Christ’Al Chaya transmis par Rosanna Narducci

Lettre mensuelle de mars 2018

Bien-aimés de l’Un, je vous salue, soyez les bienvenus, chers lecteurs, soyez accueillis, accueillis dans l’espace vibratoire des douze Cristaux Maîtres d’An, d’Orion d’où je suis, soyez pleinement accueillis dans cet espace sacré et consacré.

Je suis Christ’al Chaya, Maître d’enseignement et de rigueur, un Melchisedech de la Fraternité Dorée d’Orion et je viens vers vous, humains de la Terre, pour vous accompagner dans ce processus d’Ascension, dans ce besoin d’intégration mémorielle et cellulaire.

Chères âmes, dans quelque temps nous serons au Chili à Atacama, pour célébrer l’ouverture du 4ème portail de Solarisation.

Atacama représente une nouvelle trilogie de portails de Solarisation, une trilogie qui va ramener progressivement à la norme l’Amour Eternel qui compose le Triangle d’Or de l’Amour qui, je vous le rappelle, est Amour, Lien d’Amour, Amour Eternel.

Cet Amour Eternel représente le service au bien commun. Je vous dirais aujourd’hui qu’il est difficile de traiter les codes d’origine luciférienne. Il est plus simple de transmuter, de solariser les codes involutifs ou d’amener des Reptiliens vers la Rédemption que de traiter les codes lucifériens.

Comme je l’ai expliqué durant les séminaires, il ne s’agit pas simplement d’utiliser des techniques, des protocoles avec les Sceaux d’Unité Quantique pour libérer les personnes de tous leurs pactes, de tous leurs contrats avec les hiérarchies des démons : il faut également travailler sur la blessure de l’incarnation, travailler sur les parts les plus opaques jusqu’à trouver la transparence du cœur, du Sacré Cœur.

Parmi les contrats que votre Être solaire a pu établir avec les involutifs à travers ses extensions rebelles, il a pu muter une partie de lui-même jusqu’à créer un ponte.

Le ponte est à l’Être solaire ce que le dissident est au Dracos, un dissident ne veut pas s’incliner devant les familles christiques, il ne veut plus non plus obéir et être asservi par les familles involutives, il se sert de ce qu’il a appris dans les deux camps et œuvre pour lui-même, pour ses propres désirs, satisfactions.

Un ponte est une expression de votre Être solaire qui a créé une multitude d’extensions rebelles.

Christ disait « on ne peut pas servir deux Maîtres » et la problématique du ponte, c’est qu’il sert les deux camps. Il dit vouloir aider les extensions, alléger leurs souffrances, rendre leur prison plus agréable, plus supportable, plus confortable, mais une prison reste une prison et à force de négocier pour que la prison soit acceptable, l’Être solaire perd cette notion de libération de toutes les parties de lui-même.

C’est un peu comme dans votre monde : à force de vous être adaptés à un certain système de type luciférien, même si vous n’êtes pas totalement libres, vous vous en accommodez et vous tentez de survivre dans un monde de non-sens et ce n’est pas dans un environnement de survie que vous pourrez totalement servir le bien commun, car il y aura toujours une trace de peur : peur de ne pas y arriver, peur de ne pas avoir l’abondance le lendemain, peur peut-être de perdre un travail, un conjoint, une forme de sécurité, celle qu’on vous a transmise dans cette matrice d’illusion.

Et si vous avez peur du lendemain, votre discernement risque d’être biaisé et vous ferez peut-être des choix que vous croirez être au service du bien commun, mais en réalité, vos intentions ne seront pas claires, elles seront troublées par les peurs, par cet état de survie. Vos intentions seront quelquefois teintées par vos blessures, vos manques et tout en croyant servir le bien commun, vous servirez vos intérêts personnels, l’intérêt d’être aimés, d’être reconnus, d’être mis en avant, d’être considérés comme quelqu’un d’important dans le plan d’évolution. Et vous perdez ainsi l’alignement au Cœur christique, au centre du cœur du Sacré Cœur.

