider à l'Ascension, promesse de l'Âge d'or. Je fais appel à vous aujourd'hui afin de me soutenir dans cette démarche en faisant un don (si minime soit-il). Le partage est un don de Soi, un don d'Amour... Recevez toute ma gratitude... Mon Amour vous accompagne...

Copyright les Hathor © Elishean/2009-2019/ Aux Portes du Temps

Print Friendly, PDF & Email