Pour que vous puissiez bien comprendre ce qu’est un ponte, je vais vous donner un exemple de ponte sur un plan terrestre.

Vous connaissez tous Ponce Pilate : Jésus avait été amené à lui pour être jugé et condamné. Les prêtres du Sanhédrin voulaient la mort de Jésus parce qu’il incarnait la vérité et cela remettait en cause leur système d’asservissement, de pouvoir : pouvoir spirituel pour contrôler l’autre, pire encore, pour empêcher l’autre d’atteindre sa maîtrise du cœur.

Ponce Pilate avait une épouse clairvoyante, elle faisait des rêves prémonitoires et elle avait prévenu son époux de ne pas mettre à mort Jésus car il était un Saint. Ponce Pilate savait que sa femme avait raison dans ce genre de circonstance, mais il ne pouvait pas lui-même décider de libérer Jésus, il avait peur des représailles, peur de perdre sa place, peur de ne plus être gouverneur, peur que Rome ne le destitue de ses fonctions. Alors il avait retrouvé une loi concernant la période de la Pâque juive et il se dit « le peuple n’a qu’à décider, le peuple a le choix entre deux prisonniers : Barabbas et Jésus, c’est évident qu’il choisira Jésus ; le peuple l’a côtoyé, le peuple l’a aimé, le peuple l’a entendu prêcher, enseigner, il l’a vu faire des miracles ».

Seulement le peuple qui allait décider, était composé de personnes lâches, peureuses, certaines avaient été menacées si elles ne criaient pas Barabbas, d’autres avaient été payées pour crier haut et fort Barabbas, plutôt que Jésus. Fallait-il les blâmer ? Ils devaient survivre dans l’instant, ils étaient crève-la-faim dans l’instant, mais l’instant de leur existence n’était qu’un point dans l’infinie trajectoire. Jésus leur aurait apporté bien plus que quelques jours de repas, il leur aurait apporté la libération de leur âme. Mais ils ne voyaient pas cela, ils voyaient leurs oppresseurs, ils voyaient leurs besoins de survivre.

Et ce peuple a crié Barabbas plutôt que Jésus. Ponce Pilate s’est alors lavé les mains face à la décision du peuple. Il est l’illustration du ponte qui ne veut pas perdre ses privilèges avec les chefs involutifs, qui ne veut pas non plus condamner, tuer, perturber l’Être solaire dans sa magnificence et pourtant, il le laisse entre les mains des involutifs qui continuent de le persécuter. Le ponte doit apprendre à s’incliner et à s’engager sur le chemin de la vérité, au-delà de ses peurs, au-delà de ses instincts de survie.

Alors, chères âmes, sachez qu’il y a peut-être un ponte dans les fragments de votre Être solaire qui agit, qui vous leurre, qui rend votre prison plus confortable, qui négocie avec vous-mêmes, avec l’environnement extérieur, mais les cités de lumière et de paix qui devront se mettre en place dans le futur, ne pourront pas supporter l’énergie des pontes. Ils doivent apprendre à servir et non à se servir. Apprendre à servir et à comprendre qu’il n’y a qu’un Maître : le Maître de l’Amour Eternel, qu’il n’y a qu’une seule connaissance : la connaissance des Lois du Un.

Voilà ce que je voulais partager avec vous, chères âmes. Tous ceux qui participent à ce voyage d’Atacama, ont toute ma gratitude car ils sont détendeurs de codes qu’ils ont portés depuis la Lémurie avec force et courage.

Soyez remerciés, chers lecteurs, pleinement remerciés et guidés dans votre processus d’Ascension. KSHA AMIN KSHA AMIN KSHA AMIN. Puissiez-vous retrouver la puissance de rayonnement du Cœur christique

OM SHANTI CHAYA.

http://www.christalchaya.com

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité, de citer l'auteur, les sources, et le site: https://elishean-portesdutemps.com

Copyright les Hathor © Elishean/2009-2019/ Aux Portes du Temps

Print Friendly, PDF & Email